Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
CésureStageobligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Pendant son année de césure, l'étudiant peut désirer faire un stage.
Le stage permet d'acquérir une expérience des milieux de création et de production, d'approfondir la connaissance des milieux professionnels (entreprises, milieux culturels et institutionnels) et de développer les compétences pratiques en termes d'outils et de travail en équipe.

Semestre 3

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S3-Histoire / Culture /Théorie8Atelier de langues étrangèresPaul Berry
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Mieux comprendre et analyser les textes (de portée critique, artistique, littéraire, historique, articles de presse).
Affiner la présentation de ses travaux (écrit, oral).
Développer l'expression orale informelle dans des contextes divers.
Utiliser des supports d'internet tels que 'Voicethread' pour faire des présentations des travaux.

Contenu :
Analyse de textes avec présentation et discussion.
Analyse de films, enregistrement sonores et d'autres supports en rapport avec le monde de l'art.
Visites d'expositions avec l'objectif d'analyser et de parler des œuvres présentées.
Présentation de travaux (écrit, oral, outils d'internet).

Mode d'évaluation :
Contrôle continu, oral et écrit. Bilan semestriel

Bibliographie :
- « Global English (Intermediate et Upper Intermediate) », Macmillan
- « The Oxford Guide to English Usage », Oxford University Press
- M. Swan, « Intermediate Language Practice », Macmillan
- J. Gaiger, « Art of the Twentieth Century », Yale University Press

 Conférences / Voyages d'études Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Connaissances de l'art contemporain, qu'il s'agisse des figures majeures ou émergentes de l'art actuel, ou de ses lieux de diffusion. Connaissances des cultures spécifiques propres aux designs (auteurs, structures, évènements et lieux de diffusion).

Contenu :
Un cycle hebdomadaire d'interventions du type conférence ou performance est programmé chaque mercredi après-midi à dix-sept heures dans le Grand amphithéâtre :
Sa programmation prend en compte les questionnements et les enjeux artistiques et intellectuels contemporains, ainsi que ceux des cultures spécifiques propres aux designs contemporains Elle est en relation directe avec les enseignements.
L'espace-temps de l'intervention est conçu comme une structure de « travail de la parole ».
La parole de l'intervenant peut relever du commentaire, de la recherche théorique ou de l'expérience artistique, littéraire, etc. L'image, projetée ou diffusée peut jouer le rôle de support, de complément ou de lanceur.
Pendant le temps de la conférence, tous les enseignements sont interrompus afin de permettre la participation de l'ensemble des étudiants et enseignants de l'École, toutes options et années confondues.

Les voyages d'études
auprès des centres majeurs de création soit sur la région soit sur l’international sont importants dans le cadre des études. Ils doivent permettre aux étudiants de découvrir les lieux de diffusion de l'art contemporain et sites remarquables du patrimoine moderne et contemporain ; la fréquentation régulière et autonome de ces lieux est fondamentale pour la poursuite des études.

Mode d'évaluation :
Tout au long du cursus de l'étudiant, la participation aux conférences fait l'objet d'une évaluation (notes et références au sein du dossier ou du mémoire), et de l'attribution d'un crédit semestriel (UE1).

 Feelings are FactsCamille Pageard
François Aubart
facultatif1,00
 

Contenu :
Les attitudes critiques et les démarches analytiques revendiquent bien souvent de s’appuyer sur la rationalité, ce qui les conduit à exclure les affects et les sentiments. Vécus physiquement, ils engendrent des réactions impulsives qui perturbent la distance nécessaire à toute réflexion objective. Les décisions politiques devraient ainsi se prendre en s’appuyant sur des faits précis, les analyses sociales comme les investigations journalistiques seraient le fruit d’études factuelles et impartiales. Dans le domaine artistique, une demande de rationalité du même ordre semble être de mise. Elle s’exprime par le déploiement d’un argumentaire solide qui valide une démarche méthodique ou justifie sa place dans une histoire de l’art monolithique. Pourtant dès qu’on y regarde de près, affects et sentiments paraissent constitutifs de chacun de ces champs. La prise en compte de la colère, de la sidération, de la honte, de l’effroi ou du plaisir, par exemple, permet de penser les sujets comme des entitées singulières, aux réactions pas toujours rationnelles. La politique s’accompagne de la célébration des personnalités et les décisions, les lois votées ou les annonces de commentaires et de réactions enflammées, voire de manifestations de foules unies dans l’approbation ou le rejet. Les commentaires, qu’ils soient éditorialisés ou en ligne, sont voués à toucher, alerter ou dénoncer. De même dans les arts, une œuvre est toujours louée pour sa singularité, pour la vision qu’elle exprime ou les obsessions dont elle rend compte, autant de qualité moins quantifiables que sensibles.

Plutôt que d’opposer les pensées rationnelles aux réactions sensibles ou l’analyse à l’émotion, le but de ce séminaire sera de considérer les affects comme des faits dont on cherchera à sonder les fonctionnements et les effets. Pour éviter de les nier, de les repousser ou de les considérer comme des expressions indépassables de soi, nous étudierons des travaux touchant autant à l’art, au design, à la musique, au cinéma, aux cultures populaires, à l’anthropologie, à la psychologie, et à la politique qui ont cherché à identifier la place, la fonction et l’usage des sentiments. Cela pour analyser la façon dont les affects sont mis à profit par la société de consommation, dans une ère médiatique qui se diffuse sur les réseaux sociaux, où d’en constater le retour dans les discussions sur l’art ou encore les pensées queer. Ainsi, ce séminaire cherche à saisir notre époque et les pratiques qui la traversent.

Mode d'évaluation :
Assiduité

 Histoire de l'artCamille Paulhan
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
- Proposer une relecture de l’art (notamment performatif des années 1960-1980) en regard d’une histoire de l’iconographie chrétienne
- Mettre en lien l’histoire de l’art avec l’actualité de l’art, ancien comme contemporain
- Se saisir de l’objet de l’amour comme du désamour, apprendre à se situer dans une ou des généalogies, y compris tératologiques

Contenu :
Ce cours à destination des étudiant·es de l’option art des deuxième et troisième années s’organise en deux temps. Tout d’abord, chaque séance s’ouvre sur une actualité de l’art aujourd’hui, en s’appuyant sur une exposition, une publication ou un film récents. Le cours de l’année 2021-2022 s’organisera autour d’une histoire alternative de la performance et des œuvres liées au body art, en s’appuyant principalement sur une relecture de l’iconographie chrétienne. C’est Job versus Faith Wilding, la Visitation versus Alice Neel, Suzanne versus Alice Sprinkle. Le corps, toujours lui, et quelques mélanges que j’espère féconds, intrigants, joyeux et instructifs.

Mode d'évaluation :
Participation en cours, devoir sur table ou rendu à la maison.

Bibliographie :
- Guides des arts Hazan, Ancien Testament, Nouveau Testament, Les saints…
- Jacques de Voragine, La légende dorée (toutes éditions)
- Leo Steinberg, La sexualité du Christ dans l’art de la Renaissance et son refoulement moderne, Paris, éd. Gallimard, 1987
- Art en théorie, 1900-1990 : une anthologie (Charles Harrison et Paul Wood éds.), Paris, éd. Hazan, 1997
- Traces du sacré, cat. expo. Paris, Centre Georges Pompidou, 2008
- elles@centrepompidou, cat. expo., Centre Georges Pompidou, 2009
- Helena Reckitt et Peggy Phelan, Art et féminisme, éd. Phaidon, 2011
- Amelia Jones, Tracey Warr, Le corps de l’artiste, éd. Phaidon 2011

Support de cours :
Cours magistral

 Le BaratinVincent Romagny
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
On va ici apprendre à se méfier du baratin, à le comprendre, à le cultiver, puis à en produire !
Quatre 'ateliers' seront mis en place à chaque séance : maitriser le baratin (enquêtes collectives autour de notions souvent prononcées/entendues, mais dont le sens reste trouble : il faudra revenir aux définitions, mais surtout repérer les usages qui en sont faits), cultiver le baratin (en préparant collectivement des bibliographies sur thèmes choisis collectivement), et enfin baratiner (à l'occasion de controverses, dont les thèmes seront discutés collectivement).

Mode d'évaluation :
Présence + participation

Bibliographie :
Harry G. Frankfurt, L'Art de raconter des conneries, Paris, 10-18, 2005

 Les promesses de la nuitOlivier Lebrun
François Aubart
facultatif0,00
 

Objectifs pédagogiques :
Généralement lorsque l’on parle de musique, on parle de productions. Que l’on fasse des listes des meilleurs albums ou l’histoire d’un courant, que l’on compare des réalisations ou des façons de faire, il est toujours question de ce qu’on entend. Évidemment, la musique a de tous temps été produite pour inventer des nouvelles formes et faire évoluer un genre. Pourtant son but est aussi de réunir des gens, un public. C’est à ce versant social que nous voudrions consacrer cette année de recherche. Pour cela nous nous intéresserons aux nombreuses façons dont la musique réunit, crée des habitudes, des rituels, des pratiques ou encore des façons de vivre. Autrement dit, nous observerons ce qui se passe lorsque se forme une scène, lorsque se forme ce que l'on pourrait appeler une bulle sociale.
Depuis que la musique s’enregistre, on peut réécouter des productions de toutes périodes. Cependant, il ne reste rien de ce qu’elles faisaient, de la chaleur des salles concerts, de la fièvre de la foule ou de son ennui, de son statut d’ambiance pour d’autres activités, celles liées au fait de passer une soirée avec d’autres personnes. En outre ces enregistrements, savamment composés en studio, sont parfois loin de leurs versions en direct, modifiées par les aléas d’un moment, d’un environnement ou d’interactions. Ainsi, ce que nous voudrions envisager dans le cadre de cet atelier c’est comment la musique est vécue, les histoires culturelles et sociales qui se tissent autour d’elle.

Contenu :
Pour cela réunion d'un groupe de travail composé d’étudiant·es en 2ème année en Design Graphique et en Art pour mener des recherches sur ce sujet afin de nourrir des rencontres, des événements et, en fin d’année, la publication d’un livre. Le but ainsi est de se confronter au partage d’idées et à la mise en place de projets en collectif.

 Theorie de l'artVincent Romagny
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Ce cours sera dédié à l’examen critique de la question des rapports entre art et enfance dans l’art actuel. Il s’agira de voir comment l’enfant a été le modèle de l’artiste à l’époque moderne, comment la question de l’enfance a été refoulée dans l’art des années 1970, et de quelle façon elle opère un retour dans les pratiques actuelles de l’art contemporain, notamment atour de la question de la pédagogie et de l’éducation. On tentera d’expliquer la perception de l’enfance par les artistes et les usages artistiques auxquels elle donne lieu à l’aune des approches historiques, scientifiques, psychologiques et philosophiques de cette notion et qui lui sont contemporaines. On envisagera l’histoire de l’idée d’enfance, comprise à la fois comme âge de la vie, comme type d’approche de la vie qui n’est alors pas liée à un âge, mais plutôt à une attitude, et enfin à l ‘aune des childhood studies, à savoir l’idée que les enfants puissent être vus comme des acteurs sociaux indépendants. De ce point de vue, la question de l’enfance peut être abordée, à l’instar des questions de genre ou de race, comme une catégorie invisibilisée et rarement perçue pour elle-même. Il s’agira surtout de saisir comment l’enfance est une construction culturelle et sociale, une notion polémique puisqu’elle engage des questions d’émancipation et de domination. Et donc voir si l’art n’as pas, à ce titre, quelque chose à voir là-dedans.

Mode d'évaluation :
Bilan semestriel. Assiduité aux cours et devoir sur table.

Support de cours :
Cours magistral en amphi.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S3-Problématique / Méthodologie6Méthodologie spécifique Collège Des Professeurs
obligatoire3,00
 

Objectifs pédagogiques :
Mise en place progressive d'une méthode de travail de plus en plus individualisée tout au long du cursus et en relation avec les orientations de l'année et de l'option.
Cet objectif est présent à l'intérieur de chaque cours faisant appel à la fois au développement de la capacité perceptive et à l'élaboration d'une mise en œuvre de l'idée.

Une approche plus spécifique sur la méthodologie de recherche peut être développée dans le cadre de modules ou séminaires expressément conçus au croisement des enseignements pratiques et théoriques.

Contenu :
La question est de savoir comment construire un objet de réflexion, de travail et de recherche qui coïncide avec les intentions conceptuelles et plastiques initiales. Mais dans ce contexte, il s'agira probablement moins de répondre à cette question que de la volonté d' en énoncer sans cesse les termes et les conditions. Entre théorie et pratique, entre hypothèse et expérimentation se tissent progressivement les liens qui vont permettre la construction complexe d'une singularité agissante au sein du projet artistique au sens large du terme, qu'il relève du champ de l'art ou de celui du design.
Construire donc, sa propre méthode et ses variations, à partir des éléments constitutifs spécifiques du champ de création dans lequel l'étudiant est engagé mais aussi de l'étude des divers dispositifs scientifiques et transversaux qui organisent les subjectivités contemporaines.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Problématique de projet Collège Des Professeurs
obligatoire3,00
 

Objectifs pédagogiques :
Savoir de quoi l'on parle et avec quoi on agit ; dans quelle mesure le corpus problématisé s'inscrit dans la réflexion et la création contemporaine inhérentes au champ de recherche dans lequel l'étudiant est en train de s'engager.

Contenu :
Tout au long du cursus, depuis le 'sujet' imposé et la thématique, jusqu'à la problématique spécifique du projet individuel et de la recherche, il s’agit de questionner, dans le champ contemporain, à partir du monde réel et des singularités artistiques, dans un continuel aller-retour, à la fois les contenus significatifs mêmes du travail artistique et la façon de penser ce qui précisément le motive, le monde qui nous entoure et nous constitue.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S3-Pratique / Expérimentation / Réalisation121234 objetsNiek Van de Steeg
David Renaud
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
1.1 Objectifs généraux :

1.1.1 Savoir identifier quelques problématiques de la sculpture dans le champ de l’art contemporain
1.1.2 Savoir produire un objet
1.1.3 Savoir présenter/accrocher les objets réalisés
1.1.4 Savoir analyser et formuler les concepts basés sur les objets réalisés et les quelques des 1234 objets étudiés.
1.1.5 Savoir utiliser une technique spécifique de la sculpture

1.2 Objectifs spécifiques :
À la fin de ce studio, l’étudiant devrait être capable de :

1.2.1 Définir quelques concepts rencontrés lors de l’étude de 1234 objets.
1.2.2.1 Réaliser des phases d’études d'objets concrets
1.2.2.2 Entreprendre des travaux pratiques, études, expérimentations en relation avec son projet de 1234 objets
1.2.2.3 Utiliser les résultats de l’expérimentation pour la réalisation des objets
1.2.2.4 Utiliser les résultats de l’expérimentation pour la réalisation d’un objet ou une série d’objets dans un des secteurs du pôle volume.
1.2.3 Savoir construire des dispositifs de présentation en relation avec l’objet ou les objets réalisés
1.2.4 Savoir représenter toutes les phases du projet dans un document en utilisant, texte et image et références
1.2.5 Savoir utiliser un au plusieurs techniques disponibles au pôle volume, pour augmenter ces capacités techniques et d’autonomie.

Contenu :
1234 objets est un studio, un espace d’enseignement pratique et réflexif, pour expérimenter les enjeux de la sculpture dans toute sa dimension actuelle.
Les problématiques abordées sont :
Comment produire des objets qui relèvent du territoire de la sculpture et de l’art ?
Quelles sont les possibilités et quoi sont les contraintes de la fabrication, en relation avec les questions qui sont au centre aujourd’hui ?
Bien sûr, cette question est toujours en relation avec le contexte du pôle volume de l’école d’art de Lyon, sa ville et sa région, son pays et le contexte international...
Savoir être pragmatiques et aborder les problématiques de fabrication des objets et des sculptures.
Cette production est toujours accompagnée par de réflexions culturelles, historiques, philosophiques et politiques…
Le studio propose des plages horaires à orientation théorique, passant en revue un artiste ou un groupe d’artistes présenté par le professeur. Un compte Instagram 1234objets accompagne le studio et peut être fourni en images en relation avec la sculpture, par l’ensemble des participants du studio.
L’expérimentation est individuelle et toujours en étroite relation avec les techniciens du pôle volume.
En plus de son travail individuel, l’étudiant doit produire un travail avec un des techniques disponibles au pôle volume, pour augmenter ces capacités techniques et d’autonomie.
La réalisation est suivie par les techniciens du pôle volume et accompagné, validé et évalué par les professeurs.

Mode d'évaluation :
Évaluation à la fin de chaque semestre.

Présence au cours et participation aux activités de groupe-10 %
- la présence au studio
– Écoute attentive
– Participation dynamique
– Singularité
– Ponctualité

Différents stades du projet-40 %
La capacité de mettre en œuvre une sculpture en utilisant les moyens de l’école et plus spécifiquement le pôle volume
– Qualité d’exécution des stades de recherche
– Ouverture à la recherche et à l’exploration
– Singularité
Projets personnels-40 %
la réalisation de travaux pratiques personnels
–Qualités d’interrelation du processus de travail
–Qualités formelles des réalisations.
–Qualités formelles de présentation du travail

Capacités critiques et autocritiques-10%
La capacité de l’étudiant à exercer un regard critique/autocritique à propos du projet réalisé.
– Capacité à communiquer son point de vue vis-à-vis des projets entrepris.

Bibliographie :
Cette bibliographie est à compléter. Il s'agit d'un exercice collectif, proposé aux étudiants entre la première et deuxième session du studio.

- Histoire de la sculpture moderne, Herbert Read, Paris : Arted Éditions d'Art, 1985 ISBN 2-85067-068-5
- Qu’est-ce que la sculpture moderne ? Centre Georges Pompidou , 1986 ISBN2-85850-333-8
- Passages. Une histoire de la sculpture de Rodin à Smithson, Rosalind Krauss, Édition Macula, Paris, 1995-2015, ISBN 978-2-86589-056-9
- La Sculpture Aujourd'hui Judith Collins Phaidon ,Paris 2008, ISBN 978 07148 5861 6
- Qu’est-ce que la sculpture aujourd'hui ? Beaux-Arts Éditions Caroline Cros 2008
-Dictionnaire international de la sculpture moderne et contemporaine, Alain Monvoisin
ISBN: 978-2841052110
- Status of sculpture : [exposition itinérante, 1990] / [organisée par l'Espace lyonnais d'art contemporain] éditeur : Espace Lyonnais d'art contemporain, ISBN 2-906709-28-X br. 120 F
-Dictionnaire international de la sculpture moderne et contemporaine, Alain Monvoisin
ISBN: 978-2841052110
- Out of actions between performance and the object 1949 -1979, MOCA Los Angeles 1998 Isbn 0-500-28050-9

Support de cours :
Les ateliers du Pôle Volume de l' école.
Un compte Instagram : 1234objets

 CosmicomicsOlivier Nottellet
Fabienne Ballandras
option2,00
 

 De Facto / In SituOlivier Nottellet
Fabienne Ballandras
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Interroger les enjeux des visibilités des projets depuis leurs origines jusqu’à leurs finalités.

Tout d’abord, il s’agira de développer la relation que peut entretenir chaque étudiant avec la diversité et la complexité des représentations, discours et informations que le monde contemporain produit sur lui-même : Définir des champs d’investigations, soustraire des fragments au réel (empreintes ou documents), les manipuler à travers une pratique ouverte de l’expérimentation pour interroger la manière dont ces formes parcellaires sont susceptibles d’alimenter le processus artistique.

Ensuite, au travers des expériences d’accrochages situés ou non il s’agira de questionner la rencontre entre les productions et les espaces qui les soutiennent, les entourent, les supportent.
Détendre les murs, déplacer les touches, les gestes, monter sur les pots et retendre les liens.
Interroger la place du regardeur, les enjeux de sa présence physique.
Relancer les dés qui régissent lieux de productions et lieux de monstration.

Contenu :
Au début ça n’a pas de sens, ça se fait.
Au fur et à mesure les indices s’amoncellent :
Lignes perdues, mots griffonnés, croquis volants, images coupées, scènes en boucles, archives, documents, objets collectionnés, relevés précis, schémas sans logique, découpes radicales, sons entêtants…
Tout vient s’entasser, parfois sans raison apparente.
Vient le moment de trier, d’accrocher, de prolonger, d’agrandir, de copier, de multiplier, de jeter, de tout reprendre à l’envers : mettre en place une pratique de la factographie.

Le projet a besoin de temps et d’espace, de rencontres et d’imprévus.
Il commence à la ligne et se développe à l’échelle de ce qu’il décide de nous montrer.
C’est cette durée entre le réel de ce qui m’intéresse et la mise en oeuvre de ce que j’en extrais que nous vivrons comme l’expérience d’un projet à construire.
Ensemble nous construirons des hypothèses que nous tenterons de vérifier à la logique des murs, des regards incertains, des situations inventées.
Nous alternerons séances de fabrications et séances d’accrochages in situ ou en extérieur, la coexistence de nos points de vues sera un moteur certain à l’élaboration des positions des uns, des unes, des autres.

Pas de médium spécifique, tout est possible, mais un gout prononcé pour le dessin dans toute ses acceptations, de l’écriture au délié le plus libre :
Le dessin est un outil d’élaboration de langages visuels et un objet protéiforme et mouvant.
On peut lui assigner des rôles d’observation, d’analyse, de construction ou de réalisation. Il peut aussi bien prendre en charge la représentation de tout ce qui préexiste, prépare ou échappe aux autres pratiques que devenir un dénouement ou un aboutissement. On peut également s’interroger sur ce qu’est le dessin lorsqu’il n’est pas considéré comme une finalité ou une étape de recherche, lorsqu’il est une activité plutôt qu’un objet ?
Pour conserver cette conception complexe et ouverte du dessin, les étudiants devront engager une réflexion propre sur le(s) rôle(s) qu’ils donnent à cette pratique au sein de leurs projets.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Bibliographie :
Roland Barthes, « L’effet de réel », Communications, n° 11, 1968
Giovanna Zapperi (dir.) : L’avenir du passé / Art contemporain et politiques de l’archive. Presses universitaires de Rennes. (2016).
Aline Caillet et Fréderic Pouillaude : Un art documentaire: Enjeux esthétiques, politiques et éthiques. Presses universitaires de Rennes. (2017).
Marie-Jeanne Zenetti / Factographies : l’enregistrement du réel en littérature, Classiques Garnier, collection « Littérature, histoire, politique », (2014).Georges Didi-Huberman : Images malgré tout, Les éditions de minuit. 2005
Jacques Derrida, A dessein, le dessin suivi de Derrida, à l’improviste par Ginette Michaud Le Havre : Franciscopolis, 2013
Revue Tête à tête. Revue d’art et d’esthétique / www.revuetat.com. Rouge profond.
Roven. Revue critique sur le dessin contemporain. Roven éditions
Jean-Luc Nancy, « le plaisir au dessin », 2007.

 Erreur 404 : fichier introuvableNicolas Frespech
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Cours sur les documents numériques, de la conception à la conservation.

Apprentissage des enjeux liés à l'écologie et à l'éthique des oeuvres numériques (logiciels Open Source, droits d'auteurs...).
Initiation et perfectionnement aux logiciels d'édition multimédia à travers différents exercices.

Contenu :
Découverte, analyse et pratique des oeuvres numériques, plus particulièrement celles réalisées pour le réseau Internet.
Ce cours se propose de dresser un panorama des pratiques numériques dans le domaine de la documentation d'artiste et la PAO, mais aussi la DAO et CAO .
Le cours se propose de donner les bases nécessaires aux étudiants pour envisager une pratique critique liée aux outils d'édition contemporains.
Quels supports pour quels usages ?
Chaque exercice permettra d’explorer les logiciels ou les langages convoqués par des contraintes particulières.
L'utilisation de logiciels et de formats libres sera encouragée. Les étudiants seront sollicités pour effectuer une veille informatique et artistique sur le réseau Internet : évolution des approches graphiques et éditoriales, évolution des logiciels et langages informatiques, évolution des pratiques liées aux différents supports numériques, édition numérique (livres d'artistes numériques...), etc...

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et rendu personnel.

Bibliographie :
Sitographie :
Ressources cours : http://www.twitter.com/enbanf
« Erreur d’impression. Publier à l’ère du numérique » : http://espacevirtuel.jeudepaume.org/erreur-dimpression-1674/
Open Source Publishing : http://osp.kitchen


- Nicolas Thély, « Vu à la webcam (essai sur la web-intimité) », Les Presses du réel, 2002
- Nicolas Thély, « Mes favoris », MIX, 2008
- Nicolas Thély, « Basse def : Partage de données », Les Presses du réel, 2008
- Fred Forest, « Pour un art actuel : L'art à l'heure d'Internet », L'Harmattan, 1998
- Annick Bureaud, Nathalie Magnan, « Connexions : Art, réseaux, media », Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, 2002
- Camille Paloque-Berges, « Poétique des Codes sur le Réseau Informatique », Archives Contemporaines, 2009
- Dragan Espenschied, Olia Lialina, « Digital Folklore », Merz Akademie, 2009
- Leszek Brogowski, « Editer l'art », La Transparence, 2010
- Anne Moeglin-Delcroix , « Esthétique du livre d'artiste 1960-1980 : Une introduction à l'art contemporain », Le mot et le reste, 2012
- Edmond Couchot, « La Technologie dans l'art : De la photographie à la réalité virtuelle », Jacqueline Chambon, 2002
- Norbert Hillaire , Edmond Couchot, « L'Art numérique : Comment la technologie vient au monde de l'art », Flammarion, 2003
- Jean-Paul Fourmentraux, « Art et Internet : Les nouvelles figures de la création », CNRS, 2005
- Rachel Greene, « L'Art Internet », Thames et Hudson, 2005
- Mark Tribe, Reena Jana, « Art des nouveaux médias »,Taschen, 2006
- Fred Forest, « Art et Internet », Cercle d'Art, 2008
- « 15 ans de création artistique sur Internet », Les guides MCD, Musique et cultures digitales, 2009
- « ART++ », collectif, HYX, 2011
- Nicolas Bourriaud, « Radicant : Pour une esthétique de la globalisation », Denoël, 2009
- Jean Michel Oullion, « Les métiers d'internet - Le guide 2010-2011 », L’étudiant, 2010
- Anne Laforet., « Le Net Art au musée. Stratégies de conservation des oeuvres en ligne », Questions théoriques, coll. L>P, 2010
- Collectif, « Recherche et Création. Art, technologie, pédagogie,innovation », Editions du Parc, ENSA Nancy, 2009

 GEPPPauline Bastard
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Le studio a pour but de permettre à l’étudiant de donner de l’ampleur à ses projets, de lui proposer une expérience collective et d’engager avec le groupe une réflexion sur la production à la base de l’oeuvre.

