à venir • 08 octobre 2014 (17:00) • Katinka Bock [artiste] 
1413121110090807062005040302010099
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z >>>
 mer 11 mai 2005 (16:00)
Michel Weemans [historien de l'art]

 amphi de l'ENBA (rue Neyret) 1er étage de l'ENBA (ancien site) 10 rue neyret 69001 Lyon
version imprimable [pdf]
extrait audio
Le Mercier et les diaboli. Une énigme visuelle de Henri Bles.

«Le sens du mystère, c'est d'être tout le temps dans l'équivoque, dans les doubles, triples aspects, des soupçons d'aspects, (images dans images), formes qui vont être, ou qui seront selon l'état d'esprit du regardeur. Toutes choses plus que suggestives, puisqu'elles apparaissent. »
[Odilon Redon, À soi-même. Journal, 1867-1915].
Le Mercier pillé par les singes peint par Henri Bles vers 1550, est la représentation picturale d'un songe peuplé de singes diaboliques. Longtemps considéré comme une copie d'atelier et réduit à une simple farce flamande, ce tableau est pourtant l'un des plus significatifs de ce peintre. En effet, il recèle un piège visuel, jusqu'à présent ignoré par l'histoire de l'art, qui témoigne du goût, chez Bles en particulier et au seizième siècle d'une manière générale, pour le paradoxe, l'ambiguïté et l'énigme.

L'histoire de l'art a longtemps relégué au registre de la simple devinette et de la facétie les manifestations d'images doubles, d'images cachées et énigmatiques. Or l'exemple des images cryptées dans les paysages de Bles renvoie à la fois à une conception hiéroglyphique du monde - régie par les notions d'analogie, de « livre de la nature », et de rapport du macrocosme au microcosme - et à une « crise de l'interprétation », à un questionnement alors intense sur la relation de l'œuvre à son lecteur ou à son spectateur.

Mis en parallèle avec quelques exemples dans l'art d'aujourd'hui d'images cryptées, d'images doubles ou ambigües, le tableau de Bles est une invitation à réfléchir à l'actualité du « paradigme indiciaire » (Carlo Ginzburg) et à l'importance dans l'art moderne et contemporain des « soupçons d'aspects » (Odilon Redon) ou de ce que Dario Gamboni a récemment qualifié « d'images potentielles ».

Michel Weemans est historien de l'art. Il vit à Paris et enseigne à l'École Nationale Supérieure d'art de Bourges. Il a dirigé l'édition du recueil Reproductibilité et irreproductibilité de l'œuvre d'art (La Lettre volée, 2002). Il prépare actuellement l'édition de deux ouvrages, les Actes du colloque Mythologies du camouflage (en collaboration avec Michel Aubry), et un livre intitulé Les paysages exégétiques et anthropomorphes de Henri Bles. Il est lauréat du Getty Postdoctoral Fellowship 2005-2006, pour un projet d'exposition consacrée à Henri Bles et à la tradition des paysages anthropomorphes.