Option design phase projet (DNSEP)
semestres 7 à 10
mention design d'espace & mention design graphique

Design d'espace et design graphique sont les deux mentions de la phase projet de l'Option Design à l'école nationale supérieure des beaux-arts de Lyon. Un socle théorique commun ainsi que la proximité de leurs espaces de travail respectifs permettent d’offrir aux étudiants de chacune des deux mentions, un espace propice aux échanges.

///////////////////////////////////////////////////
a - mention design d'espace 

La spécificité du Master Design/Espace/Exposition de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon est qu’il s’appuie sur l’exposition comme un outil permettant de construire une pratique et une culture du design.
L’exposition est un discours, un mode de construction et de diffusion des savoirs. Mais c’est aussi un espace physique, qu’il faut construire, organiser, dessiner, un espace dans lequel il faut imaginer des parcours aux temporalités spécifiques, des rencontres et des expériences, autant de taches que le design peut aborder avec ses méthodes et ses outils spécifiques.
Le Master aborde ainsi des questions liées à la scénographie d'exposition, mais sans faire de la question de la scénographie une spécialisation.

Les questions abordées seront les suivantes: Comment mettre en espace des contenus culturels et scientifiques? Comment développer un parcours spatial autour d’un questionnement? Comment opérer des médiations par l’espace, par le parcours? Quel est le rôle d’un scénographe/ designer d’espace d’exposition?  Quel sens la confrontation à la matérialité d’une exposition peut-elle prendre à un moment où l’accès au savoir se dématérialise? Que recouvrent les termes de scénographie, de muséographie, d’expographie, ou de design d’exposition?

Les enseignements du Master, parce qu'ils se déploient autour du format de l'exposition, s’inscrivent donc dans une double optique, d’un côté la recherche en design et la construction de contenus, et de l’autre leur mise en espace. L’attention accordée à la construction d’un discours (scientifique ou artistique) dans l’espace, à son accessibilité, ainsi qu'à la place des spectateurs font ainsi du designer d’exposition un créateur dont le travail se trouve engagé à la fois plastiquement et conceptuellement. Ce positionnement suppose deux territoires d’exploration : un champ de pratiques concrètes, celui d'une mise en formes de projets « ici et maintenant » permettant une confrontation à la réalité de la pratique, et un champ plus expérimental de questionnements sur la place et le rôle du projet de design dans l'élaboration d’espaces d’expositions, ainsi qu'une sensibilisation à ses possibles évolutions (nouvelles technologies, prospective). Le format de l’exposition se trouve en effet aujourd’hui transformé en profondeur par les technologies de l’information. Mais en dépit du discours dominant qui voudrait que le savoir, dématérialisé, soit désormais immédiatement (c’est-à-dire sans médiation) accessible en ligne, il faut bien reconnaître qu'une large part des contenus scientifiques et culturels n'est pas si aisément disponible (rareté, absence de numérisation). Les (re-)mettre en circulation peut se révéler essentiel. De plus, l’accès à ces contenus ne doit pas être confondu avec la construction des savoirs. Au sein d'une école d'art et de design, la recherche et la production de connaissances sont plus que jamais des impératifs que le format de l’exposition permet justement d’affronter.

Enseignements

Tout au long des deux années d'étude, les étudiants sont accompagnés par tous les enseignants dans le développement d’un projet ambitieux et autonome. La préparation au diplôme, par la mise en œuvre de la réflexion à travers un document (le mémoire) et d'un projet personnel cohérent  et pertinent permet aux étudiants d'affirmer leur territoire propre dans le contexte contemporain d’un design d'espace réfléchi, ambitieux et responsable.

Les enseignements du Master visent à confronter les étudiants à l'expérience de la pratique, dans différents contextes, qu’il s’agisse de collaborations avec des partenaires extérieurs ou du développement et de la réalisation de projets  personnels et collectifs.
Cette expérience de la pratique a de multiples objectifs. Elle doit permettre aux étudiants de se construire ou de parfaire une culture technique et plastique, d'appréhender la nature sensible et critique du travail de designer, d’inventer des modes de production ou d’exercice inédits, d'apprendre à travailler en équipe, dans des situations professionnelles variées, ainsi que d'entamer la constitution de leur réseau professionnel. Les enseignements convoquent et croisent des pratiques aussi diverses que spécifiques, telles que l’éclairage, le volume, l’installation, le design sonore, le design mobilier, ou encore le curating.