Contenu :
Le Groupe d’Entraide pour la Pratique et la Production est un système d’échange du temps et des savoir-faire. Les étudiants proposent des projets pour lesquels ils ont besoin d’aide. Le studio fonctionne comme un Système d’Échange Local, chaque étudiant est à la fois porteur de ses projets et participant dans les projets des autres.
Preneur de son, performeur, figurant, régisseur, photographe, décorateur, danseur, céramiste, monteur, modèle, déménageur, traducteur, mathématicien, musicien… Les étudiants s’entourent dans leur démarche et chacun prend divers postes selon les besoins. La communauté formée par le travail donne une réalité aux projets. Dans ce studio, les oeuvres ne sont pas dissociables de leur processus de production, ce lien constitue une base conceptuelle et méthodologique au développement des projets et à la réflexion.

Mode d'évaluation :
La participation au studio est évaluée en contrôle continu et en bilan semestriel.
Le travail de production se passe en dehors du temps du studio : les projets se développent entre les étudiants. Le studio sert de base et de lieu de réflexion, on y prépare les projets et on y présente ce qui a été produit. Il est basé sur la participation et requiert une présence, une participation, une attention.

Bibliographie :
Tim Ingold, Faire : anthropologie, archéologie, art et architecture Dehors, 2017
Jacques Rancière, Le maître ignorant, 1987
William Golding, Sa Majesté des Mouches, 1954

 Mise en oeuvre et développement Collège Des Professeurs
obligatoire3,00
 

Objectifs pédagogiques :
Développer les capacités de travail à travers l'expérimentation et l'étude dans le cadre du projet personnel et du travail d'atelier.

Contenu :
Progressivement, tout au long du cursus, l'étudiant est amené à développer sa capacité de travail ainsi que la puissance et l'efficacité plastique de son projet personnel dans le cadre de l'organisation générale de ses divers travaux et expérimentations à travers un rythme et un processus de réalisation de plus en plus singularisés. L'ensemble des activités plastiques de l'étudiant est en résonance continue avec les enseignements de l'UE2 (problématique, méthodologie, projet).

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Point de vue, images du mondeGuillaume Janot
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Initiation théorique et pratique.
Maitrise de l’outil photographique et compréhension de ses enjeux.
Développement d’une démarche personnelle.

Contenu :
'L'acte photographique n'est pas juste une captation, un simple enregistrement, mais la construction consciente et volontaire d'une image.' Stephen Shore.

La fabrication d’une image photographique est sous-tendue notamment par la question du point de vue, tant spatial que mental. On évoque souvent la question de la place du spectateur, nous tenterons ici de réfléchir aussi sur la place de l’artiste lorsqu’il se pose dans et/ou devant le monde pour en construire une représentation.

Le studio s'appuie sur une pratique photographique régulière de votre part, sur le développement d'une démarche personnelle, et une analyse critique collective des travaux produits.

Ce sera l'occasion d'aborder quelques problématiques liées à l' apparition de la photographie depuis son invention jusqu'à aujourd'hui, nous exposerons et commenterons de nombreux documents et oeuvres photographiques contemporains ou historiques (lecture des textes fondateurs, approche des enjeux actuels...)

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilans semestriels.

Bibliographie :
« Histoire de la photographie », Lemagny/Rouillé, Bordas.

« L’ invention d’ un regard, 1839-1918 » Musée d’ Orsay, RMN .

« Le public moderne et la photographie » Charles Baudelaire .

'Hommes du XXème siècle', August Sander.

« Sur l’ art et la photographie », Walter Benjamin, arts et esthétique.

'Louons maintenant les grands hommes', Walker Evans et James Agee, Terre humaine Plon.

« American photographs » Walker Evans, Moma .

« Le style documentaire 1920-1945 » Olivier Lugon, Macula . 

La dénivelée » Hubert Damisch, Seuil 
.
« Le photographique » Rosalind Krauss, Macula
.
« Platitudes » Eric de Chassey, Gallimard
.
« La chambre claire » Roland Barthes.
Pour une philosophie de la photographie. Wilém Flusser. éd Circé.
Les raisons du paysage. Augustin Berque. éd. Hazan.
Revues : « Etudes photographiques », SFP
« Les cahiers de la photographie: Robert Frank, Henri Cartier Bresson, William Klein etc... »
également, bien sûr : les monographies des photographes,
(et différents textes communiqués au fur et à mesure de nos questionnements, de nos rencontres et de nos besoins).

Support de cours :
Présentation régulière sous forme de cours et de projections liés à l'Histoire ansi qu'à l'usage de la photographie aujourd'hui.

 Prendre son tempsVeit Stratmann
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
A partir des travaux de Erwin Panofsky et Max Imdahl nous réfléchirons sur la stratification des couches d'information, et donc de lecture, d'une oeuvre d'art. La prise en compte de ces couches nécessite une définition de la distance que le spectateur souhaite entretenir avec cette même oeuvre. Le studio constitue une tentative de comprendre ce “choix de distance” comme outil de travail plastique.

Contenu :
Chaque séance sera centrée sur UN travail d'UN(E) étudiant(e) ou UNE Oeuvre à choisir dans des Institutions lyonnaises.
Sur la base d'un description minutieuse (voir ergoteuse) – et donc lente – par l'ensemble des participants du studio, nous allons tenter une analyse / lecture critique du phénomène plastique en question, non pas dans le but de son “amélioration”, sa “correction”, sa “déconstruction” ou son “enrichissement”, mais dans l'optique de nommer sa place dans le monde. Il s'agit d'une tentative -évidemment vouée à l'échec- d'épuisement des informations contenues dans un phénomène plastique, et des possibilités de sa liaison au monde

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel

 Print, PrintNicolas Romarie
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Développer une pratique dans le champ de l’édition d’artiste.

Appréhender les différents supports et techniques d'impression papier.
Penser la diffusion et l’exposition.

Contenu :
Depuis une pratique déjà affirmée de l’édition ou partant d’une autre pratique — dessinée, photographique, filmique, textuelle —, ébauches de travaux, carnets de notes, pièces déjà réalisées ou projets abandonnés par ailleurs, il s’agit de penser et réaliser une ou plusieurs éditions imprimées sur papier ou numériques.
Afin de trouver la forme appropriée à chaque projet, sont abordées les composantes d’une édition d’artiste imprimée — mise en page, format, support, production, diffusion — et la singularité propre à ce médium à part entière.
Les séances de travail sont collectives, prolongées au besoin de rendez-vous individuels. La fréquentation active du pôle édition est encouragée, tant pour une première approche des outils — sérigraphie, offset, jet d’encre grand format, laser, façonnage — qu’un usage approfondi.
En début de chaque séance, présentation d’éditions d’artistes, aventures éditoriales, portraits d’éditeurs.

Mode d'évaluation :
D’octobre à mai, suivi continu — travail d’atelier, discussion collective, réalisation.
Évaluation en fin de semestre.

Bibliographie :
Christoph Keller et Michael Lailach, « Kiosk – Modes of Multiplication: A Sourcebook on Independent Art Publishing 1999-2009 », JRP/Ringier, 2009
« L'effet papillon, 1989-2007 », Centre d'édition contemporaine, Genève, 2008
Jörg Adolph et Gereon Wetzel, « How to Make a Book with Steidl », dvd, 2011; « How to Make a Book with Carlos Saura et Steidl », dvd, 2017

Support de cours :
Actualité d’éditeurs, distributeurs, librairies, galeries, artothèques produisant et diffusant des éditions d’artistes : Maison du livre de l’image et du son, Villeurbanne; After 8 Books, Paris; Florence Loewy, Paris; Centre des livres d’artistes, Saint-Yrieix la Perche; Centre d’édition contemporaine, Genève; Nieves, Zürich; Roma Publications, Amsterdam; Motto Berlin-Vancouver-Bruxelles-Zürich; Printed Matter, New York, entre autres.

Salons : Multiple Art Days, Paris; Offprint, Paris; Missread, Berlin; New York Art Book Fair

 Questions d'interprétationsYaïr Barelli
facultatif1,00
 

Objectifs pédagogiques :
L'interprétation est un élément essentiel de l'art vivant. Elle est aussi un outil qui est accessible partout, à tous et dans n'importe quelle situation. C'est le niveau d'engagement dans une action, qui définit la qualité de l’évènement. Nous allons travailler avec et contre le regard de l'autre, utiliser la situation d'une visibilité comme un appui et un défi de travail. Nous utiliserons l’interprétation physique de consignes verbales en naviguant entre diverses pratiques (yoga, danse, parole, chant, mimétismes) et selon différentes polarités (lâcher prise, introspection, extravagance, maîtrise). Ces explorations seront menées individuellement et en groupe selon une approche privilégiant une appréhension des outils performatifs entre vous et dans vos projets personnels, qu'ils relèvent de la performance ou non.

 Réalisations Collège Des Professeurs
obligatoire3,00
 

Objectifs pédagogiques :
Dans la continuité de l'organisation et de l'évolution plastique du travail (cf. fiche mise en œuvre et développement), l'étudiant est amené à prendre en charge la dimension de finition des travaux en adéquation avec les enjeux plastiques, conceptuels et méthodologiques du projet.

Contenu :
En option art, depuis le 'non-fini' jusqu'à 'l'hyper-poli', du 'trash' au 'clinquant' en passant par 'l'esthétique du fragment' ou le 'non-visible', il semble évident que la qualité des réalisations ne puisse être définie que de façon singulière et relativement à l'orientation du projet personnel de l'étudiant jusque dans son approche des consignes et contraintes données sous forme de thématique ou territoire dans le cadre du 'programme' d'atelier.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Vidéo - Lectures d’imagesOlivier Zabat
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Découverte et approfondissement théorique et pratique des outils numériques à partir des travaux de l'étudiant lors de séances de Lectures d'Images.

Les Lectures d’Images qui accompagnent le travail pratique se positionnent comme un laboratoire d’analyse du regard et de la multitude des angles possibles dans le développement de l'écriture et de la pensée filmique. C'est un lieu de recherche et de propositions.
Les vidéos présentées sont la matière d'échanges collectifs, étudiants/enseignant(s), où sont questionnés les modes et les enjeux filmiques pour développer et aboutir les projets. C'est un temps d'accompagnement qui agit et fait le lien entre le travail solitaire et le temps où le projet est partagé et rendu public.

Contenu :
Les outils de prise de vue d’aujourd’hui se multiplient à partir d’un « tronc commun » qui est l’image HD (haute définition 2K, 4K). Dans le choix de ces outils pour construire une recherche filmique se pose maintenant la question de leurs spécificités propres (haute définition, rapidité de traitement et de communication, texture cinématographique…) et de la pertinence de leur mise en œuvre et de leur adaptation à la démarche artistique. Ce choix, au-delà de l’aspect technique et formel des outils, implique de prendre en considération les aspects plastique, éthique, politique, artistique qui les accompagnent. Comment ces outils déclinés peuvent-ils permettre à chaque étudiant un accès parcellaire à l’ensemble des formes revendiquées comme filmiques aujourd’hui (cinéma, télévision, art vidéo…) et donner lieu au développement de travaux cohérents et singuliers ? Quel est le moment charnière où des images numériques deviennent film ? Intention, prise de vue, direction, montage, générique de fin, diffusion ?
Ces questions seront abordées lors des Lectures d’Images (intensives en année 3) durant lesquelles, à chaque session, l'étudiant sera invité à présenter une vidéo aboutie ou des éléments de recherches, en cours de projet, devant tous les inscrits au studio et en présence de l’enseignant. En plus de la présentation formelle et critique, l'étudiant devra formuler une (des) question(s) précise(s) sur le film ou la séquence présentée, en relation avec une interrogation pratique, esthétique voire éthique sur le film ou une partie du film. Elle sont l'amorce et l'axe de l'échange collectif et paritaire en vue de trouver une ou des solutions ou proposer une orientation de travail à venir. Les séances de présentation de travaux de Lectures d’Images peuvent s’accompagner du visionnage de films sélectionnés par l'enseignant du studio.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Bibliographie :
- André Bazin, « Qu’est-ce que le cinéma ? », Cerf, coll. 7e art, 1976, 372 p.
- Raymond Bellour, « L’entre-images », La Différence, coll. Essais, 2002, 349 p.
- Bernard Benoliel, « Opération Dragon de Robert Clouse », Yellow Now, coll. Côté Films n° 17, 2010, 128 p.
- Robert Bresson, « Notes sur le cinématographe », Gallimard, coll. Folio, 1995, 137 p.
- Gilles Deleuze, « Cinéma, tome 1. L’image-mouvement », Minuit, 1983, 298 p.
- Gilles Deleuze, « Cinéma, tome 2. L’image-temps », Minuit, 1985, 378 p.
- Serge Daney, Serge Toubiana , « Persévérance », P.O.L, coll. Essais, 1994, 171p.
- Michel Rush, Christian-Martin DIiebold, « Les nouveaux media dans l’art », Thames and Hudson, coll. L’univers de l’art, 2005, 248 p.
- André Gardies, « Le récit filmique », Hachette, coll. Contours littéraires, 1993, 151p.
- Guy Gauthier, « Le documentaire, un autre cinéma », Armand Colin, coll. Cinéma, 2008, 428 p.
- Michel Chion, « Ecrire un scénario », Cahiers du cinéma, coll. Essais, 2007, 344 p.
- Henri Colpi, Nathalie Hureau, « Lettres à un jeune monteur », Seguier, coll. Carré ciné, 2006, 176 p.
- Dominique Païni, « Le temps exposé : Le Cinéma de la salle au musée », Cahiers du cinéma, coll. Essais, 2007, 142 p.
- Andrei Tarkovski, « Le temps scellé », Cahiers du Cinéma, coll. Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma, 2004, 288 p.

 Workshops Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Acquisition de connaissances dans le cadre d'un atelier intensif d'enseignement dirigé par une personnalité extérieure à l'école, qu'il soit artiste designer ou auteur en collaboration ou non avec un ou des professeurs.

Contenu :
La durée (entre 2 et 5 jours) et le fonctionnement du workshop varient selon les enjeux pédagogiques. Les contenus sont très diversifiés et en corrélation avec le travail des personnalités invitées.
Le workshop peut s’inscrire dans un ensemble thématique d’enseignements du type arc/atelier de recherche et de création.

Mode d'évaluation :
Evaluation lors du bilan semestriel.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S3-Contextualisation / Médiation4Analyse / énonciation Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Acquisition progressive des outils techniques et conceptuels d'analyse permettant à l'étudiant de proposer une lecture (orale et écrite) cohérente, rigoureuse et contextualisée de l'ensemble de ses travaux.

Contenu :
Le travail d'analyse critique a lieu tout au long de l'année mais est plus particulièrement mis en évidence lors des séances de présentation spatiale de travaux et lors des bilans semestriels. Ce n'est que progressivement tout au long du cursus que l'étudiant peut acquérir la maîtrise de cet outil.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Dossier personnel Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Mise en évidence pratique et conceptuelle du projet général de l'étudiant par le biais d'un support de communication.

Contenu :
Tout au long du cursus, il s'agit de mettre en œuvre, réaliser et régulièrement mettre à jour le dossier de travaux personnels que nécessite la communication d'une démarche et d'un projet d'artiste ou de designer.

Mode d'évaluation :
Bilan semestriel.

 Spatialisation Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Apprentissage progressif de la mise en espace et de la présentation plastique de l'ensemble des travaux de l'étudiant.

Contenu :
Selon l'année et le niveau des études, le travail de spatialisation est mis en œuvre régulièrement tout au long de l'année dans le cadre de séances de présentation de travaux ainsi que lors des bilans semestriels ou le cas échéant au moment d'expositions en dehors du cadre de l'école.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Semestre 4

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S4-Histoire / Culture / Théorie8Atelier de langues étrangèresPaul Berry
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Mieux comprendre et analyser les textes (de portée critique, artistique, littéraire, historique, articles de presse).
Affiner la présentation de ses travaux (écrit, oral).
Développer l'expression orale informelle dans des contextes divers.
Utiliser des supports d'internet tels que 'Voicethread' pour faire des présentations des travaux.

Contenu :
Analyse de textes avec présentation et discussion.
Analyse de films, enregistrement sonores et d'autres supports en rapport avec le monde de l'art.
Visites d'expositions avec l'objectif d'analyser et de parler des œuvres présentées.
Présentation de travaux (écrit, oral, outils d'internet).

Mode d'évaluation :
Contrôle continu, oral et écrit. Bilan semestriel

Bibliographie :
- « Global English (Intermediate et Upper Intermediate) », Macmillan
- « The Oxford Guide to English Usage », Oxford University Press
- M. Swan, « Intermediate Language Practice », Macmillan
- J. Gaiger, « Art of the Twentieth Century », Yale University Press

 Conférences / Voyages d'études Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Connaissances de l'art contemporain, qu'il s'agisse des figures majeures ou émergentes de l'art actuel, ou de ses lieux de diffusion. Connaissances des cultures spécifiques propres aux designs (auteurs, structures, évènements et lieux de diffusion).

Contenu :
Un cycle hebdomadaire d'interventions du type conférence ou performance est programmé chaque mercredi après-midi à dix-sept heures dans le Grand amphithéâtre :
Sa programmation prend en compte les questionnements et les enjeux artistiques et intellectuels contemporains, ainsi que ceux des cultures spécifiques propres aux designs contemporains Elle est en relation directe avec les enseignements.
L'espace-temps de l'intervention est conçu comme une structure de « travail de la parole ».
La parole de l'intervenant peut relever du commentaire, de la recherche théorique ou de l'expérience artistique, littéraire, etc. L'image, projetée ou diffusée peut jouer le rôle de support, de complément ou de lanceur.
Pendant le temps de la conférence, tous les enseignements sont interrompus afin de permettre la participation de l'ensemble des étudiants et enseignants de l'École, toutes options et années confondues.




Les voyages d'études
auprès des centres majeurs de création soit sur la région soit sur l’international sont importants dans le cadre des études. Ils doivent permettre aux étudiants de découvrir les lieux de diffusion de l'art contemporain et sites remarquables du patrimoine moderne et contemporain ; la fréquentation régulière et autonome de ces lieux est fondamentale pour la poursuite des études.

Mode d'évaluation :
Tout au long du cursus de l'étudiant, la participation aux conférences fait l'objet d'une évaluation (notes et références au sein du dossier ou du mémoire), et de l'attribution d'un crédit semestriel (UE1).

 Feelings are FactsCamille Pageard
François Aubart
facultatif1,00
 

 Histoire de l'artCamille Paulhan
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
- Proposer une relecture de l’art (notamment performatif des années 1960-1980) en regard d’une histoire de l’iconographie chrétienne
- Mettre en lien l’histoire de l’art avec l’actualité de l’art, ancien comme contemporain
- Se saisir de l’objet de l’amour comme du désamour, apprendre à se situer dans une ou des généalogies, y compris tératologiques

Contenu :
Ce cours à destination des étudiant·es de l’option art des deuxième et troisième années s’organise en deux temps. Tout d’abord, chaque séance s’ouvre sur une actualité de l’art aujourd’hui, en s’appuyant sur une exposition, une publication ou un film récents. Le cours de l’année 2021-2022 s’organisera autour d’une histoire alternative de la performance et des œuvres liées au body art, en s’appuyant principalement sur une relecture de l’iconographie chrétienne. C’est Job versus Faith Wilding, la Visitation versus Alice Neel, Suzanne versus Alice Sprinkle. Le corps, toujours lui, et quelques mélanges que j’espère féconds, intrigants, joyeux et instructifs.

Mode d'évaluation :
Participation en cours, devoir sur table ou rendu à la maison.

Bibliographie :
- Guides des arts Hazan, Ancien Testament, Nouveau Testament, Les saints…
- Jacques de Voragine, La légende dorée (toutes éditions)
- Leo Steinberg, La sexualité du Christ dans l’art de la Renaissance et son refoulement moderne, Paris, éd. Gallimard, 1987
- Art en théorie, 1900-1990 : une anthologie (Charles Harrison et Paul Wood éds.), Paris, éd. Hazan, 1997
- Traces du sacré, cat. expo. Paris, Centre Georges Pompidou, 2008
- elles@centrepompidou, cat. expo., Centre Georges Pompidou, 2009
- Helena Reckitt et Peggy Phelan, Art et féminisme, éd. Phaidon, 2011
- Amelia Jones, Tracey Warr, Le corps de l’artiste, éd. Phaidon 2011

Support de cours :
Cours magistral

 Le BaratinVincent Romagny
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
La conférence-performance, performance qui consiste à mimer une conférence ou conférence qui prend en charge son caractère performatif, tend à devenir un genre artistique à part entière, comme le prouvent les festivals et colloques qui lui sont consacrés. Elle prend sens également dans la configuration contemporaine de l'art compris comme production de connaissance. À l'heure où les écoles d'art tremblent face au risque de perdre en spécificité face aux universités, et alors même qu'elles lui empruntent ses normes, à l'heure où les étudiants, en fin de deuxième année, tremblent à l'idée de produire une parole qui accompagne leur pratique artistique, alors qu'on la leur demande à corps et à cris, la conférence-performance vise à rassurer les premières en affirmant le caractère performatif de la prise de parole qu'elles encouragent, et à inciter les deuxièmes dans la production d'une parole dont ils déterminent par eux-même la forme.
Il s'agira, pour chaque étudiant.e, de performer son baratin.

Mode d'évaluation :
conférence-performance

 Les promesses de la nuitOlivier Lebrun
François Aubart
facultatif0,00
 

Objectifs pédagogiques :
Généralement lorsque l’on parle de musique, on parle de productions. Que l’on fasse des listes des meilleurs albums ou l’histoire d’un courant, que l’on compare des réalisations ou des façons de faire, il est toujours question de ce qu’on entend. Évidemment, la musique a de tous temps été produite pour inventer des nouvelles formes et faire évoluer un genre. Pourtant son but est aussi de réunir des gens, un public. C’est à ce versant social que nous voudrions consacrer cette année de recherche. Pour cela nous nous intéresserons aux nombreuses façons dont la musique réunit, crée des habitudes, des rituels, des pratiques ou encore des façons de vivre. Autrement dit, nous observerons ce qui se passe lorsque se forme une scène, lorsque se forme ce que l'on pourrait appeler une bulle sociale.
Depuis que la musique s’enregistre, on peut réécouter des productions de toutes périodes. Cependant, il ne reste rien de ce qu’elles faisaient, de la chaleur des salles concerts, de la fièvre de la foule ou de son ennui, de son statut d’ambiance pour d’autres activités, celles liées au fait de passer une soirée avec d’autres personnes. En outre ces enregistrements, savamment composés en studio, sont parfois loin de leurs versions en direct, modifiées par les aléas d’un moment, d’un environnement ou d’interactions. Ainsi, ce que nous voudrions envisager dans le cadre de cet atelier c’est comment la musique est vécue, les histoires culturelles et sociales qui se tissent autour d’elle.

Contenu :
Pour cela réunion d'un groupe de travail composé d’étudiant·es en 2ème année en Design Graphique et en Art pour mener des recherches sur ce sujet afin de nourrir des rencontres, des événements et, en fin d’année, la publication d’un livre. Le but ainsi est de se confronter au partage d’idées et à la mise en place de projets en collectif.

 Théorie de l'artVincent Romagny
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Ce cours sera dédié à l’examen critique de la question des rapports entre art et enfance dans l’art actuel. Il s’agira de voir comment l’enfant a été le modèle de l’artiste à l’époque moderne, comment la question de l’enfance a été refoulée dans l’art des années 1970, et de quelle façon elle opère un retour dans les pratiques actuelles de l’art contemporain, notamment atour de la question de la pédagogie et de l’éducation. On tentera d’expliquer la perception de l’enfance par les artistes et les usages artistiques auxquels elle donne lieu à l’aune des approches historiques, scientifiques, psychologiques et philosophiques de cette notion et qui lui sont contemporaines. On envisagera l’histoire de l’idée d’enfance, comprise à la fois comme âge de la vie, comme type d’approche de la vie qui n’est alors pas liée à un âge, mais plutôt à une attitude, et enfin à l ‘aune des childhood studies, à savoir l’idée que les enfants puissent être vus comme des acteurs sociaux indépendants. De ce point de vue, la question de l’enfance peut être abordée, à l’instar des questions de genre ou de race, comme une catégorie invisibilisée et rarement perçue pour elle-même. Il s’agira surtout de saisir comment l’enfance est une construction culturelle et sociale, une notion polémique puisqu’elle engage des questions d’émancipation et de domination. Et donc voir si l’art n’as pas, à ce titre, quelque chose à voir là-dedans.

Mode d'évaluation :
Bilan semestriel. Assiduité aux cours et devoir sur table.

Support de cours :
Cours magistral en amphi.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S4-Problématique / Méthodologie6Méthodologie spécifique Collège Des Professeurs
obligatoire3,00
 

Objectifs pédagogiques :
Mise en place progressive d'une méthode de travail de plus en plus individualisée tout au long du cursus et en relation avec les orientations de l'année et de l'option.
Cet objectif est présent à l'intérieur de chaque cours faisant appel à la fois au développement de la capacité perceptive et à l'élaboration d'une mise en œuvre de l'idée.

Une approche plus spécifique sur la méthodologie de recherche peut être développée dans le cadre de modules ou séminaires expressément conçus au croisement des enseignements pratiques et théoriques.

Contenu :
La question est de savoir comment construire un objet de réflexion, de travail et de recherche qui coïncide avec les intentions conceptuelles et plastiques initiales. Mais dans ce contexte, il s'agira probablement moins de répondre à cette question que de la volonté d' en énoncer sans cesse les termes et les conditions. Entre théorie et pratique, entre hypothèse et expérimentation se tissent progressivement les liens qui vont permettre la construction complexe d'une singularité agissante au sein du projet artistique au sens large du terme, qu'il relève du champ de l'art ou de celui du design.
Construire donc, sa propre méthode et ses variations, à partir des éléments constitutifs spécifiques du champ de création dans lequel l'étudiant est engagé mais aussi de l'étude des divers dispositifs scientifiques et transversaux qui organisent les subjectivités contemporaines.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Problématique de projet Collège Des Professeurs
obligatoire3,00
 

Objectifs pédagogiques :
Savoir de quoi l'on parle et avec quoi on agit ; dans quelle mesure le corpus problématisé s'inscrit dans la réflexion et la création contemporaine inhérentes au champ de recherche dans lequel l'étudiant est en train de s'engager.

Contenu :
Tout au long du cursus, depuis le 'sujet' imposé et la thématique, jusqu'à la problématique spécifique du projet individuel et de la recherche, il s’agit de questionner, dans le champ contemporain, à partir du monde réel et des singularités artistiques, dans un continuel aller-retour, à la fois les contenus significatifs mêmes du travail artistique et la façon de penser ce qui précisément le motive, le monde qui nous entoure et nous constitue.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S4-Pratique / Expérimentation / Réalisation12'Hello World!'Nicolas Frespech
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Apprentissage d'une méthode critique d'analyse d'oeuvres numériques.
Apprentissage des enjeux liés à la conservation des oeuvres numériques, sites Internet, photographie numérique... (indexation,conservation et valorisation des créations...).
Apprentissage des enjeux liés à l'écologie et à l'éthique des oeuvres numériques (logiciels Open Source, droits d'auteurs...).
Initiation et perfectionnement aux logiciels d'édition multimédia à travers différents exercices.
Edition numérique (livres d'artistes numériques...).
Initiation au fonctionnement du Commons'Lab (3D, impression 3D...)
Acquisition d'une culture net art.

