Accueil > Actualités > Expositions > Tarek Lakhrissi - This Doesn’t Belong to Me

Du 04-10-2020 au 15-11-2020

Tarek Lakhrissi - This Doesn’t Belong to Me

View of the exhibition “This Doesn’t Belong to Me” by Tarek Lakhrissi, Fondazione Sandretto Re Rebaudengo, Palazzo Re Rebaudengo, Guarene (2020). Courtesy the artist and Fondazione Sandretto Re Rebaudengo. Photo by Domenico Conte.
View of the exhibition “This Doesn’t Belong to Me” by Tarek Lakhrissi, Fondazione Sandretto Re Rebaudengo, Palazzo Re Rebaudengo, Guarene (2020). Courtesy the artist and Fondazione Sandretto Re Rebaudengo. Photo by Domenico Conte.
View of the exhibition “This Doesn’t Belong to Me” by Tarek Lakhrissi, Fondazione Sandretto Re Rebaudengo, Palazzo Re Rebaudengo, Guarene (2020). Courtesy the artist and Fondazione Sandretto Re Rebaudengo. Photo by Domenico Conte.
MS. Bodl. 764, fol. 55r. Salamanders, in flames., Francia,
Photo: © Bodleian Libraries, University of Oxford. 

En cette huitième année de collaboration avec l'Ensba Lyon, la Fondazione Sandretto Re Rebaudengo accueille la première exposition personnelle italienne de Tarek Lakhrissi, artiste de la promotion 2019-2020 du Post-Diplôme de l'Ensba Lyon.

"This Doesn’t Belong to Me" présente un cycle d’œuvres nouvellement commandées que l’artiste a conçues spécifiquement pour les espaces du Palazzo Re Rebaudengo à Guarene. L'exposition explore le concept d'autodéfense, interprété comme une pratique de résistance développée par différents groupes sociaux et corps subalternes pour survivre. L'image au cœur de ce cycle d'œuvres d'art est celle de la salamandre : depuis les bestiaires médiévaux, cet amphibien serait doté de venin et capable de survivre au milieu des flammes. Dans l’exposition, la salamandre devient un symbole de contre-pouvoir, de nature à la fois politique et sexuelle, qui, en se défendant, réécrit les règles du conflit et de la connexion. L'autotomie, ou l'autoamputation de parties non vitales du corps, pratiquée par certains animaux comme une diversion pour leurs prédateurs, devient la tactique défensive identifiée par Tarek Lakhrissi pour imaginer de nouvelles stratégies de guérilla urbaine.

Le parcours d’exposition de "This Doesn’t Belong to Me" débute par une installation au plafond composée de chaînes en argent - des talismans de protection au quotidien, qui rappellent également les instruments de plaisir employés dans les pratiques BDSM. La salle suivante dépeint une scène différée, dans laquelle le conflit ou les rapports sexuels ont déjà eu lieu. L'espace est peuplé d'un groupe de cinq sculptures en forme de queues de salamandre hors-normes et hors échelle, qui créent un décor onirique dominé de manière évocatrice par l'élément du feu. L'environnement suggère une tension entre visibilité et absence, où le corps est assumé comme une plateforme continuellement en construction et déconstruction, plutôt qu'une structure identitaire inaliénable. Dans la représentation de Tarek Lakhrissi, la légitime défense est un processus de désidentification, la « stratégie de survie et de subversion » évoquée par José Esteban Muñoz. Mais plus que cela, il s'agit d'une action contre-offensive, similaire à celle décrite par Elsa Dorlin dans Se défendre : une philosophie de la violence (2018): “une autre sémiologie du corps militant qui ne joue pas sur l’exemplarité de son martyre, mais sur le caractère à la fois inexorable et inéluctable de sa vengeance ; qui ne s’inscrit pas dans une métaphysique des fins, mais dans l’immédiateté d’une frappe.”

Commissaire : Bernardo Follini

Palazzo Re Rebaudengo
Piazza Roma 1
Guarene, Italie

Vernissage samedi 3 octobre 14h-18h30

Entrée sur réservation auprès de biglietteria@fsrr.org 

L'exposition est réalisée avec le soutien de la Fondazione Nuovi Mecenati, Fondation franco-italienne dédiée au soutien des créations contemporaines.