La pédagogie vise également à donner à l’étudiant la capacité de construire et mener à terme un projet de recherche. Cet aspect sera développé à travers plusieurs types d'enseignement. Le travail de tutorat de mémoire effectué par les enseignants théoriciens individuellement et plus ponctuellement en groupe sera l'occasion d'un apprentissage des méthodologies de la recherche. Ce travail se poursuivra à travers un séminaire de recherche (bibliographique, théorique, plastique), orienté sur l'organisation d'une exposition portant sur des questions liées à la culture spécifique du design. Enfin, des conférences et des journées d'études seront organisées autour de questions de recherches plus spécifiques.
Les modes d’enseignement sont le cours magistral, workshop, séminaire, projets au long cours (collaborations extérieures, partenariat), travail en atelier, entretien individuel, journée d'études, colloques.

L’emploi du temps est pensé sur deux semaines: la première est consacrée aux cours et aux ateliers, l’autre est consacré au suivi des réalisations et aux workshops intensifs.

télécharger l'appel à candidature

contenus des cours 4°année - 5°année

///////////////////////////////////////////////////
b - mention design graphique 

(ÉDITER/PUBLIER/EXPOSER)
L’enseignement du design graphique au sein de l'Ensba Lyons’articule autour de la pratique d’un design éditorial qui met, à des degrés divers, le designer graphique en situation d’éditer un contenu qu’il doit organiser et mettre en forme. Cette pratique peut se développer suivant différentes approches — du travail d’auteur le plus affirmé au rôle de designer au sens classique du terme [*] — et dans des agencements de compétences divers (projets mené seul ou collectivement, avec un commanditaire ou non, en s’associant d’autres formes de compétences ou non etc.). 
Ces différentes formes de la pratique du design graphique supposent notamment que l’étudiant acquière une solide culture de sa discipline — tant pratique que théorique —, mais aussi qu’il développe une capacité d’analyse et un esprit critique. À cette fin, un ensemble d’ateliers est proposé qui permet à l’étudiant d’expérimenter différentes manières d’articuler approches théorique et pratique d’un projet, l’incite à se forger une culture spécifique de sa discipline et lui apprend à maîtriser la présentation et les enjeux de ses projets.

L’enseignement de la typographie occupe une place importante dans cette formation tant sur le plan théorique que pratique. Considérée comme un fondement du design graphique, la typographie est envisagée ici sur le plan du dessin et du détail (microtypographie) et sur celui de son utilisation dans la composition (macrotypographie).
L’enseignement du dessin de caractères qui est dispensé au sein de l'option n’a pas pour objectif de former les étudiants à devenir des spécialistes de cette discipline. Il permet néanmoins d'exercer une acuité d'analyse des formes et une meilleure compréhension de ce qui les détermine tant d'un point de vue technique, fonctionnel, qu'esthétique. Il contribue en somme à fonder une culture typographique.

La mention design graphique dessine ainsi un champ d’exploration qui allie une pratique de studio à celle qu'offre des séminaires et des ateliers de projets pratico-théoriques permettant aux étudiants de bénéficier d'une structure de travail propice au développement d'une approche personnelle du design graphique.
L'année 4 (semestres 7 et 8) se développe autour de projets d'ateliers, souvent collectifs, et de séminaires. Les projets développés par les étudiants sont régulièrement évalués lors de séances collectives de "critique".
La cinquième année (semestres 9 et 10) est avant tout consacrée au développement d’un projet de fin d’études dont l’ambition est d’ouvrir à une pratique professionnelle du métier de designer graphique. Ce projet plastique s’accompagne de l’écriture d'un mémoire questionnant la culture et l’histoire du design graphique entendues ici dans leurs sens le plus large.

---
[*] Pour une définition "classique" du design graphique, voir par exemple Robin Kinross, "Conversation with Richard Hollis on Graphic Design History" in Journal of Design History, Vol. 5, Nº1 (1992), pp. 73-90, Oxford University Press.
Une traduction en français de ce texte devrait paraître en 2013 dans la revue Azimuts. 

Compétences
L’ensemble des compétences acquises en fin de cursus et à l’obtention du diplôme est listé dans l’extrait du " Résumé du référentiel d’emploi ou éléments de compétence acquis du Répertoire National des Certifications Professionnelles " présent dans la rubrique " diplômes " de ce même document.

Modes d’enseignement
Du cours au workshop en passant par le travail de groupe en atelier et l’entretien individuel, tous les modes d’enseignement sont convoqués. Chaque cours et chaque projet fait l’objet d’une présentation et d’une notation spécifique. Le travail global est évalué lors des bilans semestriels par l’ensemble des enseignants.

Assiduité
La présence de l’étudiant est obligatoire et exigée chaque semaine, lors des entretiens, des cours et des séances de présentation de travaux. La présence, la participation et le volume d’activité font partie des critères d’évaluation du travail de l’étudiant pour l’obtention des crédits ECTS.

contenus des cours 4°année - 5°année