Contenu :
Le studio propose de dresser un panorama des pratiques artistiques liées au réseau Internet de ces 20 dernières années.
Découverte, analyse et pratique des oeuvres numériques, plus particulièrement celles réalisées pour le réseau Internet.

Tous connecté ? Web 2.0, Web sémantique, Internet mobile, livre numérique, Arduino, réalité augmentée ou puces RFID...autant de champs d'expression et de réflexion à disposition des artistes.

Ce studio se propose d'offrir aux étudiants les bases nécessaires pour envisager une pratique numérique en cohérence avec leurs différents projets artistiques.

Chaque exercice permettra d’explorer les logiciels ou les langages convoqués par des contraintes particulières. Ces exercices individuels et de groupe devront répondre à des sujets liés à l’actualité culturelle, sociale... La réactivité, à l’image de ce qu’il se passe sur les réseaux, sera valorisée. L'utilisation de logiciels et de formats libres sera encouragée. Les étudiants seront sollicités pour effectuer une veille informatique et artistique sur le réseau Internet : évolution des approches graphiques et éditoriales, évolution des logiciels et langages informatiques, évolution des pratiques liées aux différents supports numériques.
Les étudiants seront aussi invités à pratiquer des outils pour apprendre à maitriser leur communication sur le réseau (PAO, liste de diffusion...).
Ce studio est impliqué dans la programmation du Commons Lab ainsi que le Labo NRV.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et rendu personnel.

Bibliographie :
- Nicolas Thély, « Vu à la webcam (essai sur la web-intimité) », Les Presses du réel, 2002
- Nicolas Thély, « Mes favoris », MIX, 2008
- Nicolas Thély, « Basse def : Partage de données », Les Presses du réel, 2008
- Fred Forest, « Pour un art actuel : L'art à l'heure d'Internet », L'Harmattan, 1998
- Annick Bureaud, Nathalie Magnan, « Connexions : Art, réseaux, media », Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, 2002
- Camille Paloque-Berges, « Poétique des Codes sur le Réseau Informatique », Archives Contemporaines, 2009
- Dragan Espenschied, Olia Lialina, « Digital Folklore », Merz Akademie, 2009
- Leszek Brogowski, « Editer l'art », La Transparence, 2010
- Anne Moeglin-Delcroix , « Esthétique du livre d'artiste 1960-1980 : Une introduction à l'art contemporain », Le mot et le reste, 2012
- Edmond Couchot, « La Technologie dans l'art : De la photographie à la réalité virtuelle », Jacqueline Chambon, 2002
- Norbert Hillaire , Edmond Couchot, « L'Art numérique : Comment la technologie vient au monde de l'art », Flammarion, 2003
- Jean-Paul Fourmentraux, « Art et Internet : Les nouvelles figures de la création », CNRS, 2005
- Rachel Greene, « L'Art Internet », Thames et Hudson, 2005
- Mark Tribe, Reena Jana, « Art des nouveaux médias »,Taschen, 2006
- Fred Forest, « Art et Internet », Cercle d'Art, 2008
- « 15 ans de création artistique sur Internet », Les guides MCD, Musique et cultures digitales, 2009
- « ART++ », collectif, HYX, 2011
- Nicolas Bourriaud, « Radicant : Pour une esthétique de la globalisation », Denoël, 2009
- Jean Michel Oullion, « Les métiers d'internet - Le guide 2010-2011 », L’étudiant, 2010
- Anne Laforet., « Le Net Art au musée. Stratégies de conservation des oeuvres en ligne », Questions théoriques, coll. L>P, 2010
- Collectif, « Recherche et Création. Art, technologie, pédagogie,innovation », Editions du Parc, ENSA Nancy, 2009

Webographie :
Ressources du cours consultables à cette adresse : http://www.twitter.com/enbanf
http://www.poptronics.fr http://www.ecrans.fr http://culturevisuelle.org/icones/

 1234 objetsNiek Van de Steeg
David Renaud
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
1.1 Objectifs généraux :

1.1.1 Savoir identifier quelques problématiques de la sculpture dans le champ de l’art contemporain
1.1.2 Savoir produire un objet
1.1.3 Savoir présenter/accrocher les objets réalisés
1.1.4 Savoir analyser et formuler les concepts basés sur les objets réalisés et les quelques des 1234 objets étudiés.
1.1.5 Savoir utiliser une technique spécifique de la sculpture

1.2 Objectifs spécifiques :
À la fin de ce studio, l’étudiant devrait être capable de :

1.2.1 Définir quelques concepts rencontrés lors de l’étude de 1234 objets.
1.2.2.1 Réaliser des phases d’études d'objets concrets
1.2.2.2 Entreprendre des travaux pratiques, études, expérimentations en relation avec son projet de 1234 objets
1.2.2.3 Utiliser les résultats de l’expérimentation pour la réalisation des objets
1.2.2.4 Utiliser les résultats de l’expérimentation pour la réalisation d’un objet ou une série d’objets dans un des secteurs du pôle volume.
1.2.3 Savoir construire des dispositifs de présentation en relation avec l’objet ou les objets réalisés
1.2.4 Savoir représenter toutes les phases du projet dans un document en utilisant, texte et image et références
1.2.5 Savoir utiliser un au plusieurs techniques disponibles au pôle volume, pour augmenter ces capacités techniques et d’autonomie.

Contenu :
1234 objets est un studio, un espace d’enseignement pratique et réflexif, pour expérimenter les enjeux de la sculpture dans toute sa dimension actuelle.
Les problématiques abordées sont :
Comment produire des objets qui relèvent du territoire de la sculpture et de l’art ?
Quelles sont les possibilités et quoi sont les contraintes de la fabrication, en relation avec les questions qui sont au centre aujourd’hui ? Bien sûr, cette question est toujours en relation avec le contexte du pôle volume de l’école d’art de Lyon, sa ville et sa région, son pays et le contexte international...
Savoir être pragmatiques et aborder les problématiques de fabrication des objets et des sculptures. Cette production est toujours accompagnée par de réflexions culturelles, historiques, philosophiques et politiques…
Le studio propose des plages horaires à orientation théorique, passant en revue un artiste ou un groupe d’artistes présenté par le professeur. Un compte Instagram 1234objets accompagne le studio et peut être fourni en images en relation avec la sculpture, par l’ensemble des participants du studio.
L’expérimentation est individuelle et toujours en étroite relation avec les techniciens du pôle volume.
En plus de son travail individuel, l’étudiant doit produire un travail avec un des techniques disponibles au pôle volume, pour augmenter ces capacités techniques et d’autonomie.
La réalisation est suivie par les techniciens du pôle volume et accompagné, validé et évalué par les professeurs.

Mode d'évaluation :
Évaluation à la fin de chaque semestre.

Présence au cours et participation aux activités de groupe-10 %
- la présence au studio
– Écoute attentive
– Participation dynamique
– Singularité
– Ponctualité

Différents stades du projet-40 %
La capacité de mettre en œuvre une sculpture en utilisant les moyens de l’école et plus spécifiquement le pôle volume
– Qualité d’exécution des stades de recherche
– Ouverture à la recherche et à l’exploration
– Singularité
Projets personnels-40 %
la réalisation de travaux pratiques personnels
–Qualités d’interrelation du processus de travail
–Qualités formelles des réalisations.
–Qualités formelles de présentation du travail

Capacités critiques et autocritiques-10%
La capacité de l’étudiant à exercer un regard critique/autocritique à propos du projet réalisé.
– Capacité à communiquer son point de vue vis-à-vis des projets entrepris.

Bibliographie :
Cette bibliographie est à compléter. Il s'agit d'un exercice collectif, proposé aux étudiants entre la première et deuxième session du studio.

- Histoire de la sculpture moderne, Herbert Read, Paris : Arted Éditions d'Art, 1985 ISBN 2-85067-068-5
- Qu’est-ce que la sculpture moderne ? Centre Georges Pompidou , 1986 ISBN2-85850-333-8
- Passages. Une histoire de la sculpture de Rodin à Smithson, Rosalind Krauss, Édition Macula, Paris, 1995-2015, ISBN 978-2-86589-056-9
- La Sculpture Aujourd'hui Judith Collins Phaidon ,Paris 2008, ISBN 978 07148 5861 6
- Qu’est-ce que la sculpture aujourd'hui ? Beaux-Arts Éditions Caroline Cros 2008
-Dictionnaire international de la sculpture moderne et contemporaine, Alain Monvoisin
ISBN: 978-2841052110
- Status of sculpture : [exposition itinérante, 1990] / [organisée par l'Espace lyonnais d'art contemporain] éditeur : Espace Lyonnais d'art contemporain, ISBN 2-906709-28-X br. 120 F
-Dictionnaire international de la sculpture moderne et contemporaine, Alain Monvoisin
ISBN: 978-2841052110
- Out of actions between performance and the object 1949 -1979, MOCA Los Angeles 1998 Isbn 0-500-28050-9

Support de cours :
Les ateliers du Pôle Volume de l' école.
Un compte Instagram : 1234objets

 CosmicomicsOlivier Nottellet
Fabienne Ballandras
obligatoire2,00
 

 De Facto / In SituOlivier Nottellet
Fabienne Ballandras
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Interroger les enjeux des visibilités des projets depuis leurs origines jusqu’à leurs finalités.

Tout d’abord, il s’agira de développer la relation que peut entretenir chaque étudiant avec la diversité et la complexité des représentations, discours et informations que le monde contemporain produit sur lui-même : Définir des champs d’investigations, soustraire des fragments au réel (empreintes ou documents), les manipuler à travers une pratique ouverte de l’expérimentation pour interroger la manière dont ces formes parcellaires sont susceptibles d’alimenter le processus artistique.

Ensuite, au travers des expériences d’accrochages situés ou non il s’agira de questionner la rencontre entre les productions et les espaces qui les soutiennent, les entourent, les supportent.
Détendre les murs, déplacer les touches, les gestes, monter sur les pots et retendre les liens.
Interroger la place du regardeur, les enjeux de sa présence physique.
Relancer les dés qui régissent lieux de productions et lieux de monstration.

Contenu :
Au début ça n’a pas de sens, ça se fait.
Au fur et à mesure les indices s’amoncellent :
Lignes perdues, mots griffonnés, croquis volants, images coupées, scènes en boucles, archives, documents, objets collectionnés, relevés précis, schémas sans logique, découpes radicales, sons entêtants…
Tout vient s’entasser, parfois sans raison apparente.
Vient le moment de trier, d’accrocher, de prolonger, d’agrandir, de copier, de multiplier, de jeter, de tout reprendre à l’envers : mettre en place une pratique de la factographie.

Le projet a besoin de temps et d’espace, de rencontres et d’imprévus.
Il commence à la ligne et se développe à l’échelle de ce qu’il décide de nous montrer.
C’est cette durée entre le réel de ce qui m’intéresse et la mise en oeuvre de ce que j’en extrais que nous vivrons comme l’expérience d’un projet à construire.
Ensemble nous construirons des hypothèses que nous tenterons de vérifier à la logique des murs, des regards incertains, des situations inventées.
Nous alternerons séances de fabrications et séances d’accrochages in situ ou en extérieur, la coexistence de nos points de vues sera un moteur certain à l’élaboration des positions des uns, des unes, des autres.

Pas de médium spécifique, tout est possible, mais un gout prononcé pour le dessin dans toute ses acceptations, de l’écriture au délié le plus libre :
Le dessin est un outil d’élaboration de langages visuels et un objet protéiforme et mouvant.
On peut lui assigner des rôles d’observation, d’analyse, de construction ou de réalisation. Il peut aussi bien prendre en charge la représentation de tout ce qui préexiste, prépare ou échappe aux autres pratiques que devenir un dénouement ou un aboutissement. On peut également s’interroger sur ce qu’est le dessin lorsqu’il n’est pas considéré comme une finalité ou une étape de recherche, lorsqu’il est une activité plutôt qu’un objet ?
Pour conserver cette conception complexe et ouverte du dessin, les étudiants devront engager une réflexion propre sur le(s) rôle(s) qu’ils donnent à cette pratique au sein de leurs projets.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Bibliographie :
Roland Barthes, « L’effet de réel », Communications, n° 11, 1968
Giovanna Zapperi (dir.) : L’avenir du passé / Art contemporain et politiques de l’archive. Presses universitaires de Rennes. (2016).
Aline Caillet et Fréderic Pouillaude : Un art documentaire: Enjeux esthétiques, politiques et éthiques. Presses universitaires de Rennes. (2017).
Marie-Jeanne Zenetti / Factographies : l’enregistrement du réel en littérature, Classiques Garnier, collection « Littérature, histoire, politique », (2014).Georges Didi-Huberman : Images malgré tout, Les éditions de minuit. 2005
Jacques Derrida, A dessein, le dessin suivi de Derrida, à l’improviste par Ginette Michaud Le Havre : Franciscopolis, 2013
Revue Tête à tête. Revue d’art et d’esthétique / www.revuetat.com. Rouge profond.
Roven. Revue critique sur le dessin contemporain. Roven éditions
Jean-Luc Nancy, « le plaisir au dessin », 2007.

 GEPPPauline Bastard
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Le studio a pour but de permettre à l’étudiant de donner de l’ampleur à ses projets, de lui proposer une expérience collective et d’engager avec le groupe une réflexion sur la production à la base de l’oeuvre.

Contenu :
Le Groupe d’Entraide pour la Pratique et la Production est un système d’échange du temps et des savoir-faire. Les étudiants proposent des projets pour lesquels ils ont besoin d’aide. Le studio fonctionne comme un Système d’Échange Local, chaque étudiant est à la fois porteur de ses projets et participant dans les projets des autres.
Preneur de son, performeur, figurant, régisseur, photographe, décorateur, danseur, céramiste, monteur, modèle, déménageur, traducteur, mathématicien, musicien… Les étudiants s’entourent dans leur démarche et chacun prend divers postes selon les besoins. La communauté formée par le travail donne une réalité aux projets. Dans ce studio, les oeuvres ne sont pas dissociables de leur processus de production, ce lien constitue une base conceptuelle et méthodologique au développement des projets et à la réflexion.

Mode d'évaluation :
La participation au studio est évaluée en contrôle continu et en bilan semestriel.
Le travail de production se passe en dehors du temps du studio : les projets se développent entre les étudiants. Le studio sert de base et de lieu de réflexion, on y prépare les projets et on y présente ce qui a été produit. Il est basé sur la participation et requiert une présence, une participation, une attention.

Bibliographie :
Tim Ingold, Faire : anthropologie, archéologie, art et architecture, Dehors, 2017
Jacques Rancière, Le maître ignorant, 1987
William Golding, Sa Majesté des Mouches, 1954

 Mise en oeuvre et développement Collège Des Professeurs
obligatoire3,00
 

Objectifs pédagogiques :
Développer les capacités de travail à travers l'expérimentation et l'étude dans le cadre du projet personnel et du travail d'atelier.

Contenu :
Progressivement, tout au long du cursus, l'étudiant est amené à développer sa capacité de travail ainsi que la puissance et l'efficacité plastique de son projet personnel dans le cadre de l'organisation générale de ses divers travaux et expérimentations à travers un rythme et un processus de réalisation de plus en plus singularisés. L'ensemble des activités plastiques de l'étudiant est en résonance continue avec les enseignements de l'UE2 (problématique, méthodologie, projet).

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Point de vue, images du mondeGuillaume Janot
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Initiation théorique et pratique.
Maitrise de l’outil photographique et compréhension de ses enjeux.
Développement d’une démarche personnelle.

Contenu :
'L'acte photographique n'est pas juste une captation, un simple enregistrement, mais la construction consciente et volontaire d'une image.' Stephen Shore.

La fabrication d’une image photographique est sous-tendue notamment par la question du point de vue, tant spatial que mental. On évoque souvent la question de la place du spectateur, nous tenterons ici de réfléchir aussi sur la place de l’artiste lorsqu’il se pose dans et/ou devant le monde pour en construire une représentation.

Le studio s'appuie sur une pratique photographique régulière de votre part, sur le développement d'une démarche personnelle, et une analyse critique collective des travaux produits.

Ce sera l'occasion d'aborder quelques problématiques liées à l' apparition de la photographie depuis son invention jusqu'à aujourd'hui, nous exposerons et commenterons de nombreux documents et oeuvres photographiques contemporains ou historiques (lecture des textes fondateurs, approche des enjeux actuels...)

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilans semestriels.

Bibliographie :
« Histoire de la photographie », Lemagny/Rouillé, Bordas.

« L’ invention d’ un regard, 1839-1918 » Musée d’ Orsay, RMN .

« Le public moderne et la photographie » Charles Baudelaire .

'Hommes du XXème siècle', August Sander.

« Sur l’ art et la photographie », Walter Benjamin, arts et esthétique.

'Louons maintenant les grands hommes', Walker Evans et James Agee, Terre humaine Plon.

« American photographs » Walker Evans, Moma .

« Le style documentaire 1920-1945 » Olivier Lugon, Macula . 

La dénivelée » Hubert Damisch, Seuil 
.
« Le photographique » Rosalind Krauss, Macula
.
« Platitudes » Eric de Chassey, Gallimard
.
« La chambre claire » Roland Barthes.
Pour une philosophie de la photographie. Wilém Flusser. éd Circé.
Les raisons du paysage. Augustin Berque. éd. Hazan.
Revues : « Etudes photographiques », SFP
« Les cahiers de la photographie: Robert Frank, Henri Cartier Bresson, William Klein etc... »
également, bien sûr : les monographies des photographes,
(et différents textes communiqués au fur et à mesure de nos questionnements, de nos rencontres et de nos besoins).

Support de cours :
Présentation régulière sous forme de cours et de projections liés à l'Histoire ansi qu'à l'usage de la photographie aujourd'hui.

 Prendre son tempsVeit Stratmann
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
A partir des travaux de Erwin Panofsky et Max Imdahl nous réfléchirons sur la stratification des couches d'information, et donc de lecture, d'une oeuvre d'art. La prise en compte de ces couches nécessite une définition de la distance que le spectateur souhaite entretenir avec cette même oeuvre. Le studio constitue une tentative de comprendre ce “choix de distance” comme outil de travail plastique.

Contenu :
Chaque séance sera centrée sur UN travail d'UN(E) étudiant(e) ou UNE Oeuvre à choisir dans des Institutions lyonnaises.
Sur la base d'un description minutieuse (voir ergoteuse) – et donc lente – par l'ensemble des participants du studio, nous allons tenter une analyse / lecture critique du phénomène plastique en question, non pas dans le but de son “amélioration”, sa “correction”, sa “déconstruction” ou son “enrichissement”, mais dans l'optique de nommer sa place dans le monde. Il s'agit d'une tentative -évidemment vouée à l'échec- d'épuisement des informations contenues dans un phénomène plastique, et des possibilités de sa liaison au monde

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel

 Print, PrintNicolas Romarie
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Développer une pratique dans le champ de l’édition d’artiste.

Appréhender les différents supports et techniques d'impression papier.
Penser la diffusion et l’exposition.

Contenu :
Depuis une pratique déjà affirmée de l’édition ou partant d’une autre pratique — dessinée, photographique, filmique, textuelle —, ébauches de travaux, carnets de notes, pièces déjà réalisées ou projets abandonnés par ailleurs, il s’agit de penser et réaliser une ou plusieurs éditions imprimées sur papier ou numériques.
Afin de trouver la forme appropriée à chaque projet, sont abordées les composantes d’une édition d’artiste imprimée — mise en page, format, support, production, diffusion — et la singularité propre à ce médium à part entière.
Les séances de travail sont collectives, prolongées au besoin de rendez-vous individuels. La fréquentation active du pôle édition est encouragée, tant pour une première approche des outils — sérigraphie, offset, jet d’encre grand format, laser, façonnage — qu’un usage approfondi.
En début de chaque séance, présentation d’éditions d’artistes, aventures éditoriales, portraits d’éditeurs.

Mode d'évaluation :
D’octobre à mai, suivi continu — travail d’atelier, discussion collective, réalisation.
Évaluation en fin de semestre.

Bibliographie :
Christoph Keller et Michael Lailach, « Kiosk – Modes of Multiplication: A Sourcebook on Independent Art Publishing 1999-2009 », JRP/Ringier, 2009
« L'effet papillon, 1989-2007 », Centre d'édition contemporaine, Genève, 2008
Jörg Adolph et Gereon Wetzel, « How to Make a Book with Steidl », dvd, 2011; « How to Make a Book with Carlos Saura et Steidl », dvd, 2017

Support de cours :
Actualité d’éditeurs, distributeurs, librairies, galeries, artothèques produisant et diffusant des éditions d’artistes : Maison du livre de l’image et du son, Villeurbanne; After 8 Books, Paris; Florence Loewy, Paris; Centre des livres d’artistes, Saint-Yrieix la Perche; Centre d’édition contemporaine, Genève; Nieves, Zürich; Roma Publications, Amsterdam; Motto Berlin-Vancouver-Bruxelles-Zürich; Printed Matter, New York, entre autres.

Salons : Multiple Art Days, Paris; Offprint, Paris; Missread, Berlin; New York Art Book Fair

 Questions d'interprétationsYaïr Barelli
facultatif1,00
 

Objectifs pédagogiques :
L'interprétation est un élément essentiel de l'art vivant. Elle est aussi un outil qui est accessible partout, à tous et dans n'importe quelle situation. C'est le niveau d'engagement dans une action, qui définit la qualité de l’évènement. Nous allons travailler avec et contre le regard de l'autre, utiliser la situation d'une visibilité comme un appui et un défi de travail. Nous utiliserons l’interprétation physique de consignes verbales en naviguant entre diverses pratiques (yoga, danse, parole, chant, mimétismes) et selon différentes polarités (lâcher prise, introspection, extravagance, maîtrise). Ces explorations seront menées individuellement et en groupe selon une approche privilégiant une appréhension des outils performatifs entre vous et dans vos projets personnels, qu'ils relèvent de la performance ou non.

 Réalisations Collège Des Professeurs
obligatoire4,00
 

Objectifs pédagogiques :
Dans la continuité de l'organisation et de l'évolution plastique du travail (cf. fiche mise en œuvre et développement), l'étudiant est amené à prendre en charge la dimension de finition des travaux en adéquation avec les enjeux plastiques, conceptuels et méthodologiques du projet.

Contenu :
En option art, depuis le 'non-fini' jusqu'à 'l'hyper-poli', du 'trash' au 'clinquant' en passant par 'l'esthétique du fragment' ou le 'non-visible', il semble évident que la qualité des réalisations ne puisse être définie que de façon singulière et relativement à l'orientation du projet personnel de l'étudiant jusque dans son approche des consignes et contraintes données sous forme de thématique ou territoire dans le cadre du 'programme' d'atelier.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Vidéo - Lectures d’imagesOlivier Zabat
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Découverte et approfondissement théorique et pratique des outils numériques à partir des travaux de l'étudiant lors de séances de Lectures d'Images.

Les Lectures d’Images qui accompagnent le travail pratique se positionnent comme un laboratoire d’analyse du regard et de la multitude des angles possibles dans le développement de l'écriture et de la pensée filmique. C'est un lieu de recherche et de propositions.
Les vidéos présentées sont la matière d'échanges collectifs, étudiants/enseignant(s), où sont questionnés les modes et les enjeux filmiques pour développer et aboutir les projets. C'est un temps d'accompagnement qui agit et fait le lien entre le travail solitaire et le temps où le projet est partagé et rendu public.

Contenu :
Les outils de prise de vue d’aujourd’hui se multiplient à partir d’un « tronc commun » qui est l’image HD (haute définition 2K, 4K). Dans le choix de ces outils pour construire une recherche filmique se pose maintenant la question de leurs spécificités propres (haute définition, rapidité de traitement et de communication, texture cinématographique…) et de la pertinence de leur mise en œuvre et de leur adaptation à la démarche artistique. Ce choix, au-delà de l’aspect technique et formel des outils, implique de prendre en considération les aspects plastique, éthique, politique, artistique qui les accompagnent. Comment ces outils déclinés peuvent-ils permettre à chaque étudiant un accès parcellaire à l’ensemble des formes revendiquées comme filmiques aujourd’hui (cinéma, télévision, art vidéo…) et donner lieu au développement de travaux cohérents et singuliers ? Quel est le moment charnière où des images numériques deviennent film ? Intention, prise de vue, direction, montage, générique de fin, diffusion ?
Ces questions seront abordées lors des Lectures d’Images (intensives en année 3) durant lesquelles, à chaque session, l'étudiant sera invité à présenter une vidéo aboutie ou des éléments de recherches, en cours de projet, devant tous les inscrits au studio et en présence de l’enseignant. En plus de la présentation formelle et critique, l'étudiant devra formuler une (des) question(s) précise(s) sur le film ou la séquence présentée, en relation avec une interrogation pratique, esthétique voire éthique sur le film ou une partie du film. Elle sont l'amorce et l'axe de l'échange collectif et paritaire en vue de trouver une ou des solutions ou proposer une orientation de travail à venir. Les séances de présentation de travaux de Lectures d’Images peuvent s’accompagner du visionnage de films sélectionnés par l'enseignant du studio.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Bibliographie :
- André Bazin, « Qu’est-ce que le cinéma ? », Cerf, coll. 7e art, 1976, 372 p.
- Raymond Bellour, « L’entre-images », La Différence, coll. Essais, 2002, 349 p.
- Bernard Benoliel, « Opération Dragon de Robert Clouse », Yellow Now, coll. Côté Films n° 17, 2010, 128 p.
- Robert Bresson, « Notes sur le cinématographe », Gallimard, coll. Folio, 1995, 137 p.
- Gilles Deleuze, « Cinéma, tome 1. L’image-mouvement », Minuit, 1983, 298 p.
- Gilles Deleuze, « Cinéma, tome 2. L’image-temps », Minuit, 1985, 378 p.
- Serge Daney, Serge Toubiana , « Persévérance », P.O.L, coll. Essais, 1994, 171p.
- Michel Rush, Christian-Martin DIiebold, « Les nouveaux media dans l’art », Thames and Hudson, coll. L’univers de l’art, 2005, 248 p.
- André Gardies, « Le récit filmique », Hachette, coll. Contours littéraires, 1993, 151p.
- Guy Gauthier, « Le documentaire, un autre cinéma », Armand Colin, coll. Cinéma, 2008, 428 p.
- Michel Chion, « Ecrire un scénario », Cahiers du cinéma, coll. Essais, 2007, 344 p.
- Henri Colpi, Nathalie Hureau, « Lettres à un jeune monteur », Seguier, coll. Carré ciné, 2006, 176 p.
- Dominique Païni, « Le temps exposé : Le Cinéma de la salle au musée », Cahiers du cinéma, coll. Essais, 2007, 142 p.
- Andrei Tarkovski, « Le temps scellé », Cahiers du Cinéma, coll. Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma, 2004, 288 p.

