Accueil > Études > Recherche > Unité de Recherche numérique

Unité de Recherche numérique

L'Unité de Recherche numérique Art et Design ENSBA Lyon / ESAD Saint-Étienne accueille des étudiant.es-chercheurs en art et design dont les travaux sont en lien avec la question du numérique.

L'UR numérique à l'ENSBA Lyon

À l'ENSBA Lyon, l'accent est mis sur les recherches en art. Reposant sur la mise en œuvre de projets issus de ses participants, l'UR accueille des sujets de recherche d'une grande diversité dès l'instant où ils mettent en œuvre un travail de fond sur une problématique en rapport avec le numérique.
L’UR ne s’interdit aucune hypothèse de travail et invite à aller « ailleurs qu’à l’endroit où » l'actualité numériques semble diriger les problématiques.
L'aspect technique, souvent important en numérique, n'est ni écarté, ni objet de focalisation. Prenant en compte des considérations formelles mais aussi symboliques et culturelles propres à la société numérique, les productions issues de l'UR numérique sont dans un rapport réflexif à la machine considérée comme outils, médium, support d'étude, etc. 

Un séminaire, programmé bimensuellement, et des rencontres hebdomadaires constituent le calendrier régulier de l'UR numérique. Les étudiant.es-chercheurs ont la possibilité de travailler quotidiennement au labo NRV. Des événements - expositions, conférences, workshops, formations techniques, voyages, etc. - sont organisés au long de l'année.

Orientation de recherche 

Dans un célèbre chapitre de L'invention du quotidien, Michel de Certeau décrit ce qu'est l'approche tactique par opposition à la stratégie :
« […] j'appelle tactique l'action calculée que détermine l'absence d'un propre. […] La tactique n'a pour lieu que celui de l'autre. Aussi doit-elle jouer avec le terrain qui lui est imposé tel que l'organise la loi d'une force étrangère. Elle n'a pas le moyen de se tenir en elle-même, à distance, dans une position de retrait, de prévision et de rassemblement de soi : elle est mouvement « à l'intérieur du champ de vision de l'ennemi », comme le disait von Bülow, et dans l'espace contrôlé par lui. […] Elle fait du coup par coup. Elle profite des « occasions » et en dépend, sans base où stocker des bénéfices, augmenter un propre et prévoir des sorties. Ce qu'elle gagne ne se garde pas. […] Il lui faut utiliser, vigilante, les failles que les conjonctures particulières ouvrent dans la surveillance du pouvoir propriétaire. Elle y braconne. Elle y crée des surprises. Il lui est possible d'être là où on ne l'attend pas. » (M. de Certeau, L'invention du quotidien, I : Arts de faire, Gallimard, 1990, p. 60- 61).

Depuis le net.art et les actions issues des « médias tactiques », et plus globalement en art si l'on regarde du côté des happenings, par exemple, cette approche tactique, opportuniste, agile et circonstanciée, a souvent donné lieu à des projets éclairés car ancrés dans un médium ou un propos tout en conservant la capacité critique de s'en distancier. Par des jeux de codes, par des « hacks », par des processus détournés, nombre d'œuvres ont fait mouche en inventant des moyens impertinents d'aborder un sujet ou une technique. Des « déroutages » comme Amazon Noir d'Ubermorgen.com, de la Barbie Liberation Organization « sponsorisée » par RTMark à la Transparency Grenade de Julian Oliver en passant par les ateliers de réécriture de Wikipédia, des dizaines de projets montrent, à différentes échelles et degrés d'intervention, combien il est plus intéressant d'investir la société numérique à la manière d'un grand terrain de jeu que d'essayer d'arrimer « l'art » à des spécialités numériques. Les étudiant.es-chercheurs de l'UR Numérique sont donc invités à considérer cette approche « tactique » dans leur travaux.

Parcours de l'étudiant.e-chercheur 

L'étudiant.e-chercheur, artiste ou théoricien.ne, qui intègre cette UR numérique dispose de trois années pour mener une recherche en art.
À l'issue des trois ans, l'étudiant.e-chercheur peut présenter son travail de recherche plastique et théorique devant un jury d'experts (artistes, théoriciens...) en vue de l'obtention d'un Diplôme Supérieur de Recherche en Art (DSRA) ou obtenir une attestation de recherche de 1'ENSBA Lyon si elle/il n'a pas soutenu ou n'a pas obtenu son DSRA.
Les activités de l'UR numérique sont également ouvertes aux étudiant.es en 4e et 5e années ainsi qu'aux étudiant.es en année 1,2 et 3 si la motivation ou le projet le justifie.

Le DSRA Numérique 

Le Diplôme Supérieur de Recherche en Art mention Numérique (DSRA Numérique) est un diplôme décerné par un jury d'experts attestant de la qualité d'un travail de fond, artistique et théorique, mené par un.e étudiant.e-chercheur. Il est obtenu à l'issue d‘une soutenance concluant trois ans de recherche dans le cadre de l'UR numérique. Le travail fourni durant les trois ans doit être suffisamment conséquent et original pour qu'un jury puisse être constitué. L'attendu est celui d'un travail documenté, référencé et articulé au niveau théorique et artistique qui démontre que l'étudiant.e-chercheur a élaboré une pensée singulière durant son parcours dans l'UR numérique. Le format de la soutenance du DSRA numérique peut revêtir des aspects très variés (exposition, performance visuelle et/ou sonore, etc.) mais nécessite obligatoirement la remise d'une argumentation écrite en amont d'un entretien long avec le jury.

Le labo NRV 

A l'ENSBA Lyon, l’essentiel des activités de l'UR numérique se déroule dans un lieu dédié : le labo NRV (Numérique, Réalités, Virtualités).
Co-coordonné par l'ENSBA Lyon et les Subsistances, le labo NRV est un art lab, laboratoire artistique d’idées et de projets, consacré aux cultures numériques. Il propose de travailler les nouvelles formes de créativités numériques en direction des artistes, designers et des étudiants, tout en y associant de manière privilégiée le public professionnel et amateurs. Le labo NRV est un lieu de travail partagé, un atelier technique, un espace de ressources documentaires ainsi qu'un local accueillant, propice aux échanges et au développement de projets à court ou long terme.

Moyens à disposition

Le matériel affecté à l’UR numérique regroupe l’intégralité du matériel du labo NRV et du Random (lab)-ESADSE, ainsi que les moyens mis à disposition dans le cadre du Common’s lab. Sont notamment à disposition : découpe laser, impression 3D, divers moyens de visualisation 3D (casques VR, etc.), l’accès à de multiples plateformes de type Arduino, Raspberry Pi, etc. ainsi que des dispositifs de captation divers (Kinect, scanner 3D, etc.), de consultation (tablettes, liseuse, etc.) et de vidéoprojection.

Partenaires

Random(lab)-ESADSE
Common's lab
Les Nouvelles Subsistances, Lyon
Grame