Accueil > Actualités > Conférences > Ryoko Sekiguchi

10-02-2011

Ryoko Sekiguchi

Ecrire double Née en 1970 à Tokyo, Ryoko Sekiguchi publie son premier livre de poésie Cassiopée Peca en 1993 au Japon. Vivant à Paris depuis 1997, elle fait paraître des traductions puis des versions françaises de ses livres. Calque, puis Deux marchés, de nouveau sont ainsi publiés aux éditions P.O.L en 2001 et 2005. A partir de 2003, Ryoko Sekiguchi écrit directement en français, tout en continuant à publier des livres de poésie comme des essais au Japon. Ses livres s’écrivent parallèlement maintenant dans ces deux langues : Héliotropes, P.O.L, 2005, s’inspirant de la forme poétique de la muwashshah pratiquée dans l’Andalousie arabe du Moyen Âge, déploie une réflexion sur les noms scientifiques des plantes et leur altérité irréductible ; Adagio ma non troppo, Le bleu du ciel, 2007, est un parcours urbain à partir de la correspondance amoureuse de Pessoa ; Etudes vapeur suivi de Série Grenade, Le bleu du ciel, 2008, propose un circuit perceptif du regard et de la sensation. Cette « écriture double », selon l’expression de Ryoko Sekiguchi, « répond toujours à une même volonté de ne pas créer un texte original unique, mais plutôt un objet qui, reflétant la lumière, produirait deux ombres de formes différentes mais provenant toutes deux directement de l’objet ». Par ailleurs, Ryoko Sekiguchi est traductrice. Du japonais, elle traduit des poètes, principalement Gôzô Yoshimasu : The Other Voice, Caedere, 2002, et Ex-voto, a thousand steps and more, Les Petits Matins, 2009 ; ainsi que la romancière Yoko Tawada, Train de nuit avec suspects (traduit en collaboration avec Bernard Banoun), Verdier, 2005. Elle est aussi traductrice en français, seule ou en binôme, de mangas. Elle traduit par ailleurs, en japonais, des romans de Jean Echenoz et d’Atiq Rahimi, et la poésie d’Anne Portugal et de Pierre Alferi. Elle mène de nombreux travaux en collaboration ainsi avec Christian Boltanski et le compositeur Frank Krawczyk pour la Biennale de Lyon de 2003, avec la photographe Suzanne Doppelt, Le Monde est rond, Créaphis, 2004. Plus récemment, elle a prêté sa voix aux compositions de musique électronique de Rainier Lericolais, travaillé à plusieurs projets avec les artistes-plasticiens brésiliens Angela Detanico et Rafael Lain, notamment pour une exposition à la Galerie Martine Aboucaya à Paris en 2010, et elle amorce un nouveau travail avec le musicien-compositeur Eddie Ladoire. Traversé par une manière d’être « à deux », qu’il s’agisse de langues, de deux versions originales, de traductions dans les deux sens ou de collaborations entre les domaines de la création, la poésie de Ryoko Sekiguchi cherche à insérer dans le texte la voix d’un autre, d’une voix autre.