 Workshops Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Acquisition de connaissances dans le cadre d'un atelier intensif d'enseignement dirigé par une personnalité extérieure à l'école, qu'il soit artiste designer ou auteur en collaboration ou non avec un ou des professeurs.

Contenu :
La durée (entre 2 et 5 jours) et le fonctionnement du workshop varient selon les enjeux pédagogiques. Les contenus sont très diversifiés et en corrélation avec le travail des personnalités invitées.
Le workshop peut s’inscrire dans un ensemble thématique d’enseignements du type arc/atelier de recherche et de création.

Mode d'évaluation :
Evaluation lors du bilan semestriel.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S4-Contextualisation / Médiation4Analyse / énonciation Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Acquisition progressive des outils techniques et conceptuels d'analyse permettant à l'étudiant de proposer une lecture (orale et écrite) cohérente, rigoureuse et contextualisée de l'ensemble de ses travaux.

Contenu :
Le travail d'analyse critique a lieu tout au long de l'année mais est plus particulièrement mis en évidence lors des séances de présentation spatiale de travaux et lors des bilans semestriels. Ce n'est que progressivement tout au long du cursus que l'étudiant peut acquérir la maîtrise de cet outil.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Dossier personnel Collège Des Professeurs
option1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Mise en évidence pratique et conceptuelle du projet général de l'étudiant par le biais d'un support de communication.

Contenu :
Tout au long du cursus, il s'agit de mettre en œuvre, réaliser et régulièrement mettre à jour le dossier de travaux personnels que nécessite la communication d'une démarche et d'un projet d'artiste ou de designer.

Mode d'évaluation :
Bilan semestriel.

 Spatialisation Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Apprentissage progressif de la mise en espace et de la présentation plastique de l'ensemble des travaux de l'étudiant.

Contenu :
Selon l'année et le niveau des études, le travail de spatialisation est mis en œuvre régulièrement tout au long de l'année dans le cadre de séances de présentation de travaux ainsi que lors des bilans semestriels ou le cas échéant au moment d'expositions en dehors du cadre de l'école.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Semestre 5

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S5-Histoire / Culture / Théorie8Atelier de langues étrangèresPaul Berry
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Maîtriser la présentation personnelle ainsi que la présentation de ses travaux (écrit, oral).
Faciliter l'intégration des étudiants dans la vie universitaire ou professionnelle et sociale du pays d’accueil dans le cadre d'un séjour à l'étranger.
Prendre conscience des différentes étapes d'adaptation généralement rencontrées lors du séjour et au retour, et tenter d’apprendre à les gérer.

Contenu :
Rédaction d’un CV, d’une lettre de motivation, dégager des pistes de recherche, rédiger et parler de ses travaux et de leurs enjeux.
Apprendre à concevoir un portfolio (choix iconographiques, rédaction).
Améliorer la prononciation en anglais.
Maitriser un vocabulaire spécifique lié à la pratique artistique.
Développer l'aisance orale pour la présentation des travaux.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu associé à une présentation orale et un examen écrit lors des deux bilans semestriels.

Bibliographie :
- « 20th Century Words », Oxford University Press
- « Dictionnaire bilingue », Robert et Collins
- C. Godefroy, S. Godefroy , « Confident Public Speaking : How to Communicate Effectively », Piatkus Books
- S. Barnet, « A Short Guide to Writing About Art »
- M. Curtis, « Oxford Guide to Plain English »

 Conférences / Voyages d'études Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Connaissances de l'art contemporain, qu'il s'agisse des figures majeures ou émergentes de l'art actuel, ou de ses lieux de diffusion. Connaissances des cultures spécifiques propres aux designs (auteurs, structures, évènements et lieux de diffusion).

Contenu :
Un cycle hebdomadaire d'interventions du type conférence ou performance est programmé chaque mercredi après-midi à dix-sept heures dans le Grand amphithéâtre :
Sa programmation prend en compte les questionnements et les enjeux artistiques et intellectuels contemporains, ainsi que ceux des cultures spécifiques propres aux designs contemporains Elle est en relation directe avec les enseignements.
L'espace-temps de l'intervention est conçu comme une structure de « travail de la parole ».
La parole de l'intervenant peut relever du commentaire, de la recherche théorique ou de l'expérience artistique, littéraire, etc. L'image, projetée ou diffusée peut jouer le rôle de support, de complément ou de lanceur.
Pendant le temps de la conférence, tous les enseignements sont interrompus afin de permettre la participation de l'ensemble des étudiants et enseignants de l'École, toutes options et années confondues.




Les voyages d'études
auprès des centres majeurs de création soit sur la région soit sur l’international sont importants dans le cadre des études. Ils doivent permettre aux étudiants de découvrir les lieux de diffusion de l'art contemporain et sites remarquables du patrimoine moderne et contemporain ; la fréquentation régulière et autonome de ces lieux est fondamentale pour la poursuite des études.

Mode d'évaluation :
Tout au long du cursus de l'étudiant, la participation aux conférences fait l'objet d'une évaluation (notes et références au sein du dossier ou du mémoire), et de l'attribution d'un crédit semestriel (UE1).

 Feelings are FactsCamille Pageard
François Aubart
facultatif1,00
 

 Histoire de l'artCamille Paulhan
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
- Proposer une relecture de l’art (notamment performatif des années 1960-1980) en regard d’une histoire de l’iconographie chrétienne
- Mettre en lien l’histoire de l’art avec l’actualité de l’art, ancien comme contemporain
- Se saisir de l’objet de l’amour comme du désamour, apprendre à se situer dans une ou des généalogies, y compris tératologiques

Contenu :
Ce cours à destination des étudiant·es de l’option art des deuxième et troisième années s’organise en deux temps. Tout d’abord, chaque séance s’ouvre sur une actualité de l’art aujourd’hui, en s’appuyant sur une exposition, une publication ou un film récents. Le cours de l’année 2021-2022 s’organisera autour d’une histoire alternative de la performance et des œuvres liées au body art, en s’appuyant principalement sur une relecture de l’iconographie chrétienne. C’est Job versus Faith Wilding, la Visitation versus Alice Neel, Suzanne versus Alice Sprinkle. Le corps, toujours lui, et quelques mélanges que j’espère féconds, intrigants, joyeux et instructifs.

Mode d'évaluation :
Participation en cours, devoir sur table ou rendu à la maison.

Bibliographie :
- Guides des arts Hazan, Ancien Testament, Nouveau Testament, Les saints…
- Jacques de Voragine, La légende dorée (toutes éditions)
- Leo Steinberg, La sexualité du Christ dans l’art de la Renaissance et son refoulement moderne, Paris, éd. Gallimard, 1987
- Art en théorie, 1900-1990 : une anthologie (Charles Harrison et Paul Wood éds.), Paris, éd. Hazan, 1997
- Traces du sacré, cat. expo. Paris, Centre Georges Pompidou, 2008
- elles@centrepompidou, cat. expo., Centre Georges Pompidou, 2009
- Helena Reckitt et Peggy Phelan, Art et féminisme, éd. Phaidon, 2011
- Amelia Jones, Tracey Warr, Le corps de l’artiste, éd. Phaidon 2011

Support de cours :
Cours magistral

 Séminaire de culture généraleFrançois Aubart
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
La définition classique d'un séminaire ('Groupe d'étudiants effectuant un travail pratique de recherche sous la direction d'un enseignant; ensemble des séances de ce groupe'. http://www.cnrtl.fr/lexicographie/s%C3%A9minaire) sera ici inversée : loin que l'enseignant dirige un 'enseignement', chaque étudiant.e de 3ème année sera invité à produire un texte de recherche, qui soit personnel, et dont la présentation comptera pour la validation du DNA. Il s'agira d'une production théorique sur sujet libre, idéalement réalisé à partir d'un choix d'oeuvres ou objets culturels éventuellement disparates. Plusieurs ateliers permettront, au cours de l'année, d'accompagner à la production du texte personnel en question : définition d'un sujet, discussion sur des types d'approches possibles, lectures partagées, etc. Il s'agira, alors cette fois dans le sens correct du terme 'séminaire', d'en retranscrire les possibles enseignements.

Mode d'évaluation :
bilan semestriel + présence en cours

 Théorie de l'artVincent Romagny
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Ce cours sera dédié à l’examen critique de la question des rapports entre art et enfance dans l’art actuel. Il s’agira de voir comment l’enfant a été le modèle de l’artiste à l’époque moderne, comment la question de l’enfance a été refoulée dans l’art des années 1970, et de quelle façon elle opère un retour dans les pratiques actuelles de l’art contemporain, notamment atour de la question de la pédagogie et de l’éducation. On tentera d’expliquer la perception de l’enfance par les artistes et les usages artistiques auxquels elle donne lieu à l’aune des approches historiques, scientifiques, psychologiques et philosophiques de cette notion et qui lui sont contemporaines. On envisagera l’histoire de l’idée d’enfance, comprise à la fois comme âge de la vie, comme type d’approche de la vie qui n’est alors pas liée à un âge, mais plutôt à une attitude, et enfin à l ‘aune des childhood studies, à savoir l’idée que les enfants puissent être vus comme des acteurs sociaux indépendants. De ce point de vue, la question de l’enfance peut être abordée, à l’instar des questions de genre ou de race, comme une catégorie invisibilisée et rarement perçue pour elle-même. Il s’agira surtout de saisir comment l’enfance est une construction culturelle et sociale, une notion polémique puisqu’elle engage des questions d’émancipation et de domination. Et donc voir si l’art n’as pas, à ce titre, quelque chose à voir là-dedans.

Mode d'évaluation :
Bilan semestriel. Assiduité aux cours et devoir sur table.

Support de cours :
Cours magistral en amphi.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S5-Problématique / Méthodologie6La documentationNicolas Romarie
François Aubart
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
L’objectif de cet atelier mené par François Aubart et Nicolas Romarie est de sensibiliser les étudiants à la documentation de leurs travaux. Il s’agit donc de réfléchir et de concevoir les moyens de rendre compte de leurs recherches et de leurs productions. Seront ainsi considérés l’écriture, la captation et l'apport de documents de toutes sortes pour présenter les enjeux de leurs travaux et leurs démarches.
Une attention particulière sera portée à l’adéquation entre les moyens employés et l’objectif de la documentation, ce qu’elle tend à montrer et veut mettre en avant. En effet, une performance ne se documente pas de la même façon qu’une sculpture par exemple. Ainsi il faut envisager ce qui correspond le mieux à chaque démarche, car toutes les peintures ne nécessitent pas le même type de reproduction selon ce qu’on veut en montrer.
A l’encontre d’un formatage ou d’une grille applicable de la même façon à tous, nous tenterons de trouver avec chaque étudiant·e comment rendre compte d’un corpus, d’une pratique et d’une démarche.

Contenu :
Chaque séance est ouverte par la présentation de livres, catalogues, portfolios et documents d'artistes choisis en fonction de leur exemplarité, leur diversité, leur singularité. Cela pour ouvrir des discussions à propos des diverses formes que prend l’édition dans le champ de l’art.
Quelques séances sont spécifiquement dédiées à la rédaction d’un texte de présentation. Elles portent sur les moyens les plus adéquats pour décrire ce qui motive et nourrit les pratiques des étudiant·e·s. La complémentarité de ces textes avec les autres types de documents est aussi considérée.
L’atelier ‘La documentation’ a pour finalité la production d’un portfolio en fin d’année. Pour accompagner la réaliser de ce document sont abordées les notions de mise en page, d'impression et de diffusion.

Mode d'évaluation :
Evaluation basée sur la participation aux séances et sur les documents produits.

 Méthodologie spécifique Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Mise en place progressive d'une méthode de travail de plus en plus individualisée tout au long du cursus et en relation avec les orientations de l'année et de l'option.
Cet objectif est présent à l'intérieur de chaque cours faisant appel à la fois au développement de la capacité perceptive et à l'élaboration d'une mise en œuvre de l'idée.

Une approche plus spécifique sur la méthodologie de recherche peut être développée dans le cadre de modules ou séminaires expressément conçus au croisement des enseignements pratiques et théoriques.

Contenu :
La question est de savoir comment construire un objet de réflexion, de travail et de recherche qui coïncide avec les intentions conceptuelles et plastiques initiales. Mais dans ce contexte, il s'agira probablement moins de répondre à cette question que de la volonté d' en énoncer sans cesse les termes et les conditions. Entre théorie et pratique, entre hypothèse et expérimentation se tissent progressivement les liens qui vont permettre la construction complexe d'une singularité agissante au sein du projet artistique au sens large du terme, qu'il relève du champ de l'art ou de celui du design.
Construire donc, sa propre méthode et ses variations, à partir des éléments constitutifs spécifiques du champ de création dans lequel l'étudiant est engagé mais aussi de l'étude des divers dispositifs scientifiques et transversaux qui organisent les subjectivités contemporaines.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Problématique de projet Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Savoir de quoi l'on parle et avec quoi on agit ; dans quelle mesure le corpus problématisé s'inscrit dans la réflexion et la création contemporaine inhérentes au champ de recherche dans lequel l'étudiant est en train de s'engager.

Contenu :
Tout au long du cursus, depuis le 'sujet' imposé et la thématique, jusqu'à la problématique spécifique du projet individuel et de la recherche, il s’agit de questionner, dans le champ contemporain, à partir du monde réel et des singularités artistiques, dans un continuel aller-retour, à la fois les contenus significatifs mêmes du travail artistique et la façon de penser ce qui précisément le motive, le monde qui nous entoure et nous constitue.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 TexteFrançois Aubart
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Ce cours est consacré à la façon dont les étudiant·e·s présentent leurs propres travaux. Pendant leurs deux années d’étude précédentes, tou·te·s ont été sensibilisé·e·s au fait d’expliquer oralement leurs démarches et leurs modes de production. Il s’agit ici de se concentrer sur la forme écrite, dans le but de produire un court texte permettant de rendre compréhensible les questions qui les animent, les intuitions qui les guident, les pratiques qui les émeuvent et la façon dont ils donnent forme à leurs travaux.
Le texte, écrit dans le cadre de ce cours, complète la documentation réalisée dans l’atelier mené par François Aubart et Nicolas Romarie.
Il s’agit, là aussi, pour les étudiant·e·s d’inventer les moyens de présenter leurs travaux à un moment où, pour des demandes de stages, d’aides ou d’inscriptions, ce type de dossier leur devient nécessaire.

Contenu :
Le premier semestre est consacré à la lecture de textes de présentations d’œuvres et d’artistes qui retiennent l’attention des étudiant·e·s. Ce sera l’occasion de discussions sur la nature de ces textes, leurs objectifs et leurs utilités. Ces séances seront aussi rythmées par des exercices d’écriture pour entrainer les étudiant·e·s et pour forger leur point de vue sur ces textes.
Au cours du deuxième semestre chaque étudiant·e commence la rédaction d’un texte pour présenter son propre travail. Les séances seront consacrées à la présentation de ces textes et à leur amélioration.

Mode d'évaluation :
Évaluation basée sur la participation aux séances et sur les documents produits au cours des séances.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S5-Pratique / Expérimentation / Réalisation121234 objetsNiek Van de Steeg
David Renaud
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
1.1 Objectifs généraux :

1.1.1 Savoir identifier quelques problématiques de la sculpture dans le champ de l’art contemporain
1.1.2 Savoir produire un objet
1.1.3 Savoir présenter/accrocher les objets réalisés
1.1.4 Savoir analyser et formuler les concepts basés sur les objets réalisés et les quelques des 1234 objets étudiés.
1.1.5 Savoir utiliser une technique spécifique de la sculpture

1.2 Objectifs spécifiques :
À la fin de ce studio, l’étudiant devrait être capable de :

1.2.1 Définir quelques concepts rencontrés lors de l’étude de 1234 objets.
1.2.2.1 Réaliser des phases d’études d'objets concrets
1.2.2.2 Entreprendre des travaux pratiques, études, expérimentations en relation avec son projet de 1234 objets
1.2.2.3 Utiliser les résultats de l’expérimentation pour la réalisation des objets
1.2.2.4 Utiliser les résultats de l’expérimentation pour la réalisation d’un objet ou une série d’objets dans un des secteurs du pôle volume.
1.2.3 Savoir construire des dispositifs de présentation en relation avec l’objet ou les objets réalisés
1.2.4 Savoir représenter toutes les phases du projet dans un document en utilisant, texte et image et références
1.2.5 Savoir utiliser un au plusieurs techniques disponibles au pôle volume, pour augmenter ces capacités techniques et d’autonomie.

Contenu :
1234 objets est un studio, un espace d’enseignement pratique et réflexif, pour expérimenter les enjeux de la sculpture dans toute sa dimension actuelle.
Les problématiques abordées sont :
Comment produire des objets qui relèvent du territoire de la sculpture et de l’art ?
Quelles sont les possibilités et quoi sont les contraintes de la fabrication, en relation avec les questions qui sont au centre aujourd’hui ? Bien sûr, cette question est toujours en relation avec le contexte du pôle volume de l’école d’art de Lyon, sa ville et sa région, son pays et le contexte international...
Savoir être pragmatiques et aborder les problématiques de fabrication des objets et des sculptures. Cette production est toujours accompagnée par de réflexions culturelles, historiques, philosophiques et politiques…
Le studio propose des plages horaires à orientation théorique, passant en revue un artiste ou un groupe d’artistes présenté par le professeur. Un compte Instagram 1234objets accompagne le studio et peut être fourni en images en relation avec la sculpture, par l’ensemble des participants du studio.
L’expérimentation est individuelle et toujours en étroite relation avec les techniciens du pôle volume.
En plus de son travail individuel, l’étudiant doit produire un travail avec un des techniques disponibles au pôle volume, pour augmenter ces capacités techniques et d’autonomie.
La réalisation est suivie par les techniciens du pôle volume et accompagné, validé et évalué par les professeurs.

Mode d'évaluation :
Évaluation à la fin de chaque semestre.

Présence au cours et participation aux activités de groupe-10 %
- la présence au studio
– Écoute attentive
– Participation dynamique
– Singularité
– Ponctualité

Différents stades du projet-40 %
La capacité de mettre en œuvre une sculpture en utilisant les moyens de l’école et plus spécifiquement le pôle volume
– Qualité d’exécution des stades de recherche
– Ouverture à la recherche et à l’exploration
– Singularité
Projets personnels-40 %
la réalisation de travaux pratiques personnels
–Qualités d’interrelation du processus de travail
–Qualités formelles des réalisations.
–Qualités formelles de présentation du travail

Capacités critiques et autocritiques-10%
La capacité de l’étudiant à exercer un regard critique/autocritique à propos du projet réalisé.
– Capacité à communiquer son point de vue vis-à-vis des projets entrepris.

Bibliographie :
Cette bibliographie est à compléter. Il s'agit d'un exercice collectif, proposé aux étudiants entre la première et deuxième session du studio.

- Histoire de la sculpture moderne, Herbert Read, Paris : Arted Éditions d'Art, 1985 ISBN 2-85067-068-5
- Qu’est-ce que la sculpture moderne ? Centre Georges Pompidou , 1986 ISBN2-85850-333-8
- Passages. Une histoire de la sculpture de Rodin à Smithson, Rosalind Krauss, Édition Macula, Paris, 1995-2015, ISBN 978-2-86589-056-9
- La Sculpture Aujourd'hui Judith Collins Phaidon ,Paris 2008, ISBN 978 07148 5861 6
- Qu’est-ce que la sculpture aujourd'hui ? Beaux-Arts Éditions Caroline Cros 2008
-Dictionnaire international de la sculpture moderne et contemporaine, Alain Monvoisin
ISBN: 978-2841052110
- Status of sculpture : [exposition itinérante, 1990] / [organisée par l'Espace lyonnais d'art contemporain] éditeur : Espace Lyonnais d'art contemporain, ISBN 2-906709-28-X br. 120 F
-Dictionnaire international de la sculpture moderne et contemporaine, Alain Monvoisin
ISBN: 978-2841052110
- Out of actions between performance and the object 1949 -1979, MOCA Los Angeles 1998 Isbn 0-500-28050-9

Support de cours :
Les ateliers du Pôle Volume de l' école.
Un compte Instagram : 1234objets

 Club informatiqueNicolas Frespech
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Comme à l’apparition de tout nouveau médium, les artistes se sont emparés, depuis plusieurs années, de la sphère du numérique pour l’explorer comme « nouvelle frontière ». L’idée est d’investir cette réalité, non comme outil, mais comme espace de projet - d’utopie. Trouver des « données » spécifiques qui permettront d’élaborer des projets de réalités [diffé-rentes], (la réalité augmentée par exemple !).

Contenu :
La lecture d’œuvres, associée à une approche théorique, sera un des temps de travail pour comprendre où se situe le 'numérique' et comment s’emparer de ses éléments singuliers et de ses territoires connexes. Le studio propose aussi de s’aventurer dans des projets sans pré-requis. Il s’agira dans un deuxième temps d’en définir les conditions de production (économie des compétences et des contingences) et de mettre en œuvre, si possible, des réalisations.
Ce studio est impliqué dans la programmation du Commons Lab ainsi que le Labo NRV.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu, projet personnel et bilan semestriel.

Bibliographie :
Chaos Computer Club https://fr.wikipedia.org/wiki/Chaos_Computer_Club

 CosmicomicsOlivier Nottellet
Fabienne Ballandras
option2,00
 

 De Facto / In situOlivier Nottellet
Fabienne Ballandras
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Interroger les enjeux des visibilités des projets depuis leurs origines jusqu’à leurs finalités.

Tout d’abord, il s’agira de développer la relation que peut entretenir chaque étudiant avec la diversité et la complexité des représentations, discours et informations que le monde contemporain produit sur lui-même : Définir des champs d’investigations, soustraire des fragments au réel (empreintes ou documents), les manipuler à travers une pratique ouverte de l’expérimentation pour interroger la manière dont ces formes parcellaires sont susceptibles d’alimenter le processus artistique.

Ensuite, au travers des expériences d’accrochages situés ou non il s’agira de questionner la rencontre entre les productions et les espaces qui les soutiennent, les entourent, les supportent.
Détendre les murs, déplacer les touches, les gestes, monter sur les pots et retendre les liens.
Interroger la place du regardeur, les enjeux de sa présence physique.
Relancer les dés qui régissent lieux de productions et lieux de monstration.

Contenu :
Au début ça n’a pas de sens, ça se fait.
Au fur et à mesure les indices s’amoncellent :
Lignes perdues, mots griffonnés, croquis volants, images coupées, scènes en boucles, archives, documents, objets collectionnés, relevés précis, schémas sans logique, découpes radicales, sons entêtants…
Tout vient s’entasser, parfois sans raison apparente.
Vient le moment de trier, d’accrocher, de prolonger, d’agrandir, de copier, de multiplier, de jeter, de tout reprendre à l’envers : mettre en place une pratique de la factographie.

Le projet a besoin de temps et d’espace, de rencontres et d’imprévus.
Il commence à la ligne et se développe à l’échelle de ce qu’il décide de nous montrer.
C’est cette durée entre le réel de ce qui m’intéresse et la mise en oeuvre de ce que j’en extrais que nous vivrons comme l’expérience d’un projet à construire.
Ensemble nous construirons des hypothèses que nous tenterons de vérifier à la logique des murs, des regards incertains, des situations inventées.
Nous alternerons séances de fabrications et séances d’accrochages in situ ou en extérieur, la coexistence de nos points de vues sera un moteur certain à l’élaboration des positions des uns, des unes, des autres.

Pas de médium spécifique, tout est possible, mais un gout prononcé pour le dessin dans toute ses acceptations, de l’écriture au délié le plus libre :
Le dessin est un outil d’élaboration de langages visuels et un objet protéiforme et mouvant.
On peut lui assigner des rôles d’observation, d’analyse, de construction ou de réalisation. Il peut aussi bien prendre en charge la représentation de tout ce qui préexiste, prépare ou échappe aux autres pratiques que devenir un dénouement ou un aboutissement. On peut également s’interroger sur ce qu’est le dessin lorsqu’il n’est pas considéré comme une finalité ou une étape de recherche, lorsqu’il est une activité plutôt qu’un objet ?
Pour conserver cette conception complexe et ouverte du dessin, les étudiants devront engager une réflexion propre sur le(s) rôle(s) qu’ils donnent à cette pratique au sein de leurs projets.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Bibliographie :
Roland Barthes, « L’effet de réel », Communications, n° 11, 1968
Giovanna Zapperi (dir.) : L’avenir du passé / Art contemporain et politiques de l’archive. Presses universitaires de Rennes. (2016).
Aline Caillet et Fréderic Pouillaude : Un art documentaire: Enjeux esthétiques, politiques et éthiques. Presses universitaires de Rennes. (2017).
Marie-Jeanne Zenetti / Factographies : l’enregistrement du réel en littérature, Classiques Garnier, collection « Littérature, histoire, politique », (2014).Georges Didi-Huberman : Images malgré tout, Les éditions de minuit. 2005
Jacques Derrida, A dessein, le dessin suivi de Derrida, à l’improviste par Ginette Michaud Le Havre : Franciscopolis, 2013
Revue Tête à tête. Revue d’art et d’esthétique / www.revuetat.com. Rouge profond.
Roven. Revue critique sur le dessin contemporain. Roven éditions
Jean-Luc Nancy, « le plaisir au dessin », 2007.

 GEPPPauline Bastard
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Le studio a pour but de permettre à l’étudiant de donner de l’ampleur à ses projets, de lui proposer une expérience collective et d’engager avec le groupe une réflexion sur la production à la base de l’oeuvre.

Contenu :
Le Groupe d’Entraide pour la Pratique et la Production est un système d’échange du temps et des savoir-faire. Les étudiants proposent des projets pour lesquels ils ont besoin d’aide. Le studio fonctionne comme un Système d’Échange Local, chaque étudiant est à la fois porteur de ses projets et participant dans les projets des autres.
Preneur de son, performeur, figurant, régisseur, photographe, décorateur, danseur, céramiste, monteur, modèle, déménageur, traducteur, mathématicien, musicien… Les étudiants s’entourent dans leur démarche et chacun prend divers postes selon les besoins. La communauté formée par le travail donne une réalité aux projets. Dans ce studio, les oeuvres ne sont pas dissociables de leur processus de production, ce lien constitue une base conceptuelle et méthodologique au développement des projets et à la réflexion.

Mode d'évaluation :
La participation au studio est évaluée en contrôle continu et en bilan semestriel.
Le travail de production se passe en dehors du temps du studio : les projets se développent entre les étudiants. Le studio sert de base et de lieu de réflexion, on y prépare les projets et on y présente ce qui a été produit. Il est basé sur la participation et requiert une présence, une participation, une attention.

