Accueil > Actualités > Conférences > Maria Thereza Alves et Jimmie Durham

28-02-2018

Maria Thereza Alves et Jimmie Durham

© Amedeo Benestante 

Maria Thereza Alves est née au Brésil à São Paulo en 1961. Artiste engagée, animée d’une conscience politique et écologique, Maria Thereza crée en 1979 le Centre d’information du Brésil, qui lutte pour les droits des peuples autochtones. Co-fondatrice du Partido Verde (parti vert) brésilien à São Paulo et représentante du Partido dos Trabalhdores (parti des travailleurs) est produit une critique de l’asservissement des peuples indiens. Son travail artistique reflète son souci d’éveiller chez les spectateurs une conscience sociale et écologique.

Jimmie Durham est né en Arkansas dans une famille Cherokee de sculpteurs et d’activistes politiques. Il participe au mouvement des droits civiques et pratique le théâtre, la performance et la littérature dès les années 1960. Sa démarche oscille entre gestes performatifs et assemblages d’objets hétéroclites, et vise à déconstruire notre rapport à l’art, normé par des discours hiérarchisants. Les gestes, les objets, les matériaux et les mots qu’il utilise pour alimenter ses expositions sont envisagés sur le même plan et tout l’enjeu de sa démarche est de leur prêter une voix, de les faire converser ensemble et de les ouvrir à une multitude de discours, de les décoloniser en quelque sorte.

Les deux artistes, partagent des influences croisées tenant, d’une part, à l’engagement politique qui irrigue leurs œuvres respectives et d’autre part, à des sujets de recherches communs, autour des notions de territoire ou d’autorité. On retrouve en effet ces questionnements chez l’un comme chez l’autre et dans les deux cas, ces réflexions sont portées par une même critique des cadres idéologiques et normatifs qui façonnent notre rapport au monde.

À partir de la relation matricielle entre leur pratique artistique et les lieux qu’ils traversent ou habitent, les deux artistes ouvrent à l’IAC de Villeurbanne une nouvelle recherche, menée à quatre mains, autour de l’héritage métissé de la Méditerranée.