Bibliographie :
Tim Ingold, Faire : anthropologie, archéologie, art et architecture, Dehors, 2017
Jacques Rancière, Le maître ignorant, 1987
William Golding, Sa Majesté des Mouches, 1954

 Mise en oeuvre et développement Collège Des Professeurs
obligatoire3,00
 

Objectifs pédagogiques :
Développer les capacités de travail à travers l'expérimentation et l'étude dans le cadre du projet personnel et du travail d'atelier.

Contenu :
Progressivement, tout au long du cursus, l'étudiant est amené à développer sa capacité de travail ainsi que la puissance et l'efficacité plastique de son projet personnel dans le cadre de l'organisation générale de ses divers travaux et expérimentations à travers un rythme et un processus de réalisation de plus en plus singularisés. L'ensemble des activités plastiques de l'étudiant est en résonance continue avec les enseignements de l'UE2 (problématique, méthodologie, projet).

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Point de vue, images du mondeGuillaume Janot
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Initiation théorique et pratique.
Maitrise de l’outil photographique et compréhension de ses enjeux.
Développement d’une démarche personnelle.

Contenu :
'L'acte photographique n'est pas juste une captation, un simple enregistrement, mais la construction consciente et volontaire d'une image.' Stephen Shore.

La fabrication d’une image photographique est sous-tendue notamment par la question du point de vue, tant spatial que mental. On évoque souvent la question de la place du spectateur, nous tenterons ici de réfléchir aussi sur la place de l’artiste lorsqu’il se pose dans et/ou devant le monde pour en construire une représentation.

Le studio s'appuie sur une pratique photographique régulière de votre part, sur le développement d'une démarche personnelle, et une analyse critique collective des travaux produits.

Ce sera l'occasion d'aborder quelques problématiques liées à l' apparition de la photographie depuis son invention jusqu'à aujourd'hui, nous exposerons et commenterons de nombreux documents et oeuvres photographiques contemporains ou historiques (lecture des textes fondateurs, approche des enjeux actuels...).

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilans semestriels.

Bibliographie :
« Histoire de la photographie », Lemagny/Rouillé, Bordas.

« L’ invention d’ un regard, 1839-1918 » Musée d’ Orsay, RMN .

« Le public moderne et la photographie » Charles Baudelaire .

'Hommes du XXème siècle', August Sander.

« Sur l’ art et la photographie », Walter Benjamin, arts et esthétique.

'Louons maintenant les grands hommes', Walker Evans et James Agee, Terre humaine Plon.

« American photographs » Walker Evans, Moma .

« Le style documentaire 1920-1945 » Olivier Lugon, Macula . 

La dénivelée » Hubert Damisch, Seuil 
.
« Le photographique » Rosalind Krauss, Macula
.
« Platitudes » Eric de Chassey, Gallimard
.
« La chambre claire » Roland Barthes.
Pour une philosophie de la photographie. Wilém Flusser. éd Circé.
Les raisons du paysage. Augustin Berque. éd. Hazan.
Revues : « Etudes photographiques », SFP
« Les cahiers de la photographie: Robert Frank, Henri Cartier Bresson, William Klein etc... »
également, bien sûr : les monographies des photographes,
(et différents textes communiqués au fur et à mesure de nos questionnements, de nos rencontres et de nos besoins).

Support de cours :
Présentation régulière sous forme de cours et de projections liés à l'Histoire ansi qu'à l'usage de la photographie aujourd'hui.

 Pratiques écrite & orale des arts poétiquesPatrick Beurard-Valdoye
facultatif1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Pratiques écrite et orale des arts poétiques

Il y a les arts poétiques, comme il y a les arts plastiques.
Le studio s’adresse aux étudiant*es concerné*es, ou intrigué*es par cette affirmation.
On pourrait résumer les deux orientations concernant les arts de la langue : celle de faire entrer le monde dans la langue donnée ; ou celle « d'élargir » une langue plus à-même de rendre compte de notre sensible actuel.
Il reste encore à prononcer le terme qui fait qu'il y a véritablement art (tel qu'on l'entend dans une 'école d'art') : la forme.
La norme - qui constitue aussi le commun - s'appuie sur l'a priori de la langue maternelle. Mais qu'est-ce qu'une langue maternelle, sinon apprise, selon une grammaire, un lexique, des partis pris, une ponctuation très ancienne mais encore, des préjugés qui caractérisent une époque passée ? Que « le masculin l'emporte sur le féminin » n'est pas que règle grammaticale, comme on le sait. Le langage est parfois discriminant, souvent dans l'ombre.
L'écart est grand entre la langue maternelle et le medium au service de la création artistique vivante. Créer au présent, c'est-à-dire inventer une forme du discontinu et de l'hétérogène qui rende compte de la complexité, comme de la mobilité des mondes, c'est - non sans un certain goût de l'absurde - nous émanciper de la langue maternelle.
Dans l’usage de la langue, la notion de faute par exemple peut être inappropriée, face à de multiples identités assumées (multi-linguisme ; usage de dialectes, de parlures, de lexiques créés, etc.). Cette notion de faute, avec pour corollaire celles de culpabilité et de réparation, est hélas parfois dévastatrice. Or la dyslexie, soudain, dans ce cadre artistique, devient un potentiel d'énergie ; un angle de vue créatif ...

Contenu :
À chaque séance, un*e étudiant*e lit et présente ses textes. S'en suit une discussion collective dans l'esprit de proposer des pistes d'évolution, de recherche, des perspectives ou des références.
L’enjeu - outre le partage des expériences - est de mettre en place un travail d'auteur*e, du dessein mental au « manuscrit », puis au texte, dans sa succession et sa construction, dans la diversité des formes possibles, et jusqu'à l'édition (design graphique) ou la « publication orale » (lecture ; lecture performée ; performance...).

Car l’oralité - l'oralisation - a son importance, autant lorsque nous écoutons les enregistrements de lectures par leurs auteur*es (archives ou actualité), que lorsqu’il s’agit de transmettre son propre travail au groupe, et d’en débattre collectivement.
Dire son texte à haute voix - ou le performer - pose de nombreuses questions. Mais aussi l'entendre lu par son auteur*e. Notre capacité de « lire autrement » se précise, telle que l'écriture artistique l'exige souvent. La spatialisation et la gestuelle contribuent aussi à l'existence du texte. Elles n'en sont plus une composante étrangère.
Ce studio s'adresse aux années 4 et 5 de l'option art, accueille les étudiant*es d'art 3, et des options design.

Ce studio est en lien avec la Station d'arts poétiques (journées d'étude centrées sur une ou un invité*e), bien qu'indépendant au plan du cursus.
Le jeudi matin [9h-12h30] en semaines paires. Première séance jeudi 29.10 en plateau son ou video.

Mode d'évaluation :
Evaluation à partir de la « production » et de la présence active de l'étudiant.

Bibliographie :
fournie en cours

Support de cours :
Atelier collectif et pratique et suivi individuel.

 Print, Print, PrintNicolas Romarie
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Développer une pratique dans le champ de l’édition d’artiste.

Appréhender les différents supports et techniques d'impression papier.
Penser la diffusion et l’exposition.

Contenu :
Depuis une pratique déjà affirmée de l’édition ou partant d’une autre pratique — dessinée, photographique, filmique, textuelle —, ébauches de travaux, carnets de notes, pièces déjà réalisées ou projets abandonnés par ailleurs, il s’agit de penser et réaliser une ou plusieurs éditions imprimées sur papier ou numériques.
Afin de trouver la forme appropriée à chaque projet, sont abordées les composantes d’une édition d’artiste imprimée — mise en page, format, support, production, diffusion — et la singularité propre à ce médium à part entière.
Les séances de travail sont collectives, prolongées au besoin de rendez-vous individuels. La fréquentation active du pôle édition est encouragée, tant pour une première approche des outils — sérigraphie, offset, jet d’encre grand format, laser, façonnage — qu’un usage approfondi.
En début de chaque séance, présentation d’éditions d’artistes, aventures éditoriales, portraits d’éditeurs.

Mode d'évaluation :
D’octobre à mai, suivi continu — travail d’atelier, discussion collective, réalisation.
Évaluation en fin de semestre.

Bibliographie :
Christoph Keller et Michael Lailach, « Kiosk – Modes of Multiplication: A Sourcebook on Independent Art Publishing 1999-2009 », JRP/Ringier, 2009
« L'effet papillon, 1989-2007 », Centre d'édition contemporaine, Genève, 2008
Jörg Adolph et Gereon Wetzel, « How to Make a Book with Steidl », dvd, 2011; « How to Make a Book with Carlos Saura et Steidl », dvd, 2017

Support de cours :
Actualité d’éditeurs, distributeurs, librairies, galeries, artothèques produisant et diffusant des éditions d’artistes : Maison du livre de l’image et du son, Villeurbanne; After 8 Books, Paris; Florence Loewy, Paris; Centre des livres d’artistes, Saint-Yrieix la Perche; Centre d’édition contemporaine, Genève; Nieves, Zürich; Roma Publications, Amsterdam; Motto Berlin-Vancouver-Bruxelles-Zürich; Printed Matter, New York, entre autres.

Salons : Multiple Art Days, Paris; Offprint, Paris; Missread, Berlin; New York Art Book Fair

 Questions d'interprétationsYaïr Barelli
facultatif1,00
 

Objectifs pédagogiques :
L'interprétation est un élément essentiel de l'art vivant. Elle est aussi un outil qui est accessible partout, à tous et dans n'importe quelle situation. C'est le niveau d'engagement dans une action, qui définit la qualité de l’évènement. Nous allons travailler avec et contre le regard de l'autre, utiliser la situation d'une visibilité comme un appui et un défi de travail. Nous utiliserons l’interprétation physique de consignes verbales en naviguant entre diverses pratiques (yoga, danse, parole, chant, mimétismes) et selon différentes polarités (lâcher prise, introspection, extravagance, maîtrise). Ces explorations seront menées individuellement et en groupe selon une approche privilégiant une appréhension des outils performatifs entre vous et dans vos projets personnels, qu'ils relèvent de la performance ou non.

 Réalisations Collège Des Professeurs
obligatoire4,00
 

Objectifs pédagogiques :
Dans la continuité de l'organisation et de l'évolution plastique du travail (cf. fiche mise en œuvre et développement), l'étudiant est amené à prendre en charge la dimension de finition des travaux en adéquation avec les enjeux plastiques, conceptuels et méthodologiques du projet.

Contenu :
En option art, depuis le 'non-fini' jusqu'à 'l'hyper-poli', du 'trash' au 'clinquant' en passant par 'l'esthétique du fragment' ou le 'non-visible', il semble évident que la qualité des réalisations ne puisse être définie que de façon singulière et relativement à l'orientation du projet personnel de l'étudiant jusque dans son approche des consignes et contraintes données sous forme de thématique ou territoire dans le cadre du 'programme' d'atelier.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Vidéo - Lectures d’imagesOlivier Zabat
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Découverte et approfondissement théorique et pratique des outils numériques à partir des travaux de l'étudiant lors de séances de Lectures d'Images.

Les Lectures d’Images qui accompagnent le travail pratique se positionnent comme un laboratoire d’analyse du regard et de la multitude des angles possibles dans le développement de l'écriture et de la pensée filmique. C'est un lieu de recherche et de propositions.
Les vidéos présentées sont la matière d'échanges collectifs, étudiants/enseignant(s), où sont questionnés les modes et les enjeux filmiques pour développer et aboutir les projets. C'est un temps d'accompagnement qui agit et fait le lien entre le travail solitaire et le temps où le projet est partagé et rendu public.

Contenu :
Les outils de prise de vue d’aujourd’hui se multiplient à partir d’un « tronc commun » qui est l’image HD (haute définition 2K, 4K). Dans le choix de ces outils pour construire une recherche filmique se pose maintenant la question de leurs spécificités propres (haute définition, rapidité de traitement et de communication, texture cinématographique…) et de la pertinence de leur mise en œuvre et de leur adaptation à la démarche artistique. Ce choix, au-delà de l’aspect technique et formel des outils, implique de prendre en considération les aspects plastique, éthique, politique, artistique qui les accompagnent. Comment ces outils déclinés peuvent-ils permettre à chaque étudiant un accès parcellaire à l’ensemble des formes revendiquées comme filmiques aujourd’hui (cinéma, télévision, art vidéo…) et donner lieu au développement de travaux cohérents et singuliers ? Quel est le moment charnière où des images numériques deviennent film ? Intention, prise de vue, direction, montage, générique de fin, diffusion ?
Ces questions seront abordées lors des Lectures d’Images (intensives en année 3) durant lesquelles, à chaque session, l'étudiant sera invité à présenter une vidéo aboutie ou des éléments de recherches, en cours de projet, devant tous les inscrits au studio et en présence de l’enseignant. En plus de la présentation formelle et critique, l'étudiant devra formuler une (des) question(s) précise(s) sur le film ou la séquence présentée, en relation avec une interrogation pratique, esthétique voire éthique sur le film ou une partie du film. Elle sont l'amorce et l'axe de l'échange collectif et paritaire en vue de trouver une ou des solutions ou proposer une orientation de travail à venir. Les séances de présentation de travaux de Lectures d’Images peuvent s’accompagner du visionnage de films sélectionnés par l'enseignant du studio.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Bibliographie :
- André Bazin, « Qu’est-ce que le cinéma ? », Cerf, coll. 7e art, 1976, 372 p.
- Raymond Bellour, « L’entre-images », La Différence, coll. Essais, 2002, 349 p.
- Bernard Benoliel, « Opération Dragon de Robert Clouse », Yellow Now, coll. Côté Films n° 17, 2010, 128 p.
- Robert Bresson, « Notes sur le cinématographe », Gallimard, coll. Folio, 1995, 137 p.
- Gilles Deleuze, « Cinéma, tome 1. L’image-mouvement », Minuit, 1983, 298 p.
- Gilles Deleuze, « Cinéma, tome 2. L’image-temps », Minuit, 1985, 378 p.
- Serge Daney, Serge Toubiana , « Persévérance », P.O.L, coll. Essais, 1994, 171p.
- Michel Rush, Christian-Martin DIiebold, « Les nouveaux media dans l’art », Thames and Hudson, coll. L’univers de l’art, 2005, 248 p.
- André Gardies, « Le récit filmique », Hachette, coll. Contours littéraires, 1993, 151p.
- Guy Gauthier, « Le documentaire, un autre cinéma », Armand Colin, coll. Cinéma, 2008, 428 p.
- Michel Chion, « Ecrire un scénario », Cahiers du cinéma, coll. Essais, 2007, 344 p.
- Henri Colpi, Nathalie Hureau, « Lettres à un jeune monteur », Seguier, coll. Carré ciné, 2006, 176 p.
- Dominique Païni, « Le temps exposé : Le Cinéma de la salle au musée », Cahiers du cinéma, coll. Essais, 2007, 142 p.
- Andrei Tarkovski, « Le temps scellé », Cahiers du Cinéma, coll. Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma, 2004, 288 p.

 Workshops Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Acquisition de connaissances dans le cadre d'un atelier intensif d'enseignement dirigé par une personnalité extérieure à l'école, qu'il soit artiste designer ou auteur en collaboration ou non avec un ou des professeurs.

Contenu :
La durée (entre 2 et 5 jours) et le fonctionnement du workshop varient selon les enjeux pédagogiques. Les contenus sont très diversifiés et en corrélation avec le travail des personnalités invitées.
Le workshop peut s’inscrire dans un ensemble thématique d’enseignements du type arc/atelier de recherche et de création.

Mode d'évaluation :
Evaluation lors du bilan semestriel.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S5-Contextualisation / Médiation4Analyse / énonciation Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Acquisition progressive des outils techniques et conceptuels d'analyse permettant à l'étudiant de proposer une lecture (orale et écrite) cohérente, rigoureuse et contextualisée de l'ensemble de ses travaux.

Contenu :
Le travail d'analyse critique a lieu tout au long de l'année mais est plus particulièrement mis en évidence lors des séances de présentation spatiale de travaux et lors des bilans semestriels. Ce n'est que progressivement tout au long du cursus que l'étudiant peut acquérir la maîtrise de cet outil.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Dossier personnel Collège Des Professeurs
option1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Mise en évidence pratique et conceptuelle du projet général de l'étudiant par le biais d'un support de communication.

Contenu :
Tout au long du cursus, il s'agit de mettre en œuvre, réaliser et régulièrement mettre à jour le dossier de travaux personnels que nécessite la communication d'une démarche et d'un projet d'artiste ou de designer.

Mode d'évaluation :
Bilan semestriel.

 Spatialisation Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Apprentissage progressif de la mise en espace et de la présentation plastique de l'ensemble des travaux de l'étudiant.

Contenu :
Selon l'année et le niveau des études, le travail de spatialisation est mis en œuvre régulièrement tout au long de l'année dans le cadre de séances de présentation de travaux ainsi que lors des bilans semestriels ou le cas échéant au moment d'expositions en dehors du cadre de l'école.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Semestre 6

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S6-Histoire / Culture / Théorie5Atelier de langues étrangèresPaul Berry
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Maîtriser la présentation personnelle ainsi que la présentation de ses travaux (écrit, oral).
Faciliter l'intégration des étudiants dans la vie universitaire ou professionnelle et sociale du pays d’accueil dans le cadre d'un séjour à l'étranger.
Prendre conscience des différentes étapes d'adaptation généralement rencontrées lors du séjour et au retour, et tenter d’apprendre à les gérer.

Contenu :
Rédaction d’un CV, d’une lettre de motivation, dégager des pistes de recherche, rédiger et parler de ses travaux et de leurs enjeux.
Apprendre à concevoir un portfolio (choix iconographiques, rédaction).
Améliorer la prononciation en anglais.
Maitriser un vocabulaire spécifique lié à la pratique artistique.
Développer l'aisance orale pour la présentation des travaux.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu associé à une présentation orale et un examen écrit lors des deux bilans semestriels.

Bibliographie :
- « 20th Century Words », Oxford University Press
- « Dictionnaire bilingue », Robert et Collins
- C. Godefroy, S. Godefroy , « Confident Public Speaking : How to Communicate Effectively », Piatkus Books
- S. Barnet, « A Short Guide to Writing About Art »
- M. Curtis, « Oxford Guide to Plain English »

 Conférences / Voyages d'études Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Connaissances de l'art contemporain, qu'il s'agisse des figures majeures ou émergentes de l'art actuel, ou de ses lieux de diffusion. Connaissances des cultures spécifiques propres aux designs (auteurs, structures, évènements et lieux de diffusion).

Contenu :
Un cycle hebdomadaire d'interventions du type conférence ou performance est programmé chaque mercredi après-midi à dix-sept heures dans le Grand amphithéâtre :
Sa programmation prend en compte les questionnements et les enjeux artistiques et intellectuels contemporains, ainsi que ceux des cultures spécifiques propres aux designs contemporains Elle est en relation directe avec les enseignements.
L'espace-temps de l'intervention est conçu comme une structure de « travail de la parole ».
La parole de l'intervenant peut relever du commentaire, de la recherche théorique ou de l'expérience artistique, littéraire, etc. L'image, projetée ou diffusée peut jouer le rôle de support, de complément ou de lanceur.
Pendant le temps de la conférence, tous les enseignements sont interrompus afin de permettre la participation de l'ensemble des étudiants et enseignants de l'École, toutes options et années confondues.




Les voyages d'études
auprès des centres majeurs de création soit sur la région soit sur l’international sont importants dans le cadre des études. Ils doivent permettre aux étudiants de découvrir les lieux de diffusion de l'art contemporain et sites remarquables du patrimoine moderne et contemporain ; la fréquentation régulière et autonome de ces lieux est fondamentale pour la poursuite des études.

Mode d'évaluation :
Tout au long du cursus de l'étudiant, la participation aux conférences fait l'objet d'une évaluation (notes et références au sein du dossier ou du mémoire), et de l'attribution d'un crédit semestriel (UE1).

 Feelings are FactsCamille Pageard
François Aubart
facultatif1,00
 

 Histoire de l'artCamille Paulhan
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
- Proposer une relecture de l’art (notamment performatif des années 1960-1980) en regard d’une histoire de l’iconographie chrétienne
- Mettre en lien l’histoire de l’art avec l’actualité de l’art, ancien comme contemporain
- Se saisir de l’objet de l’amour comme du désamour, apprendre à se situer dans une ou des généalogies, y compris tératologiques

Contenu :
Ce cours à destination des étudiant·es de l’option art des deuxième et troisième années s’organise en deux temps. Tout d’abord, chaque séance s’ouvre sur une actualité de l’art aujourd’hui, en s’appuyant sur une exposition, une publication ou un film récents. Le cours de l’année 2021-2022 s’organisera autour d’une histoire alternative de la performance et des œuvres liées au body art, en s’appuyant principalement sur une relecture de l’iconographie chrétienne. C’est Job versus Faith Wilding, la Visitation versus Alice Neel, Suzanne versus Alice Sprinkle. Le corps, toujours lui, et quelques mélanges que j’espère féconds, intrigants, joyeux et instructifs.

Mode d'évaluation :
Participation en cours, devoir sur table ou rendu à la maison.

Bibliographie :
- Guides des arts Hazan, Ancien Testament, Nouveau Testament, Les saints…
- Jacques de Voragine, La légende dorée (toutes éditions)
- Leo Steinberg, La sexualité du Christ dans l’art de la Renaissance et son refoulement moderne, Paris, éd. Gallimard, 1987
- Art en théorie, 1900-1990 : une anthologie (Charles Harrison et Paul Wood éds.), Paris, éd. Hazan, 1997
- Traces du sacré, cat. expo. Paris, Centre Georges Pompidou, 2008
- elles@centrepompidou, cat. expo., Centre Georges Pompidou, 2009
- Helena Reckitt et Peggy Phelan, Art et féminisme, éd. Phaidon, 2011
- Amelia Jones, Tracey Warr, Le corps de l’artiste, éd. Phaidon 2011

Support de cours :
Cours magistral

 Séminaire de culture généraleFrançois Aubart
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
La définition classique d'un séminaire ('Groupe d'étudiants effectuant un travail pratique de recherche sous la direction d'un enseignant; ensemble des séances de ce groupe'. http://www.cnrtl.fr/lexicographie/s%C3%A9minaire) sera ici inversée : loin que l'enseignant dirige un 'enseignement', chaque étudiant.e de 3ème année sera invité à produire un texte de recherche, qui soit personnel, et dont la présentation comptera pour la validation du DNA. Il s'agira d'une production théorique sur sujet libre, idéalement réalisé à partir d'un choix d'oeuvres ou objets culturels éventuellement disparates. Plusieurs ateliers permettront, au cours de l'année, d'accompagner à la production du texte personnel en question : définition d'un sujet, discussion sur des types d'approches possibles, lectures partagées, etc. Il s'agira, alors cette fois dans le sens correct du terme 'séminaire', d'en retranscrire les possibles enseignements.

Mode d'évaluation :
bilan semestriel + présence en cours

 Théorie de l'artVincent Romagny
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Ce cours sera dédié à l’examen critique de la question des rapports entre art et enfance dans l’art actuel. Il s’agira de voir comment l’enfant a été le modèle de l’artiste à l’époque moderne, comment la question de l’enfance a été refoulée dans l’art des années 1970, et de quelle façon elle opère un retour dans les pratiques actuelles de l’art contemporain, notamment atour de la question de la pédagogie et de l’éducation. On tentera d’expliquer la perception de l’enfance par les artistes et les usages artistiques auxquels elle donne lieu à l’aune des approches historiques, scientifiques, psychologiques et philosophiques de cette notion et qui lui sont contemporaines. On envisagera l’histoire de l’idée d’enfance, comprise à la fois comme âge de la vie, comme type d’approche de la vie qui n’est alors pas liée à un âge, mais plutôt à une attitude, et enfin à l ‘aune des childhood studies, à savoir l’idée que les enfants puissent être vus comme des acteurs sociaux indépendants. De ce point de vue, la question de l’enfance peut être abordée, à l’instar des questions de genre ou de race, comme une catégorie invisibilisée et rarement perçue pour elle-même. Il s’agira surtout de saisir comment l’enfance est une construction culturelle et sociale, une notion polémique puisqu’elle engage des questions d’émancipation et de domination. Et donc voir si l’art n’as pas, à ce titre, quelque chose à voir là-dedans.

Mode d'évaluation :
Bilan semestriel. Assiduité aux cours et devoir sur table.

Support de cours :
Cours magistral en amphi.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S6-Problématique / Méthodologie pôle Art4La documentationNicolas Romarie
François Aubart
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
L’objectif de cet atelier mené par François Aubart et Nicolas Romarie est de sensibiliser les étudiants à la documentation de leurs travaux. Il s’agit donc de réfléchir et de concevoir les moyens de rendre compte de leurs recherches et de leurs productions. Seront ainsi considérés l’écriture, la captation et l'apport de documents de toutes sortes pour présenter les enjeux de leurs travaux et leurs démarches.
Une attention particulière sera portée à l’adéquation entre les moyens employés et l’objectif de la documentation, ce qu’elle tend à montrer et veut mettre en avant. En effet, une performance ne se documente pas de la même façon qu’une sculpture par exemple. Ainsi il faut envisager ce qui correspond le mieux à chaque démarche, car toutes les peintures ne nécessitent pas le même type de reproduction selon ce qu’on veut en montrer.
A l’encontre d’un formatage ou d’une grille applicable de la même façon à tous, nous tenterons de trouver avec chaque étudiant·e comment rendre compte d’un corpus, d’une pratique et d’une démarche.

Contenu :
Chaque séance est ouverte par la présentation de livres, catalogues, portfolios et documents d'artistes choisis en fonction de leur exemplarité, leur diversité, leur singularité. Cela pour ouvrir des discussions à propos des diverses formes que prend l’édition dans le champ de l’art.
Quelques séances sont spécifiquement dédiées à la rédaction d’un texte de présentation. Elles portent sur les moyens les plus adéquats pour décrire ce qui motive et nourrit les pratiques des étudiant·e·s. La complémentarité de ces textes avec les autres types de documents est aussi considérée.
L’atelier ‘La documentation’ a pour finalité la production d’un portfolio en fin d’année. Pour accompagner la réaliser de ce document sont abordées les notions de mise en page, d'impression et de diffusion.

Mode d'évaluation :
Evaluation basée sur la participation aux séances et sur les documents produits.

 Méthodologie spécifique Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Mise en place progressive d'une méthode de travail de plus en plus individualisée tout au long du cursus et en relation avec les orientations de l'année et de l'option.
Cet objectif est présent à l'intérieur de chaque cours faisant appel à la fois au développement de la capacité perceptive et à l'élaboration d'une mise en œuvre de l'idée.

Une approche plus spécifique sur la méthodologie de recherche peut être développée dans le cadre de modules ou séminaires expressément conçus au croisement des enseignements pratiques et théoriques.

Contenu :
La question est de savoir comment construire un objet de réflexion, de travail et de recherche qui coïncide avec les intentions conceptuelles et plastiques initiales. Mais dans ce contexte, il s'agira probablement moins de répondre à cette question que de la volonté d' en énoncer sans cesse les termes et les conditions. Entre théorie et pratique, entre hypothèse et expérimentation se tissent progressivement les liens qui vont permettre la construction complexe d'une singularité agissante au sein du projet artistique au sens large du terme, qu'il relève du champ de l'art ou de celui du design.
Construire donc, sa propre méthode et ses variations, à partir des éléments constitutifs spécifiques du champ de création dans lequel l'étudiant est engagé mais aussi de l'étude des divers dispositifs scientifiques et transversaux qui organisent les subjectivités contemporaines.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Problématique de projet Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Savoir de quoi l'on parle et avec quoi on agit ; dans quelle mesure le corpus problématisé s'inscrit dans la réflexion et la création contemporaine inhérentes au champ de recherche dans lequel l'étudiant est en train de s'engager.

Contenu :
Tout au long du cursus, depuis le 'sujet' imposé et la thématique, jusqu'à la problématique spécifique du projet individuel et de la recherche, il s’agit de questionner, dans le champ contemporain, à partir du monde réel et des singularités artistiques, dans un continuel aller-retour, à la fois les contenus significatifs mêmes du travail artistique et la façon de penser ce qui précisément le motive, le monde qui nous entoure et nous constitue.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 TexteFrançois Aubart
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Ce cours est consacré à la façon dont les étudiant·e·s présentent leurs propres travaux. Pendant leurs deux années d’étude précédentes, tou·te·s ont été sensibilisé·e·s au fait d’expliquer oralement leurs démarches et leurs modes de production. Il s’agit ici de se concentrer sur la forme écrite, dans le but de produire un court texte permettant de rendre compréhensible les questions qui les animent, les intuitions qui les guident, les pratiques qui les émeuvent et la façon dont ils donnent forme à leurs travaux.
Le texte, écrit dans le cadre de ce cours, complète la documentation réalisée dans l’atelier mené par François Aubart et Nicolas Romarie.
Il s’agit, là aussi, pour les étudiant·e·s d’inventer les moyens de présenter leurs travaux à un moment où, pour des demandes de stages, d’aides ou d’inscriptions, ce type de dossier leur devient nécessaire.

Contenu :
Le premier semestre est consacré à la lecture de textes de présentations d’œuvres et d’artistes qui retiennent l’attention des étudiant·e·s. Ce sera l’occasion de discussions sur la nature de ces textes, leurs objectifs et leurs utilités. Ces séances seront aussi rythmées par des exercices d’écriture pour entrainer les étudiant·e·s et pour forger leur point de vue sur ces textes.
Au cours du deuxième semestre chaque étudiant·e commence la rédaction d’un texte pour présenter son propre travail. Les séances seront consacrées à la présentation de ces textes et à leur amélioration.

Mode d'évaluation :
Évaluation basée sur la participation aux séances et sur les documents produits au cours des séances.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S6-Pratique / Expérimentation / Réalisation41234 objetsNiek Van de Steeg
David Renaud
option1,00
 

Objectifs pédagogiques :
1.1 Objectifs généraux :

1.1.1 Savoir identifier quelques problématiques de la sculpture dans le champ de l’art contemporain
1.1.2 Savoir produire un objet
1.1.3 Savoir présenter/accrocher les objets réalisés
1.1.4 Savoir analyser et formuler les concepts basés sur les objets réalisés et les quelques des 1234 objets étudiés.
1.1.5 Savoir utiliser une technique spécifique de la sculpture

1.2 Objectifs spécifiques :
À la fin de ce studio, l’étudiant devrait être capable de :

1.2.1 Définir quelques concepts rencontrés lors de l’étude de 1234 objets.
1.2.2.1 Réaliser des phases d’études d'objets concrets
1.2.2.2 Entreprendre des travaux pratiques, études, expérimentations en relation avec son projet de 1234 objets
1.2.2.3 Utiliser les résultats de l’expérimentation pour la réalisation des objets
1.2.2.4 Utiliser les résultats de l’expérimentation pour la réalisation d’un objet ou une série d’objets dans un des secteurs du pôle volume.
1.2.3 Savoir construire des dispositifs de présentation en relation avec l’objet ou les objets réalisés
1.2.4 Savoir représenter toutes les phases du projet dans un document en utilisant, texte et image et références
1.2.5 Savoir utiliser un au plusieurs techniques disponibles au pôle volume, pour augmenter ces capacités techniques et d’autonomie.

Contenu :
1234 objets est un studio, un espace d’enseignement pratique et réflexif, pour expérimenter les enjeux de la sculpture dans toute sa dimension actuelle.
Les problématiques abordées sont :
Comment produire des objets qui relèvent du territoire de la sculpture et de l’art ?
Quelles sont les possibilités et quoi sont les contraintes de la fabrication, en relation avec les questions qui sont au centre aujourd’hui ? Bien sûr, cette question est toujours en relation avec le contexte du pôle volume de l’école d’art de Lyon, sa ville et sa région, son pays et le contexte international...
Savoir être pragmatiques et aborder les problématiques de fabrication des objets et des sculptures. Cette production est toujours accompagnée par de réflexions culturelles, historiques, philosophiques et politiques…
Le studio propose des plages horaires à orientation théorique, passant en revue un artiste ou un groupe d’artistes présenté par le professeur. Un compte Instagram 1234objets accompagne le studio et peut être fourni en images en relation avec la sculpture, par l’ensemble des participants du studio.
L’expérimentation est individuelle et toujours en étroite relation avec les techniciens du pôle volume.
En plus de son travail individuel, l’étudiant doit produire un travail avec un des techniques disponibles au pôle volume, pour augmenter ces capacités techniques et d’autonomie.
La réalisation est suivie par les techniciens du pôle volume et accompagné, validé et évalué par les professeurs.

Mode d'évaluation :
Évaluation à la fin de chaque semestre.

Présence au cours et participation aux activités de groupe-10 %
- la présence au studio
– Écoute attentive
– Participation dynamique
– Singularité
– Ponctualité

Différents stades du projet-40 %
La capacité de mettre en œuvre une sculpture en utilisant les moyens de l’école et plus spécifiquement le pôle volume
– Qualité d’exécution des stades de recherche
– Ouverture à la recherche et à l’exploration
– Singularité
Projets personnels-40 %
la réalisation de travaux pratiques personnels
–Qualités d’interrelation du processus de travail
–Qualités formelles des réalisations.
–Qualités formelles de présentation du travail

Capacités critiques et autocritiques-10%
La capacité de l’étudiant à exercer un regard critique/autocritique à propos du projet réalisé.
– Capacité à communiquer son point de vue vis-à-vis des projets entrepris.

Bibliographie :
Cette bibliographie est à compléter. Il s'agit d'un exercice collectif, proposé aux étudiants entre la première et deuxième session du studio.

- Histoire de la sculpture moderne, Herbert Read, Paris : Arted Éditions d'Art, 1985 ISBN 2-85067-068-5
- Qu’est-ce que la sculpture moderne ? Centre Georges Pompidou , 1986 ISBN2-85850-333-8
- Passages. Une histoire de la sculpture de Rodin à Smithson, Rosalind Krauss, Édition Macula, Paris, 1995-2015, ISBN 978-2-86589-056-9
- La Sculpture Aujourd'hui Judith Collins Phaidon ,Paris 2008, ISBN 978 07148 5861 6
- Qu’est-ce que la sculpture aujourd'hui ? Beaux-Arts Éditions Caroline Cros 2008
-Dictionnaire international de la sculpture moderne et contemporaine, Alain Monvoisin
ISBN: 978-2841052110
- Status of sculpture : [exposition itinérante, 1990] / [organisée par l'Espace lyonnais d'art contemporain] éditeur : Espace Lyonnais d'art contemporain, ISBN 2-906709-28-X br. 120 F
-Dictionnaire international de la sculpture moderne et contemporaine, Alain Monvoisin
ISBN: 978-2841052110
- Out of actions between performance and the object 1949 -1979, MOCA Los Angeles 1998 Isbn 0-500-28050-9

Support de cours :
Les ateliers du Pôle Volume de l' école.
Un compte Instagram : 1234objets

 Club informatiqueNicolas Frespech
option1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Comme à l’apparition de tout nouveau médium, les artistes se sont emparés, depuis plusieurs années, de la sphère du numérique pour l’explorer comme « nouvelle frontière ». L’idée est d’investir cette réalité, non comme outil, mais comme espace de projet - d’utopie. Trouver des « données » spécifiques qui permettront d’élaborer des projets de réalités [diffé-rentes], (la réalité augmentée par exemple !).

Contenu :
La lecture d’œuvres, associée à une approche théorique, sera un des temps de travail pour comprendre où se situe le 'numérique' et comment s’emparer de ses éléments singuliers et de ses territoires connexes. Le studio propose aussi de s’aventurer dans des projets sans pré-requis. Il s’agira dans un deuxième temps d’en définir les conditions de production (économie des compétences et des contingences) et de mettre en œuvre, si possible, des réalisations.
Ce studio est impliqué dans la programmation du Commons Lab ainsi que le Labo NRV.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu, projet personnel et bilan semestriel.

Bibliographie :
Chaos Computer Club https://fr.wikipedia.org/wiki/Chaos_Computer_Club

 CosmicomicsOlivier Nottellet
Fabienne Ballandras
obligatoire1,00
 

 De Facto / In SituOlivier Nottellet
Fabienne Ballandras
option1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Interroger les enjeux des visibilités des projets depuis leurs origines jusqu’à leurs finalités.

Tout d’abord, il s’agira de développer la relation que peut entretenir chaque étudiant avec la diversité et la complexité des représentations, discours et informations que le monde contemporain produit sur lui-même : Définir des champs d’investigations, soustraire des fragments au réel (empreintes ou documents), les manipuler à travers une pratique ouverte de l’expérimentation pour interroger la manière dont ces formes parcellaires sont susceptibles d’alimenter le processus artistique.

Ensuite, au travers des expériences d’accrochages situés ou non il s’agira de questionner la rencontre entre les productions et les espaces qui les soutiennent, les entourent, les supportent.
Détendre les murs, déplacer les touches, les gestes, monter sur les pots et retendre les liens.
Interroger la place du regardeur, les enjeux de sa présence physique.
Relancer les dés qui régissent lieux de productions et lieux de monstration.

Contenu :
Au début ça n’a pas de sens, ça se fait.
Au fur et à mesure les indices s’amoncellent :
Lignes perdues, mots griffonnés, croquis volants, images coupées, scènes en boucles, archives, documents, objets collectionnés, relevés précis, schémas sans logique, découpes radicales, sons entêtants…
Tout vient s’entasser, parfois sans raison apparente.
Vient le moment de trier, d’accrocher, de prolonger, d’agrandir, de copier, de multiplier, de jeter, de tout reprendre à l’envers : mettre en place une pratique de la factographie.

Le projet a besoin de temps et d’espace, de rencontres et d’imprévus.
Il commence à la ligne et se développe à l’échelle de ce qu’il décide de nous montrer.
C’est cette durée entre le réel de ce qui m’intéresse et la mise en oeuvre de ce que j’en extrais que nous vivrons comme l’expérience d’un projet à construire.
Ensemble nous construirons des hypothèses que nous tenterons de vérifier à la logique des murs, des regards incertains, des situations inventées.
Nous alternerons séances de fabrications et séances d’accrochages in situ ou en extérieur, la coexistence de nos points de vues sera un moteur certain à l’élaboration des positions des uns, des unes, des autres.

Pas de médium spécifique, tout est possible, mais un gout prononcé pour le dessin dans toute ses acceptations, de l’écriture au délié le plus libre :
Le dessin est un outil d’élaboration de langages visuels et un objet protéiforme et mouvant.
On peut lui assigner des rôles d’observation, d’analyse, de construction ou de réalisation. Il peut aussi bien prendre en charge la représentation de tout ce qui préexiste, prépare ou échappe aux autres pratiques que devenir un dénouement ou un aboutissement. On peut également s’interroger sur ce qu’est le dessin lorsqu’il n’est pas considéré comme une finalité ou une étape de recherche, lorsqu’il est une activité plutôt qu’un objet ?
Pour conserver cette conception complexe et ouverte du dessin, les étudiants devront engager une réflexion propre sur le(s) rôle(s) qu’ils donnent à cette pratique au sein de leurs projets.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Bibliographie :
Roland Barthes, « L’effet de réel », Communications, n° 11, 1968
Giovanna Zapperi (dir.) : L’avenir du passé / Art contemporain et politiques de l’archive. Presses universitaires de Rennes. (2016).
Aline Caillet et Fréderic Pouillaude : Un art documentaire: Enjeux esthétiques, politiques et éthiques. Presses universitaires de Rennes. (2017).
Marie-Jeanne Zenetti / Factographies : l’enregistrement du réel en littérature, Classiques Garnier, collection « Littérature, histoire, politique », (2014).Georges Didi-Huberman : Images malgré tout, Les éditions de minuit. 2005
Jacques Derrida, A dessein, le dessin suivi de Derrida, à l’improviste par Ginette Michaud Le Havre : Franciscopolis, 2013
Revue Tête à tête. Revue d’art et d’esthétique / www.revuetat.com. Rouge profond.
Roven. Revue critique sur le dessin contemporain. Roven éditions
Jean-Luc Nancy, « le plaisir au dessin », 2007.

 GEPPPauline Bastard
option1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Le studio a pour but de permettre à l’étudiant de donner de l’ampleur à ses projets, de lui proposer une expérience collective et d’engager avec le groupe une réflexion sur la production à la base de l’oeuvre.

Contenu :
Le Groupe d’Entraide pour la Pratique et la Production est un système d’échange du temps et des savoir-faire. Les étudiants proposent des projets pour lesquels ils ont besoin d’aide. Le studio fonctionne comme un Système d’Échange Local, chaque étudiant est à la fois porteur de ses projets et participant dans les projets des autres.
Preneur de son, performeur, figurant, régisseur, photographe, décorateur, danseur, céramiste, monteur, modèle, déménageur, traducteur, mathématicien, musicien… Les étudiants s’entourent dans leur démarche et chacun prend divers postes selon les besoins. La communauté formée par le travail donne une réalité aux projets. Dans ce studio, les oeuvres ne sont pas dissociables de leur processus de production, ce lien constitue une base conceptuelle et méthodologique au développement des projets et à la réflexion.

Mode d'évaluation :
Le travail de production se passe en dehors du temps du studio : les projets se développent entre les étudiants. Le studio sert de base et de lieu de réflexion, on y prépare les projets et on y présente ce qui a été produit. Il est basé sur la participation et requiert une présence, une participation, une attention.

Bibliographie :
Tim Ingold, Faire : anthropologie, archéologie, art et architecture, Dehors, 2017
Jacques Rancière, Le maître ignorant, 1987
William Golding, Sa Majesté des Mouches, 1954

 Mise en oeuvre et développement Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Développer les capacités de travail à travers l'expérimentation et l'étude dans le cadre du projet personnel et du travail d'atelier.

Contenu :
Progressivement, tout au long du cursus, l'étudiant est amené à développer sa capacité de travail ainsi que la puissance et l'efficacité plastique de son projet personnel dans le cadre de l'organisation générale de ses divers travaux et expérimentations à travers un rythme et un processus de réalisation de plus en plus singularisés. L'ensemble des activités plastiques de l'étudiant est en résonance continue avec les enseignements de l'UE2 (problématique, méthodologie, projet).

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Point de vue, images du mondeGuillaume Janot
option1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Initiation théorique et pratique.
Maitrise de l’outil photographique et compréhension de ses enjeux.
Développement d’une démarche personnelle.

Contenu :
'L'acte photographique n'est pas juste une captation, un simple enregistrement, mais la construction consciente et volontaire d'une image.' Stephen Shore.

La fabrication d’une image photographique est sous-tendue notamment par la question du point de vue, tant spatial que mental. On évoque souvent la question de la place du spectateur, nous tenterons ici de réfléchir aussi sur la place de l’artiste lorsqu’il se pose dans et/ou devant le monde pour en construire une représentation.

Le studio s'appuie sur une pratique photographique régulière de votre part, sur le développement d'une démarche personnelle, et une analyse critique collective des travaux produits.

Ce sera l'occasion d'aborder quelques problématiques liées à l' apparition de la photographie depuis son invention jusqu'à aujourd'hui, nous exposerons et commenterons de nombreux documents et oeuvres photographiques contemporains ou historiques (lecture des textes fondateurs, approche des enjeux actuels...)

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilans semestriels.

Bibliographie :
« Histoire de la photographie », Lemagny/Rouillé, Bordas.

« L’ invention d’ un regard, 1839-1918 » Musée d’ Orsay, RMN .

« Le public moderne et la photographie » Charles Baudelaire .

'Hommes du XXème siècle', August Sander.

« Sur l’ art et la photographie », Walter Benjamin, arts et esthétique.

'Louons maintenant les grands hommes', Walker Evans et James Agee, Terre humaine Plon.

« American photographs » Walker Evans, Moma .

« Le style documentaire 1920-1945 » Olivier Lugon, Macula . 

La dénivelée » Hubert Damisch, Seuil 
.
« Le photographique » Rosalind Krauss, Macula
.
« Platitudes » Eric de Chassey, Gallimard
.
« La chambre claire » Roland Barthes.
Pour une philosophie de la photographie. Wilém Flusser. éd Circé.
Les raisons du paysage. Augustin Berque. éd. Hazan.
Revues : « Etudes photographiques », SFP
« Les cahiers de la photographie: Robert Frank, Henri Cartier Bresson, William Klein etc... »
également, bien sûr : les monographies des photographes,
(et différents textes communiqués au fur et à mesure de nos questionnements, de nos rencontres et de nos besoins).

Support de cours :
Présentation régulière sous forme de cours et de projections liés à l'Histoire ansi qu'à l'usage de la photographie aujourd'hui.

 Pratiques écrite & orale des arts poétiquesPatrick Beurard-Valdoye
facultatif1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Pratiques écrite et orale des arts poétiques

Il y a les arts poétiques, comme il y a les arts plastiques.
Le studio s’adresse aux étudiant*es concerné*es, ou intrigué*es par cette affirmation.
On pourrait résumer les deux orientations concernant les arts de la langue : celle de faire entrer le monde dans la langue donnée ; ou celle « d'élargir » une langue plus à-même de rendre compte de notre sensible actuel.
Il reste encore à prononcer le terme qui fait qu'il y a véritablement art (tel qu'on l'entend dans une 'école d'art') : la forme.
La norme - qui constitue aussi le commun - s'appuie sur l'a priori de la langue maternelle. Mais qu'est-ce qu'une langue maternelle, sinon apprise, selon une grammaire, un lexique, des partis pris, une ponctuation très ancienne mais encore, des préjugés qui caractérisent une époque passée ? Que « le masculin l'emporte sur le féminin » n'est pas que règle grammaticale, comme on le sait. Le langage est parfois discriminant, souvent dans l'ombre.
L'écart est grand entre la langue maternelle et le medium au service de la création artistique vivante. Créer au présent, c'est-à-dire inventer une forme du discontinu et de l'hétérogène qui rende compte de la complexité, comme de la mobilité des mondes, c'est - non sans un certain goût de l'absurde - nous émanciper de la langue maternelle.
Dans l’usage de la langue, la notion de faute par exemple peut être inappropriée, face à de multiples identités assumées (multi-linguisme ; usage de dialectes, de parlures, de lexiques créés, etc.). Cette notion de faute, avec pour corollaire celles de culpabilité et de réparation, est hélas parfois dévastatrice. Or la dyslexie, soudain, dans ce cadre artistique, devient un potentiel d'énergie ; un angle de vue créatif ...

Contenu :
À chaque séance, un*e étudiant*e lit et présente ses textes. S'en suit une discussion collective dans l'esprit de proposer des pistes d'évolution, de recherche, des perspectives ou des références.
L’enjeu - outre le partage des expériences - est de mettre en place un travail d'auteur*e, du dessein mental au « manuscrit », puis au texte, dans sa succession et sa construction, dans la diversité des formes possibles, et jusqu'à l'édition (design graphique) ou la « publication orale » (lecture ; lecture performée ; performance...).

Car l’oralité - l'oralisation - a son importance, autant lorsque nous écoutons les enregistrements de lectures par leurs auteur*es (archives ou actualité), que lorsqu’il s’agit de transmettre son propre travail au groupe, et d’en débattre collectivement.
Dire son texte à haute voix - ou le performer - pose de nombreuses questions. Mais aussi l'entendre lu par son auteur*e. Notre capacité de « lire autrement » se précise, telle que l'écriture artistique l'exige souvent. La spatialisation et la gestuelle contribuent aussi à l'existence du texte. Elles n'en sont plus une composante étrangère.
Ce studio s'adresse aux années 4 et 5 de l'option art, accueille les étudiant*es d'art 3 et il est ouvert aux options design.


Ce studio est en lien avec la Station d'arts poétiques (journées d'étude centrées sur une ou un invité*e), bien qu'indépendant au plan du cursus.
Le jeudi matin [9h-12h30] en semaines paires. Première séance jeudi 29.10 en plateau son ou video.

Mode d'évaluation :
Evaluation à partir de la « production » et de la présence active de l'étudiant.

Bibliographie :
fournie en cours

Support de cours :
studio

 Print, Print, PrintNicolas Romarie
option1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Développer une pratique dans le champ de l’édition d’artiste.

Appréhender les différents supports et techniques d'impression papier.
Penser la diffusion et l’exposition.

Contenu :
Depuis une pratique déjà affirmée de l’édition ou partant d’une autre pratique — dessinée, photographique, filmique, textuelle —, ébauches de travaux, carnets de notes, pièces déjà réalisées ou projets abandonnés par ailleurs, il s’agit de penser et réaliser une ou plusieurs éditions imprimées sur papier ou numériques.
Afin de trouver la forme appropriée à chaque projet, sont abordées les composantes d’une édition d’artiste imprimée — mise en page, format, support, production, diffusion — et la singularité propre à ce médium à part entière.
Les séances de travail sont collectives, prolongées au besoin de rendez-vous individuels. La fréquentation active du pôle édition est encouragée, tant pour une première approche des outils — sérigraphie, offset, jet d’encre grand format, laser, façonnage — qu’un usage approfondi.
En début de chaque séance, présentation d’éditions d’artistes, aventures éditoriales, portraits d’éditeurs.

Mode d'évaluation :
D’octobre à mai, suivi continu — travail d’atelier, discussion collective, réalisation.
Évaluation en fin de semestre.

Bibliographie :
Christoph Keller et Michael Lailach, « Kiosk – Modes of Multiplication: A Sourcebook on Independent Art Publishing 1999-2009 », JRP/Ringier, 2009
« L'effet papillon, 1989-2007 », Centre d'édition contemporaine, Genève, 2008
Jörg Adolph et Gereon Wetzel, « How to Make a Book with Steidl », dvd, 2011; « How to Make a Book with Carlos Saura et Steidl », dvd, 2017

Support de cours :
Actualité d’éditeurs, distributeurs, librairies, galeries, artothèques produisant et diffusant des éditions d’artistes : Maison du livre de l’image et du son, Villeurbanne; After 8 Books, Paris; Florence Loewy, Paris; Centre des livres d’artistes, Saint-Yrieix la Perche; Centre d’édition contemporaine, Genève; Nieves, Zürich; Roma Publications, Amsterdam; Motto Berlin-Vancouver-Bruxelles-Zürich; Printed Matter, New York, entre autres.

Salons : Multiple Art Days, Paris; Offprint, Paris; Missread, Berlin; New York Art Book Fair

 Questions d'interprétationsYaïr Barelli
facultatif1,00
 

Objectifs pédagogiques :
L'interprétation est un élément essentiel de l'art vivant. Elle est aussi un outil qui est accessible partout, à tous et dans n'importe quelle situation. C'est le niveau d'engagement dans une action, qui définit la qualité de l’évènement. Nous allons travailler avec et contre le regard de l'autre, utiliser la situation d'une visibilité comme un appui et un défi de travail. Nous utiliserons l’interprétation physique de consignes verbales en naviguant entre diverses pratiques (yoga, danse, parole, chant, mimétismes) et selon différentes polarités (lâcher prise, introspection, extravagance, maîtrise). Ces explorations seront menées individuellement et en groupe selon une approche privilégiant une appréhension des outils performatifs entre vous et dans vos projets personnels, qu'ils relèvent de la performance ou non.

 Réalisations Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Dans la continuité de l'organisation et de l'évolution plastique du travail (cf. fiche mise en œuvre et développement), l'étudiant est amené à prendre en charge la dimension de finition des travaux en adéquation avec les enjeux plastiques, conceptuels et méthodologiques du projet.

Contenu :
En option art, depuis le 'non-fini' jusqu'à 'l'hyper-poli', du 'trash' au 'clinquant' en passant par 'l'esthétique du fragment' ou le 'non-visible', il semble évident que la qualité des réalisations ne puisse être définie que de façon singulière et relativement à l'orientation du projet personnel de l'étudiant jusque dans son approche des consignes et contraintes données sous forme de thématique ou territoire dans le cadre du 'programme' d'atelier.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Vidéo - Lectures d’imagesOlivier Zabat
option1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Découverte et approfondissement théorique et pratique des outils numériques à partir des travaux de l'étudiant lors de séances de Lectures d'Images.

Les Lectures d’Images qui accompagnent le travail pratique se positionnent comme un laboratoire d’analyse du regard et de la multitude des angles possibles dans le développement de l'écriture et de la pensée filmique. C'est un lieu de recherche et de propositions.
Les vidéos présentées sont la matière d'échanges collectifs, étudiants/enseignant(s), où sont questionnés les modes et les enjeux filmiques pour développer et aboutir les projets. C'est un temps d'accompagnement qui agit et fait le lien entre le travail solitaire et le temps où le projet est partagé et rendu public.

Contenu :
Les outils de prise de vue d’aujourd’hui se multiplient à partir d’un « tronc commun » qui est l’image HD (haute définition 2K, 4K). Dans le choix de ces outils pour construire une recherche filmique se pose maintenant la question de leurs spécificités propres (haute définition, rapidité de traitement et de communication, texture cinématographique…) et de la pertinence de leur mise en œuvre et de leur adaptation à la démarche artistique. Ce choix, au-delà de l’aspect technique et formel des outils, implique de prendre en considération les aspects plastique, éthique, politique, artistique qui les accompagnent. Comment ces outils déclinés peuvent-ils permettre à chaque étudiant un accès parcellaire à l’ensemble des formes revendiquées comme filmiques aujourd’hui (cinéma, télévision, art vidéo…) et donner lieu au développement de travaux cohérents et singuliers ? Quel est le moment charnière où des images numériques deviennent film ? Intention, prise de vue, direction, montage, générique de fin, diffusion ?
Ces questions seront abordées lors des Lectures d’Images (intensives en année 3) durant lesquelles, à chaque session, l'étudiant sera invité à présenter une vidéo aboutie ou des éléments de recherches, en cours de projet, devant tous les inscrits au studio et en présence de l’enseignant. En plus de la présentation formelle et critique, l'étudiant devra formuler une (des) question(s) précise(s) sur le film ou la séquence présentée, en relation avec une interrogation pratique, esthétique voire éthique sur le film ou une partie du film. Elle sont l'amorce et l'axe de l'échange collectif et paritaire en vue de trouver une ou des solutions ou proposer une orientation de travail à venir. Les séances de présentation de travaux de Lectures d’Images peuvent s’accompagner du visionnage de films sélectionnés par l'enseignant du studio.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Bibliographie :
- André Bazin, « Qu’est-ce que le cinéma ? », Cerf, coll. 7e art, 1976, 372 p.
- Raymond Bellour, « L’entre-images », La Différence, coll. Essais, 2002, 349 p.
- Bernard Benoliel, « Opération Dragon de Robert Clouse », Yellow Now, coll. Côté Films n° 17, 2010, 128 p.
- Robert Bresson, « Notes sur le cinématographe », Gallimard, coll. Folio, 1995, 137 p.
- Gilles Deleuze, « Cinéma, tome 1. L’image-mouvement », Minuit, 1983, 298 p.
- Gilles Deleuze, « Cinéma, tome 2. L’image-temps », Minuit, 1985, 378 p.
- Serge Daney, Serge Toubiana , « Persévérance », P.O.L, coll. Essais, 1994, 171p.
- Michel Rush, Christian-Martin DIiebold, « Les nouveaux media dans l’art », Thames and Hudson, coll. L’univers de l’art, 2005, 248 p.
- André Gardies, « Le récit filmique », Hachette, coll. Contours littéraires, 1993, 151p.
- Guy Gauthier, « Le documentaire, un autre cinéma », Armand Colin, coll. Cinéma, 2008, 428 p.
- Michel Chion, « Ecrire un scénario », Cahiers du cinéma, coll. Essais, 2007, 344 p.
- Henri Colpi, Nathalie Hureau, « Lettres à un jeune monteur », Seguier, coll. Carré ciné, 2006, 176 p.
- Dominique Païni, « Le temps exposé : Le Cinéma de la salle au musée », Cahiers du cinéma, coll. Essais, 2007, 142 p.
- Andrei Tarkovski, « Le temps scellé », Cahiers du Cinéma, coll. Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma, 2004, 288 p.

 Workshops Collège Des Professeurs
option1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Acquisition de connaissances dans le cadre d'un atelier intensif d'enseignement dirigé par une personnalité extérieure à l'école, qu'il soit artiste designer ou auteur en collaboration ou non avec un ou des professeurs.

Contenu :
La durée (entre 2 et 5 jours) et le fonctionnement du workshop varient selon les enjeux pédagogiques. Les contenus sont très diversifiés et en corrélation avec le travail des personnalités invitées.
Le workshop peut s’inscrire dans un ensemble thématique d’enseignements du type arc/atelier de recherche et de création.

Mode d'évaluation :
Evaluation lors du bilan semestriel.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S6-Contextualisation / Médiation2Stageobligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Le stage permet d'acquérir une expérience des milieux de création et de production, d'approfondir la connaissance des milieux professionnels (entreprises, milieux culturels et institutionnels) et de développer les compétences pratiques en termes d'outils et de travail en équipe.

Contenu :
Ce temps de formation donne lieu à la rédaction par l' étudiant d'un 'rapport de stage' mettant en évidence sa propre approche du milieu professionnel en relation avec l'enseignement proprement dit.
Les périodes de stages obligatoires sont fixées par l'école.
Les périodes de stages hors obligation sont fixées de façon concertée entre l'étudiant, l'équipe pédagogique et l'entreprise.

Mode d'évaluation :
Bilan semestriel.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S6-Diplôme15DNA Jury de Diplôme
obligatoire15,00
 

Objectifs pédagogiques :
L'épreuve du diplôme national d'art, d'une durée de trente minutes, prend la forme d'un entretien avec le jury comprenant la présentation par l'étudiant d'un projet plastique accompagné par une sélection de travaux plastiques et d'un document écrit sélectionné parmi ceux réalisés pendant les semestres 5 et 6.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
CésureStageobligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Pendant son année de césure, l'étudiant peut désirer faire un stage.
Le stage permet d'acquérir une expérience des milieux de création et de production, d'approfondir la connaissance des milieux professionnels (entreprises, milieux culturels et institutionnels) et de développer les compétences pratiques en termes d'outils et de travail en équipe.

Semestre 7

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S7-Histoire / Culture / Théorie8Atelier de langues étrangèresPaul Berry
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Maîtriser la présentation personnelle ainsi que la présentation de ses travaux (écrit et oral).

Contenu :
Présentation de travaux (écrit et oral).
Rédaction et prise de parole.
Contribution au développement du portfolio artistique.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu, oral et écrit. Traductions des textes français en anglais.

Bibliographie :
- « 20th Century Words », Oxford University Press
- L. Clandsfield, « Global English (Upper Intermediate, Advanced) », Macmillan Press
- « The Oxford Guide to English Usage », Oxford University Press
- J. Berger, « About Looking », Vintage International

 Conférences / Voyages d'études Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Connaissances de l'art contemporain, qu'il s'agisse des figures majeures ou émergentes de l'art actuel, ou de ses lieux de diffusion. Connaissances des cultures spécifiques propres aux designs (auteurs, structures, évènements et lieux de diffusion).

Contenu :
Un cycle hebdomadaire d'interventions du type conférence ou performance est programmé chaque mercredi après-midi à dix-sept heures dans le Grand amphithéâtre.
Sa programmation prend en compte les questionnements et les enjeux artistiques et intellectuels contemporains, ainsi que ceux des cultures spécifiques propres aux designs contemporains Elle est en relation directe avec les enseignements.
L'espace-temps de l'intervention est conçu comme une structure de « travail de la parole ».
La parole de l'intervenant peut relever du commentaire, de la recherche théorique ou de l'expérience artistique, littéraire, etc. L'image, projetée ou diffusée peut jouer le rôle de support, de complément ou de lanceur.
Pendant le temps de la conférence, tous les enseignements sont interrompus afin de permettre la participation de l'ensemble des étudiants et enseignants de l'École, toutes options et années confondues.

Les voyages d'études
auprès des centres majeurs de création soit sur la région soit sur l’international sont importants dans le cadre des études. Ils doivent permettre aux étudiants de découvrir les lieux de diffusion de l'art contemporain et sites remarquables du patrimoine moderne et contemporain ; la fréquentation régulière et autonome de ces lieux est fondamentale pour la poursuite des études.

Mode d'évaluation :
Tout au long du cursus de l'étudiant, la participation aux conférences fait l'objet d'une évaluation (notes et références au sein du dossier ou du mémoire), et de l'attribution d'un crédit semestriel (UE1).

 Esthétique et pratique théoriqueMarie Canet
obligatoire1,00
 

Contenu :
Queeriser
Communautés, identités et globalisation

Je propose de penser dans ce cours la manière dont des êtres jusque-là privés des outils de la représentation se sont emparés des technologies de visualisation afin de produire des énonciations contestataires et solidaires. L’enjeu est la production de savoirs partagés créés depuis les marges linguistiques, sexuelles, biologiques et géographiques de l’histoire. Là, dans ces moments de contact, par hacking ou métissage, la réarticulation performative et identitaire du contexte permet d’imaginer que, dans les interstices de la globalisation, il y a des inflexions venues du bas et d’ailleurs, personnelles ou communautaires qui, de la particularité de leurs positions, viennent perturber les arrangements conceptuels préétablis et déranger les organisations habituelles. Mieux, que ces inflexions nous laissent imaginer que dans la réunion des particularités et dans la construction opportune de ces communautés peut s’écrire un vocabulaire nouveau, plus queer, à l’ère de la globalisation.

Mode d'évaluation :
Travail à rendre en fin de semestre.

Bibliographie :
Bibliographie
sélection
- Perry Anderson, The Origins of Postmodernity, Londres / New York, Verso, 1998
- Benedict Anderson, Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso, 1983
- Karen Barad, « Intra-actions », interview menée par Adam Kleinmann, Mousse Magazine, no 34, 2012
- Karen Barad, « Nature’s Queer Performativity », Women, Gender and Research, numéro spécial « Feminist materialisms », 2001
- Partha Chatterjee, « Whose Imagined Community ? », Mapping the Nation, Gopal Balakrishnan (dir.), Londres, Verso, 2012
- Beatriz Colomina, « X-Ray Architecture : Illness as Metaphor », Positions, No. 0, Positioning Positions, automne 2008
- Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais : sciences, fictions, féminismes, anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils, « Essais », 2007
- Pedro Lemebel, Hablo por mi diferencia, publié postérieurement dans le volume Loco afán Crónicas de sidario (Santiago, LOM Ediciones) en 1996.
- Ernesto Laclau, « Beyond emancipation », Emancipation(s), Londres, Verso, 1996
- Adrienne Rich, « Notes toward a Politics of Location », Women, Feminist Identity and Society in the 1980’s, Myriam Díaz-Diocaretz et Iris M. Zavala (dir.), Amsterdam / Philadelphie, J. Benjamins, 1985,
- Suely Rolnik, The Politics of Anthropophagy in the Transnational Drift, dans Where to Sit at the Dinner Table, Pedro Neves Marques (éd.), Berlin / Cologne, Archive Book / Akademie der Kunst der Welt, 2014

 HA22: Pour une histoire de l’art pro-active et prospective. 1992-2022.Marie de Brugerolle
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
A la jonction de l’anthropologie du visuel, de la sociologie et de la biologie, HA22 (1992-2022) prospecte les bases et les intrications des formes du vivant, des productions humaines et des correspondances polymorphes (géo-spatio-temporelles). Pour une écologie de l’esprit, une science nouvelle. A partir de fondamentaux et de textes clefs, il s’agira de relire et relier des champs entrelacés par les pratiques artistiques du 21è siècle.

Contenu :
Cours magistral, textes de références, à partir de comparaison et de présentation d’artistes et d'oeuvres.
En partant de l'actualité contemporaine et de figures clefs de celles-ci, qui en sont les acteurs, on s'interrogera sur des notions de style, d'image, de production et de formes. Métahistorique, l'histoire de l'art est un outil vivant qui évolue et se situe par rapport aux contextes. Au-delà des chronologies linéaires, et des listes on fera appel à la pluralité des approches , afin d'envisager des histoires des arts.

Mode d'évaluation :
Présence régulière.

Bibliographie :
Une bibliographie sera donnée dans le cours, textes fondamentaux et écrits d'artistes.

Support de cours :
Projections images, films, textes. Visites d'expositions et d'ateliers encouragées.

 La forme de la formationPatrick Beurard-Valdoye
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
La forme de la formation

Les arts et les pensées des années 1950-1980 se fondent en partie sur de nouvelles conceptions de l'histoire (fin espérée des histoires nationales ; récits à nouveau 'crédibles' ; post-histoire ; micro-histoire ; histoire des femmes ; histoire des minorités) comme de nouvelles approches de l'éducation (pédagogie réformée ; contestation des modes d'apprentissage patriarcaux et autoritaires ; remise en cause de l'uniformité des systèmes scolaire et universitaire ; pédagogie par l'expérience artistique).
Souvent l'on rencontre à cet endroit les artistes novateur*es, vecteur*es d'utopies.

Contenu :
C'est le cas au Black Mountain College, où le poète (et recteur) Charles Olson, lors d'une série de conférences performées en 1956, pose les paradigmes d'une nouvelle histoire, nommée post-histoire (à partir de la notion de l'historien Arnold Toynbee).
C'est également le cas de Joseph Beuys qui, après avoir quitté le navire de la Kunstakademie de Düsseldorf, crée la Freie Internationale Universität (Allemagne ; Dublin) dont un principe pédagogique s'inspire de celui de son art : la conférence permanente itinérante.
Comment ces utopies, qui inventent une forme à la formation, furent-elles poussées à l'exil dans les années 1980 par le vent, puis la tempête néo-libérale et mondialiste ?
Simultanément les relais de pensée et d'action abandonnent la déconstruction des réalités politiques, économiques et culturelles sous l'angle d'une théologie politique. Or, Michel Foucault, comme l'historien et philosophe Ivan Illich — qui prédit, voici quarante ans, des systèmes de santé contre-productifs, dont nous sommes témoins ou victimes à présent — et plus récemment Giorgio Agamben, montrent comment les institutions occidentales, les systèmes (scolaires ; politiques, financiers ; sanitaires ; pénitenciers, etc.) se fondent et fonctionnent selon les principes implicites de souveraineté, de croyance et de reconnaissance, calqués sur l'archétype clérical. Amnésiques, nous serions gouvernés par du religieux sans en avoir conscience. Comme le montrent Beuys, Illich puis Agamben, l'argent, par exemple, ne relève-t-il pas de l'être divinisé, avec ses mystères et sa sacralité, avec la confusion entre créance et croyance, mais aussi avec sa maladie, dont les spécialistes ignoreraient la cause ?
Les premiers à avoir mis en évidence, à la fin de la première guerre mondiale, le paradigme du fantôme religieux dans l'espace démocratique - outre l'historien Toynbee - sont trois amis qui vivaient à Bern : le philosophe Ernst Bloch, l'écrivain et ex-dadaïste Hugo Ball, et Walter Benjamin, philosophe et poète (auteur de soixante-dix sonnets, non publiés en français).
La première séance est consacrée principalement aux Thèses sur le concept d'histoire écrites juste avant la mort tragique de Benjamin. C'est l'occasion de réfléchir au monument commémoratif de Dani Karavan à Portbou (ainsi qu'à son monument à la mémoire des Rroms et Sintis, à Berlin). S'appuyant sur une conception du langage et une pensée poétique nomade d'une part, sur le marxisme et sur le messianisme juif d'autre part, Benjamin ouvre quasi prophétiquement le sas de l'après Shoa et de l'après Hiroshima. Pour qui veut bien l'entendre. Ce que peut-être fit Charles Olson dans The Special View of History (non traduit en français). Enfin, on revient sur Helen Frankenthaler, dont le bref passage par le Black Mountain College fit bifurquer la peinture vers le flux.
Pourra-t-on, à la fin de ce cycle de conférences, répondre un peu mieux à la question : qu'est-ce que l'art ?

6 conférences-performées, le vendredi 14h-17h en semaines paires à partir du 16 octobre.

Mode d'évaluation :
présence active en séance

Bibliographie :
fournie en cours

Support de cours :
conférences performées avec projections iconographiques, filmiques et sonores. Lectures

 Nouveaux modèlesThomas Boutoux
obligatoire1,00
 

 Recherches théoriques Collège Des Professeurs
obligatoire3,00
 

Objectifs pédagogiques :
Il s’agit d’acquérir ou de développer les éléments constitutifs d'une culture théorique (critique, esthétique et philosophique) en relation avec le projet général de l'étudiant et dans la continuité du travail entrepris en année 1 dans le cadre du projet-mémoire.

Contenu :
En année 2 et 3, et jusqu'à l'année 5 de l'option art, dans des registres spécifiques, les contenus des recherches théoriques, sont directement induits par le niveau de connaissances et d'engagement de l'étudiant et les enjeux conceptuels et artistiques de son projet.
Ce travail amène progressivement l'étudiant à la maîtrise des outils conceptuels nécessaires à la soutenance de son diplôme et permet en phase projet, d'aborder le mémoire de fin d'études avec les compétences minimum requises dans le cadre d'une introduction à la recherche.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S7-Recherche / Méthodologie7Journées d'étudesoption1,00
 

 Méthodologie spécifique Prof. Plasticien Référent
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Mise en place progressive d'une méthode de travail de plus en plus individualisée tout au long du cursus et en relation avec les orientations de l'année et de l'option.
Cet objectif est présent à l'intérieur de chaque cours faisant appel à la fois au développement de la capacité perceptive et à l'élaboration d'une mise en œuvre de l'idée.
Une approche plus spécifique sur la méthodologie de recherche peut être développée dans le cadre de modules ou séminaires expressément conçus au croisement des enseignements pratiques et théoriques.

Contenu :
La question est de savoir comment construire un objet de réflexion, de travail et de recherche qui coïncide avec les intentions conceptuelles et plastiques initiales. Mais dans ce contexte, il s'agira probablement moins de répondre à cette question que de la volonté d' en énoncer sans cesse les termes et les conditions. Entre théorie et pratique, entre hypothèse et expérimentation se tissent progressivement les liens qui vont permettre la construction complexe d'une singularité agissante au sein du projet artistique au sens large du terme, qu'il relève du champ de l'art ou de celui du design.
Construire donc sa propre méthode et ses variations, à partir des éléments constitutifs spécifiques du champ de création dans lequel l'étudiant est engagé mais aussi de l'étude des divers dispositifs scientifiques et transversaux qui organisent les subjectivités contemporaines.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Problématique de projet Prof. Plasticien Référent
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Savoir de quoi l'on parle et avec quoi on agit ; dans quelle mesure le corpus problématisé s'inscrit dans la réflexion et la création contemporaine inhérentes au champ de recherche dans lequel l'étudiant est en train de s'engager.

Contenu :
Il s’agit de questionner, dans le champ contemporain, à partir du monde réel et des singularités artistiques, dans un continuel aller-retour, à la fois les contenus significatifs mêmes du travail artistique et la façon de penser ce qui précisément le motive, le monde qui nous entoure et nous constitue.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Projet-Mémoire Prof. Théoricien Référent
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Les objectifs de ce cours sont la conception, l’élaboration et la rédaction d’un mémoire de fin d’études dont la soutenance constitue une des épreuves du Diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP).
La rédaction du mémoire définit la perspective de recherche de l’étudiant, au sens large, et finalise un travail théorique en relation étroite ou distanciée, selon le cas, avec la pratique plastique.

Contenu :
La formalisation du mémoire relève du choix de l’étudiant, en lien avec l’équipe pédagogique, de son projet de diplôme, ou de tout sujet articulé avec celui-ci, et de ses objectifs ultérieurs. Le travail écrit est au centre de l’exercice, il peut être accompagné d’un travail sur d’autres supports.
Ce mémoire combine une exigence méthodologique de niveau Master avec des partis pris justifiés par le projet plastique d’une part, par un souci d’expression et de forme écrites d’autre part. Il s’agirait de rendre compte de la pensée comme de l’expérience de la pensée. L’étudiant s’engage dans une recherche qui permet de nourrir sa pratique, voire de l’expliquer mais aussi d’en formuler les enjeux. Il essaie de répondre à une série de questions : Comment puis-je problématiser ma réflexion ? Sur quelles références s’appuie-t-elle ? Comment les analyser en sorte qu’elles éclairent mes intentions ? Quelles sont mes hypothèses de travail, celles auxquelles répondront, le cas échéant, les réalisations du diplôme ?
Dans cette approche d’écriture, l’étudiant se positionne en auteur, par l’autonomie de de la phase d’écriture, par son appréhension sensible autant qu’analytique.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.
Communication du mémoire au collège des professeurs.

Bibliographie :
- Pierre Bayard, « Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ? », Minuit, 2007
- Pierre Bourdieu, « Esquisse pour une auto-analyse », Raisons d’agir, 2004
- Jeanne Favret-Saada, « Les mots, la mort, les sorts : la sorcellerie dans le bocage », Gallimard, 1977
- Siegfried Kracauer, « L’histoire des avant-dernières choses », Stock, 2006
- Marcel Mauss, « Manuel d’ethnographie », Payot, 2002

Les références spécifiques sont discutées au cas par cas avec l’étudiant.

 Séminairesobligatoire2,00
 

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S7-Projet / Production11BlueprintThomas Boutoux
Marie Voignier
Armando Andrade Tudela
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Blueprint est un temps consacré à l'accompagnement global des projets artistiques des étudiants de cinquième année au cours de l'année qui les mène au diplôme. L'objectif est de construire une conversation autour des différentes propositions et projections des étudiant.e.s, tout autant spatiales que conceptuelles et professionnelles.

Contenu :
Ce temps vise à encourager un regard critique et d'ensemble sur la production artistique de l'étudiant.e et préciser notamment l'adresse du travail, les manières dont celui-ci cherche à rencontrer un public, tant sur le plan formel que discursif. À cette fin, nous examinerons les projets, à travers différents angles et dans divers contextes, en essayant de se projeter -- ceci de manière très concrète aussi, par exemple avec des simulations en 3D, ou au sein d'espaces et de situations 'réels'. L'intention est donc de développer une réflexion à long terme à partir de l'ensemble des paramètres qui déterminent tout processus d'exposition, entendue ici au sens large.

Si Blueprint vise principalement à aider au développement des projets de diplôme qui auront lieu dans l'année, il est ouvert à tous les étudiants de 4ème année qui souhaitent y assister.

Mode d'évaluation :
Sans évaluation

 Les accrochagesAgnès Gayraud
Marie de Brugerolle
obligatoire2,00
 

 Mise en oeuvre et développement Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Développer les capacités de travail à travers l'expérimentation et l'étude dans le cadre du projet personnel et du travail d'atelier.

Contenu :
Progressivement, tout au long du cursus, l'étudiant est amené à développer sa capacité de travail ainsi que la puissance et l'efficacité plastique de son projet personnel dans le cadre de l'organisation générale de ses divers travaux et expérimentations à travers un rythme et un processus de réalisation de plus en plus singularisés. L'ensemble des activités plastiques de l'étudiant est en résonance continue avec les enseignements de l'UE2 (problématique, méthodologie, projet).

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Productions Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Permettre à l'étudiant de concrétiser et finaliser les éléments issus de la recherche et du développement du projet ou du travail.

Contenu :
Le terme de production vient ici qualifier le travail d'atelier en phase projet et, dans un registre un peu différent, en phase préparatoire du diplôme DNAT.
On peut raisonnablement considérer que dans le cadre d'un projet personnel pleinement orienté du côté d'une activité de recherche, la finesse de la réflexion sur l'économie générale du travail et sa faisabilité d'une part, et, d'autre part,
l'ajustement du niveau de 'l'agir' dans la complémentarité au 'faire', pour la concrétisation des travaux, pièces et objets, conduisent l'étudiant à 'produire' les signes tangibles et manifestes de son projet.
Production donc, tant dans son acception de 'production de l'esprit', au double sens littéral et ici très adapté de 'génération' et de 'formation', que dans son acception de 'production d'objet' tel que tableau, film, etc.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Bibliographie :
Entretiens individuels et semi-collectifs en atelier.

 Studiosobligatoire4,00
 

 Workshops Collège Des Professeurs
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Acquisition de connaissances dans le cadre d'un atelier intensif d'enseignement dirigé par une personnalité extérieure à l'école, qu'il soit artiste designer ou auteur en collaboration ou non avec un ou des professeurs.

Contenu :
La durée (entre 2 et 5 jours) et le fonctionnement du workshop varient selon les enjeux pédagogiques. Les contenus sont très diversifiés et en corrélation avec le travail des personnalités invitées.
Le workshop peut s’inscrire dans un ensemble thématique d’enseignements du type arc/atelier de recherche et de création.

Mode d'évaluation :
Evaluation lors du bilan semestriel.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S7-Contextualisation / Médiation4Analyse / énonciation Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Acquisition progressive des outils techniques et conceptuels d'analyse permettant à l'étudiant de proposer une lecture (orale et écrite) cohérente, rigoureuse et contextualisée de l'ensemble de ses travaux.

Contenu :
Le travail d'analyse critique a lieu tout au long de l'année mais est plus particulièrement mis en évidence lors des séances de présentation spatiale de travaux et lors des bilans semestriels. Ce n'est que progressivement tout au long du cursus que l'étudiant peut acquérir la maîtrise de cet outil.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Professionnalisationoption2,00
 

 Spatialisation Collège Des Professeurs
option1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Apprentissage progressif de la mise en espace et de la présentation plastique de l'ensemble des travaux de l'étudiant.

Contenu :
Selon l'année et le niveau des études, le travail de spatialisation est mis en œuvre régulièrement tout au long de l'année dans le cadre de séances de présentation de travaux ainsi que lors des bilans semestriels ou le cas échéant au moment d'expositions en dehors du cadre de l'école.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Semestre 8

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S8-Histoire / Culture / Théorie8Atelier de langues étrangèresPaul Berry
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Maîtriser la présentation personnelle ainsi que la présentation de ses travaux (écrit et oral).

Contenu :
Présentation de travaux (écrit et oral).
Rédaction et prise de parole.
Contribution au développement du portfolio artistique.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu, oral et écrit. Traductions des textes français en anglais.

Bibliographie :
- « 20th Century Words », Oxford University Press
- L. Clandsfield, « Global English (Upper Intermediate, Advanced) », Macmillan Press
- « The Oxford Guide to English Usage », Oxford University Press
- J. Berger, « About Looking », Vintage International

 Conférences / Voyages d'études Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Connaissances de l'art contemporain, qu'il s'agisse des figures majeures ou émergentes de l'art actuel, ou de ses lieux de diffusion. Connaissances des cultures spécifiques propres aux designs (auteurs, structures, évènements et lieux de diffusion).

Contenu :
Un cycle hebdomadaire d'interventions du type conférence ou performance est programmé chaque mercredi après-midi à dix-sept heures dans le Grand amphithéâtre.
Sa programmation prend en compte les questionnements et les enjeux artistiques et intellectuels contemporains, ainsi que ceux des cultures spécifiques propres aux designs contemporains Elle est en relation directe avec les enseignements.
L'espace-temps de l'intervention est conçu comme une structure de « travail de la parole ».
La parole de l'intervenant peut relever du commentaire, de la recherche théorique ou de l'expérience artistique, littéraire, etc. L'image, projetée ou diffusée peut jouer le rôle de support, de complément ou de lanceur.
Pendant le temps de la conférence, tous les enseignements sont interrompus afin de permettre la participation de l'ensemble des étudiants et enseignants de l'École, toutes options et années confondues.

Les voyages d'études
auprès des centres majeurs de création soit sur la région soit sur l’international sont importants dans le cadre des études. Ils doivent permettre aux étudiants de découvrir les lieux de diffusion de l'art contemporain et sites remarquables du patrimoine moderne et contemporain ; la fréquentation régulière et autonome de ces lieux est fondamentale pour la poursuite des études.

Mode d'évaluation :
Tout au long du cursus de l'étudiant, la participation aux conférences fait l'objet d'une évaluation (notes et références au sein du dossier ou du mémoire), et de l'attribution d'un crédit semestriel (UE1).

 Esthétique et pratique théoriqueMarie Canet
obligatoire1,00
 

Contenu :
Queeriser
Communautés, identités et globalisation

Je propose de penser dans ce cours la manière dont des êtres jusque-là privés des outils de la représentation se sont emparés des technologies de visualisation afin de produire des énonciations contestataires et solidaires. L’enjeu est la production de savoirs partagés créés depuis les marges linguistiques, sexuelles, biologiques et géographiques de l’histoire. Là, dans ces moments de contact, par hacking ou métissage, la réarticulation performative et identitaire du contexte permet d’imaginer que, dans les interstices de la globalisation, il y a des inflexions venues du bas et d’ailleurs, personnelles ou communautaires qui, de la particularité de leurs positions, viennent perturber les arrangements conceptuels préétablis et déranger les organisations habituelles. Mieux, que ces inflexions nous laissent imaginer que dans la réunion des particularités et dans la construction opportune de ces communautés peut s’écrire un vocabulaire nouveau, plus queer, à l’ère de la globalisation.

Mode d'évaluation :
Travail à rendre en fin de semestre.

Bibliographie :
Bibliographie
sélection
- Perry Anderson, The Origins of Postmodernity, Londres / New York, Verso, 1998
- Benedict Anderson, Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso, 1983
- Karen Barad, « Intra-actions », interview menée par Adam Kleinmann, Mousse Magazine, no 34, 2012
- Karen Barad, « Nature’s Queer Performativity », Women, Gender and Research, numéro spécial « Feminist materialisms », 2001
- Partha Chatterjee, « Whose Imagined Community ? », Mapping the Nation, Gopal Balakrishnan (dir.), Londres, Verso, 2012
- Beatriz Colomina, « X-Ray Architecture : Illness as Metaphor », Positions, No. 0, Positioning Positions, automne 2008
- Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais : sciences, fictions, féminismes, anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils, « Essais », 2007
- Pedro Lemebel, Hablo por mi diferencia, publié postérieurement dans le volume Loco afán Crónicas de sidario (Santiago, LOM Ediciones) en 1996.
- Ernesto Laclau, « Beyond emancipation », Emancipation(s), Londres, Verso, 1996
- Adrienne Rich, « Notes toward a Politics of Location », Women, Feminist Identity and Society in the 1980’s, Myriam Díaz-Diocaretz et Iris M. Zavala (dir.), Amsterdam / Philadelphie, J. Benjamins, 1985,
- Suely Rolnik, The Politics of Anthropophagy in the Transnational Drift, dans Where to Sit at the Dinner Table, Pedro Neves Marques (éd.), Berlin / Cologne, Archive Book / Akademie der Kunst der Welt, 2014

 HA22: Pour une histoire de l’art pro-active et prospective. 1992-2022.Marie de Brugerolle
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
A la jonction de l’anthropologie du visuel, de la sociologie et de la biologie, HA22 (1992-2022) prospecte les bases et les intrications des formes du vivant, des productions humaines et des correspondances polymorphes (géo-spatio-temporelles). Pour une écologie de l’esprit, une science nouvelle. A partir de fondamentaux et de textes clefs, il s’agira de relire et relier des champs entrelacés par les pratiques artistiques du 21è siècle.

Contenu :
Cours magistral, textes de références, à partir de comparaison et de présentation d’artistes et d'œuvres.
En partant de l'actualité contemporaine et de figures clefs de celles-ci, qui en sont les acteurs, on s'interrogera sur des notions de style, d'image, de production et de formes. Métahistorique, l'histoire de l'art est un outil vivant qui évolue et se situe par rapport aux contextes. Au-delà des chronologies linéaires, et des listes on fera appel à la pluralité des approches , afin d'envisager des histoires des arts.

Mode d'évaluation :
Présence régulière

Bibliographie :
Une bibliographie sera donnée dans le cours. Textes fondamentaux et écrits d'artistes.

Support de cours :
Projections images, films, textes. Visites d'expositions et d'ateliers encouragées.

 Nouveaux modèlesThomas Boutoux
obligatoire1,00
 

 Recherches théoriques Collège Des Professeurs
obligatoire4,00
 

Objectifs pédagogiques :
Il s’agit d’acquérir ou de développer les éléments constitutifs d'une culture théorique (critique, esthétique et philosophique) en relation avec le projet général de l'étudiant et dans la continuité du travail entrepris en année 1 dans le cadre du projet-mémoire.

Contenu :
En année 2 et 3, et jusqu'à l'année 5 de l'option art, dans des registres spécifiques, les contenus des recherches théoriques, sont directement induits par le niveau de connaissances et d'engagement de l'étudiant et les enjeux conceptuels et artistiques de son projet.
Ce travail amène progressivement l'étudiant à la maîtrise des outils conceptuels nécessaires à la soutenance de son diplôme et permet en phase projet, d'aborder le mémoire de fin d'études avec les compétences minimum requises dans le cadre d'une introduction à la recherche.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S8-Recherche / méthodologie7Journées d'étudesoption1,00
 

 Méthodologie spécifique Prof. Plasticien Référent
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Mise en place progressive d'une méthode de travail de plus en plus individualisée tout au long du cursus et en relation avec les orientations de l'année et de l'option.
Cet objectif est présent à l'intérieur de chaque cours faisant appel à la fois au développement de la capacité perceptive et à l'élaboration d'une mise en œuvre de l'idée.
Une approche plus spécifique sur la méthodologie de recherche peut être développée dans le cadre de modules ou séminaires expressément conçus au croisement des enseignements pratiques et théoriques.

Contenu :
La question est de savoir comment construire un objet de réflexion, de travail et de recherche qui coïncide avec les intentions conceptuelles et plastiques initiales. Mais dans ce contexte, il s'agira probablement moins de répondre à cette question que de la volonté d' en énoncer sans cesse les termes et les conditions. Entre théorie et pratique, entre hypothèse et expérimentation se tissent progressivement les liens qui vont permettre la construction complexe d'une singularité agissante au sein du projet artistique au sens large du terme, qu'il relève du champ de l'art ou de celui du design.
Construire donc sa propre méthode et ses variations, à partir des éléments constitutifs spécifiques du champ de création dans lequel l'étudiant est engagé mais aussi de l'étude des divers dispositifs scientifiques et transversaux qui organisent les subjectivités contemporaines.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Problématique de projet Prof. Plasticien Référent
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Savoir de quoi l'on parle et avec quoi on agit ; dans quelle mesure le corpus problématisé s'inscrit dans la réflexion et la création contemporaine inhérentes au champ de recherche dans lequel l'étudiant est en train de s'engager.

Contenu :
Il s’agit de questionner, dans le champ contemporain, à partir du monde réel et des singularités artistiques, dans un continuel aller-retour, à la fois les contenus significatifs mêmes du travail artistique et la façon de penser ce qui précisément le motive, le monde qui nous entoure et nous constitue.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Projet-Mémoire Prof. Théoricien Référent
obligatoire3,00
 

Objectifs pédagogiques :
Les objectifs de ce cours sont la conception, l’élaboration et la rédaction d’un mémoire de fin d’études dont la soutenance constitue une des épreuves du Diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP).
La rédaction du mémoire définit la perspective de recherche de l’étudiant, au sens large, et finalise un travail théorique en relation étroite ou distanciée, selon le cas, avec la pratique plastique.

Contenu :
La formalisation du mémoire relève du choix de l’étudiant, en lien avec l’équipe pédagogique, de son projet de diplôme, ou de tout sujet articulé avec celui-ci, et de ses objectifs ultérieurs. Le travail écrit est au centre de l’exercice, il peut être accompagné d’un travail sur d’autres supports.
Ce mémoire combine une exigence méthodologique de niveau Master avec des partis pris justifiés par le projet plastique d’une part, par un souci d’expression et de forme écrites d’autre part. Il s’agirait de rendre compte de la pensée comme de l’expérience de la pensée. L’étudiant s’engage dans une recherche qui permet de nourrir sa pratique, voire de l’expliquer mais aussi d’en formuler les enjeux. Il essaie de répondre à une série de questions : Comment puis-je problématiser ma réflexion ? Sur quelles références s’appuie-t-elle ? Comment les analyser en sorte qu’elles éclairent mes intentions ? Quelles sont mes hypothèses de travail, celles auxquelles répondront, le cas échéant, les réalisations du diplôme ?
Dans cette approche d’écriture, l’étudiant se positionne en auteur, par l’autonomie de de la phase d’écriture, par son appréhension sensible autant qu’analytique.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.
Communication du mémoire au collège des professeurs.

Bibliographie :
- Pierre Bayard, « Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ? », Minuit, 2007
- Pierre Bourdieu, « Esquisse pour une auto-analyse », Raisons d’agir, 2004
- Jeanne Favret-Saada, « Les mots, la mort, les sorts : la sorcellerie dans le bocage », Gallimard, 1977
- Siegfried Kracauer, « L’histoire des avant-dernières choses », Stock, 2006
- Marcel Mauss, « Manuel d’ethnographie », Payot, 2002

Les références spécifiques sont discutées au cas par cas avec l’étudiant.

 Séminairesobligatoire2,00
 

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S8-Projet / Production11BlueprintThomas Boutoux
Marie Voignier
Armando Andrade Tudela
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Blueprint est un temps consacré à l'accompagnement global des projets artistiques des étudiants de cinquième année au cours de l'année qui les mène au diplôme. L'objectif est de construire une conversation autour des différentes propositions et projections des étudiant.e.s, tout autant spatiales que conceptuelles et professionnelles.

Contenu :
Ce temps vise à encourager un regard critique et d'ensemble sur la production artistique de l'étudiant.e et préciser notamment l'adresse du travail, les manières dont celui-ci cherche à rencontrer un public, tant sur le plan formel que discursif. À cette fin, nous examinerons les projets, à travers différents angles et dans divers contextes, en essayant de se projeter -- ceci de manière très concrète aussi, par exemple avec des simulations en 3D, ou au sein d'espaces et de situations 'réels'. L'intention est donc de développer une réflexion à long terme à partir de l'ensemble des paramètres qui déterminent tout processus d'exposition, entendue ici au sens large.

Si Blueprint vise principalement à aider au développement des projets de diplôme qui auront lieu dans l'année, il est ouvert à tous les étudiants de 4ème année qui souhaitent y assister.

Mode d'évaluation :
Sans évaluation

 Les accrochagesAgnès Gayraud
Marie de Brugerolle
obligatoire2,00
 

 Mise en oeuvre et développement Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Développer les capacités de travail à travers l'expérimentation et l'étude dans le cadre du projet personnel et du travail d'atelier.

Contenu :
Progressivement, tout au long du cursus, l'étudiant est amené à développer sa capacité de travail ainsi que la puissance et l'efficacité plastique de son projet personnel dans le cadre de l'organisation générale de ses divers travaux et expérimentations à travers un rythme et un processus de réalisation de plus en plus singularisés. L'ensemble des activités plastiques de l'étudiant est en résonance continue avec les enseignements de l'UE2 (problématique, méthodologie, projet).

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Productions Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Permettre à l'étudiant de concrétiser et finaliser les éléments issus de la recherche et du développement du projet ou du travail.

Contenu :
Le terme de production vient ici qualifier le travail d'atelier en phase projet et, dans un registre un peu différent, en phase préparatoire du diplôme DNAT.
On peut raisonnablement considérer que dans le cadre d'un projet personnel pleinement orienté du côté d'une activité de recherche, la finesse de la réflexion sur l'économie générale du travail et sa faisabilité d'une part, et, d'autre part,
l'ajustement du niveau de 'l'agir' dans la complémentarité au 'faire', pour la concrétisation des travaux, pièces et objets, conduisent l'étudiant à 'produire' les signes tangibles et manifestes de son projet.
Production donc, tant dans son acception de 'production de l'esprit', au double sens littéral et ici très adapté de 'génération' et de 'formation', que dans son acception de 'production d'objet' tel que tableau, film, etc.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Bibliographie :
Entretiens individuels et semi-collectifs en atelier.

 Studiosobligatoire4,00
 

 Workshops Collège Des Professeurs
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Acquisition de connaissances dans le cadre d'un atelier intensif d'enseignement dirigé par une personnalité extérieure à l'école, qu'il soit artiste designer ou auteur en collaboration ou non avec un ou des professeurs.

Contenu :
La durée (entre 2 et 5 jours) et le fonctionnement du workshop varient selon les enjeux pédagogiques. Les contenus sont très diversifiés et en corrélation avec le travail des personnalités invitées.
Le workshop peut s’inscrire dans un ensemble thématique d’enseignements du type arc/atelier de recherche et de création.

Mode d'évaluation :
Evaluation lors du bilan semestriel.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S8-Contextualisation / Médiation4Analyse / énonciation Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Acquisition progressive des outils techniques et conceptuels d'analyse permettant à l'étudiant de proposer une lecture (orale et écrite) cohérente, rigoureuse et contextualisée de l'ensemble de ses travaux.

Contenu :
Le travail d'analyse critique a lieu tout au long de l'année mais est plus particulièrement mis en évidence lors des séances de présentation spatiale de travaux et lors des bilans semestriels. Ce n'est que progressivement tout au long du cursus que l'étudiant peut acquérir la maîtrise de cet outil.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Professionnalisationoption2,00
 

 Spatialisation Collège Des Professeurs
option1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Apprentissage progressif de la mise en espace et de la présentation plastique de l'ensemble des travaux de l'étudiant.

Contenu :
Selon l'année et le niveau des études, le travail de spatialisation est mis en œuvre régulièrement tout au long de l'année dans le cadre de séances de présentation de travaux ainsi que lors des bilans semestriels ou le cas échéant au moment d'expositions en dehors du cadre de l'école.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Semestre 9

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S9-Histoire / Culture / Théorie8Atelier de langues étrangèresPaul Berry
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Maîtriser la présentation personnelle ainsi que la présentation de ses travaux (écrit et oral).

Contenu :
Présentation de travaux (écrit et oral).
Rédaction et prise de parole.
Contribution au développement du portfolio artistique.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu, oral et écrit. Traductions des textes français en anglais.

Bibliographie :
- « 20th Century Words », Oxford University Press
- L. Clandsfield, « Global English (Upper Intermediate, Advanced) », Macmillan Press
- « The Oxford Guide to English Usage », Oxford University Press
- J. Berger, « About Looking », Vintage International

 Conférences / Voyages d'études Collège Des Professeurs
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Connaissances de l'art contemporain, qu'il s'agisse des figures majeures ou émergentes de l'art actuel, ou de ses lieux de diffusion. Connaissances des cultures spécifiques propres aux designs (auteurs, structures, évènements et lieux de diffusion).

Contenu :
Un cycle hebdomadaire d'interventions du type conférence ou performance est programmé chaque mercredi après-midi à dix-sept heures dans le Grand amphithéâtre.
Sa programmation prend en compte les questionnements et les enjeux artistiques et intellectuels contemporains, ainsi que ceux des cultures spécifiques propres aux designs contemporains Elle est en relation directe avec les enseignements.
L'espace-temps de l'intervention est conçu comme une structure de « travail de la parole ».
La parole de l'intervenant peut relever du commentaire, de la recherche théorique ou de l'expérience artistique, littéraire, etc. L'image, projetée ou diffusée peut jouer le rôle de support, de complément ou de lanceur.
Pendant le temps de la conférence, tous les enseignements sont interrompus afin de permettre la participation de l'ensemble des étudiants et enseignants de l'École, toutes options et années confondues.

Les voyages d'études
auprès des centres majeurs de création soit sur la région soit sur l’international sont importants dans le cadre des études. Ils doivent permettre aux étudiants de découvrir les lieux de diffusion de l'art contemporain et sites remarquables du patrimoine moderne et contemporain ; la fréquentation régulière et autonome de ces lieux est fondamentale pour la poursuite des études.

Mode d'évaluation :
Tout au long du cursus de l'étudiant, la participation aux conférences fait l'objet d'une évaluation (notes et références au sein du dossier ou du mémoire), et de l'attribution d'un crédit semestriel (UE1).

 Esthétique et pratique théoriqueMarie Canet
obligatoire1,00
 

Contenu :
Queeriser
Communautés, identités et globalisation

Je propose de penser dans ce cours la manière dont des êtres jusque-là privés des outils de la représentation se sont emparés des technologies de visualisation afin de produire des énonciations contestataires et solidaires. L’enjeu est la production de savoirs partagés créés depuis les marges linguistiques, sexuelles, biologiques et géographiques de l’histoire. Là, dans ces moments de contact, par hacking ou métissage, la réarticulation performative et identitaire du contexte permet d’imaginer que, dans les interstices de la globalisation, il y a des inflexions venues du bas et d’ailleurs, personnelles ou communautaires qui, de la particularité de leurs positions, viennent perturber les arrangements conceptuels préétablis et déranger les organisations habituelles. Mieux, que ces inflexions nous laissent imaginer que dans la réunion des particularités et dans la construction opportune de ces communautés peut s’écrire un vocabulaire nouveau, plus queer, à l’ère de la globalisation.

Mode d'évaluation :
Travail à rendre en fin de semestre.

Bibliographie :
Bibliographie
sélection
- Perry Anderson, The Origins of Postmodernity, Londres / New York, Verso, 1998
- Benedict Anderson, Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso, 1983
- Karen Barad, « Intra-actions », interview menée par Adam Kleinmann, Mousse Magazine, no 34, 2012
- Karen Barad, « Nature’s Queer Performativity », Women, Gender and Research, numéro spécial « Feminist materialisms », 2001
- Partha Chatterjee, « Whose Imagined Community ? », Mapping the Nation, Gopal Balakrishnan (dir.), Londres, Verso, 2012
- Beatriz Colomina, « X-Ray Architecture : Illness as Metaphor », Positions, No. 0, Positioning Positions, automne 2008
- Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais : sciences, fictions, féminismes, anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils, « Essais », 2007
- Pedro Lemebel, Hablo por mi diferencia, publié postérieurement dans le volume Loco afán Crónicas de sidario (Santiago, LOM Ediciones) en 1996.
- Ernesto Laclau, « Beyond emancipation », Emancipation(s), Londres, Verso, 1996
- Adrienne Rich, « Notes toward a Politics of Location », Women, Feminist Identity and Society in the 1980’s, Myriam Díaz-Diocaretz et Iris M. Zavala (dir.), Amsterdam / Philadelphie, J. Benjamins, 1985,
- Suely Rolnik, The Politics of Anthropophagy in the Transnational Drift, dans Where to Sit at the Dinner Table, Pedro Neves Marques (éd.), Berlin / Cologne, Archive Book / Akademie der Kunst der Welt, 2014

 HA22: Pour une histoire de l’art pro-active et prospective. 1992-2022.Marie de Brugerolle
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
A la jonction de l’anthropologie du visuel, de la sociologie et de la biologie, HA22 (1992-2022) prospecte les bases et les intrications des formes du vivant, des productions humaines et des correspondances polymorphes (géo-spatio-temporelles). Pour une écologie de l’esprit, une science nouvelle. A partir de fondamentaux et de textes clefs, il s’agira de relire et relier des champs entrelacés par les pratiques artistiques du 21è siècle.

Contenu :
Cours magistral, textes de références, à partir de comparaison et de présentation d’artistes et d'oeuvres.
En partant de l'actualité contemporaine et de figures clefs de celles-ci, qui en sont les acteurs, on s'interrogera sur des notions de style, d'image, de production et de formes. Métahistorique, l'histoire de l'art est un outil vivant qui évolue et se situe par rapport aux contextes. Au-delà des chronologies linéaires, et des listes on fera appel à la pluralité des approches , afin d'envisager des histoires des arts.

Mode d'évaluation :
Présence régulière.

Bibliographie :
Une bibliographie sera donnée dans le cours. Textes fondamentaux et écrits d'artistes.

Support de cours :
Projections images, films, textes. Visites d'expositions et d'ateliers encouragées.

 La forme de la formationPatrick Beurard-Valdoye
obligatoire1,00
 

Objectifs pédagogiques :
EXPERI-MENTAL : Cinéma et arts poétiques


Ce cours est une nouvelle création à chaque année universitaire.
Sa conception est à ce jour en cours d’élaboration.
On partirait, au fond, de la question d’un animateur télé au J.T. de 20h, à la sortie en salle du Miroir, posée à Andreï Tarkovski, et de sa réponse. « Ce film est un film ou la POésie est très présente. Est-ce que vous considérez, en tant que metteur en scène, que la liaison caméra – EUH - poésie, est une liaison utile au cinéma ? » Réponse : « Je crois que c’est la seule liaison possible. »
Outre ce film de Tarkovski, seront évoqués des films expérimentaux de Jonas Mekas, Germaine Dulac, Marguerite Duras, Stan Brakhage, Laszlo Moholy-Nagy, Nicola Sornaga, Isabelle Vorle, etc.
P.B.-V. (12.7.2021)

Contenu :
L'approche théorique relève de l'histoire des arts, dans une perspective anthropologique.
L'approche pédagogique relève de la conférence, incluant aussi une parole performative.
Les 7 séances, de chacune deux heures, sont appuyées par de nombreux documents visuels et sonores.
Ces conférences s'adossent à mes recherches et pratiques personnelles, comme aux enjeux sociaux ou politiques qui s'annoncent ou se précisent en fonction des événements. Il se fonde sur quelques conceptions de l'histoire : Thèses sur le concept d'histoire de Walter Benjamin ; fin espérée des histoires nationales ; récits à nouveau 'crédibles' ; post-histoire ; micro-histoire ; histoire des femmes ; histoire des minorités.
Un autre paradigme résulte des nouvelles approches éducatives : pédagogie réformée (venant de Wien, Weimar ou Berlin d’une part, NYC et Black Mountain d’autre part) ; contestation des modes d'apprentissage patriarcaux et autoritaires ; remise en cause de l'uniformité des systèmes scolaire et universitaire ; pédagogie par l'expérience artistique.
L'on rencontre en effet à cet endroit, selon des enjeux communautaires, les artistes novateur*es, vecteur*es d'utopies. Par exemple Joseph Beuys crée la Freie Internationale Universität, inspirée de son art et de son enseignement (principe de la conférence permanente itinérante), influencée aussi par les analyses d’Ivan Illich.
L'objectif est par ailleurs de mettre en perspective des pratiques artistiques historiques, avec ce que tentent dans leurs travaux les étudiant*es.
Ce cycle de conférences s'adresse aux étudiant*es années 4 et 5, options arts, design d’espace et design graphique.


6 conférences-performées, le vendredi 14h-17h en semaines paires à partir du 8 octobre.

Mode d'évaluation :
présence active aux séances

Bibliographie :
fournie en cours

Support de cours :
conférences performées avec projections iconographiques, filmiques et sonores. Lectures.

 Nouveaux modèlesThomas Boutoux
obligatoire1,00
 

 Recherches théoriques Collège Des Professeurs
obligatoire3,00
 

Objectifs pédagogiques :
Il s’agit d’acquérir ou de développer les éléments constitutifs d'une culture théorique (critique, esthétique et philosophique) en relation avec le projet général de l'étudiant et dans la continuité du travail entrepris en année 1 dans le cadre du projet-mémoire.

Contenu :
En année 2 et 3, et jusqu'à l'année 5 de l'option art, dans des registres spécifiques, les contenus des recherches théoriques, sont directement induits par le niveau de connaissances et d'engagement de l'étudiant et les enjeux conceptuels et artistiques de son projet.
Ce travail amène progressivement l'étudiant à la maîtrise des outils conceptuels nécessaires à la soutenance de son diplôme et permet en phase projet, d'aborder le mémoire de fin d'études avec les compétences minimum requises dans le cadre d'une introduction à la recherche.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S9-Recherche / Méthodologie7Journées d'étudesoption1,00
 

 Méthodologie spécifique Prof. Plasticien Référent
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Mise en place progressive d'une méthode de travail de plus en plus individualisée tout au long du cursus et en relation avec les orientations de l'année et de l'option.
Cet objectif est présent à l'intérieur de chaque cours faisant appel à la fois au développement de la capacité perceptive et à l'élaboration d'une mise en œuvre de l'idée.
Une approche plus spécifique sur la méthodologie de recherche peut être développée dans le cadre de modules ou séminaires expressément conçus au croisement des enseignements pratiques et théoriques.

Contenu :
La question est de savoir comment construire un objet de réflexion, de travail et de recherche qui coïncide avec les intentions conceptuelles et plastiques initiales. Mais dans ce contexte, il s'agira probablement moins de répondre à cette question que de la volonté d' en énoncer sans cesse les termes et les conditions. Entre théorie et pratique, entre hypothèse et expérimentation se tissent progressivement les liens qui vont permettre la construction complexe d'une singularité agissante au sein du projet artistique au sens large du terme, qu'il relève du champ de l'art ou de celui du design.
Construire donc sa propre méthode et ses variations, à partir des éléments constitutifs spécifiques du champ de création dans lequel l'étudiant est engagé mais aussi de l'étude des divers dispositifs scientifiques et transversaux qui organisent les subjectivités contemporaines.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Problématique de projet Prof. Plasticien Référent
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Savoir de quoi l'on parle et avec quoi on agit ; dans quelle mesure le corpus problématisé s'inscrit dans la réflexion et la création contemporaine inhérentes au champ de recherche dans lequel l'étudiant est en train de s'engager.

Contenu :
Il s’agit de questionner, dans le champ contemporain, à partir du monde réel et des singularités artistiques, dans un continuel aller-retour, à la fois les contenus significatifs mêmes du travail artistique et la façon de penser ce qui précisément le motive, le monde qui nous entoure et nous constitue.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Projet-Mémoire Prof. Théoricien Référent
obligatoire3,00
 

Objectifs pédagogiques :
Les objectifs de ce cours sont la conception, l’élaboration et la rédaction d’un mémoire de fin d’études dont la soutenance constitue une des épreuves du Diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP).
La rédaction du mémoire définit la perspective de recherche de l’étudiant, au sens large, et finalise un travail théorique en relation étroite ou distanciée, selon le cas, avec la pratique plastique.

Contenu :
La formalisation du mémoire relève du choix de l’étudiant, en lien avec l’équipe pédagogique, de son projet de diplôme, ou de tout sujet articulé avec celui-ci, et de ses objectifs ultérieurs. Le travail écrit est au centre de l’exercice, il peut être accompagné d’un travail sur d’autres supports.
Ce mémoire combine une exigence méthodologique de niveau Master avec des partis pris justifiés par le projet plastique d’une part, par un souci d’expression et de forme écrites d’autre part. Il s’agirait de rendre compte de la pensée comme de l’expérience de la pensée. L’étudiant s’engage dans une recherche qui permet de nourrir sa pratique, voire de l’expliquer mais aussi d’en formuler les enjeux. Il essaie de répondre à une série de questions : Comment puis-je problématiser ma réflexion ? Sur quelles références s’appuie-t-elle ? Comment les analyser en sorte qu’elles éclairent mes intentions ? Quelles sont mes hypothèses de travail, celles auxquelles répondront, le cas échéant, les réalisations du diplôme ?
Dans cette approche d’écriture, l’étudiant se positionne en auteur, par l’autonomie de de la phase d’écriture, par son appréhension sensible autant qu’analytique.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.
Communication du mémoire au collège des professeurs.

Bibliographie :
- Pierre Bayard, « Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ? », Minuit, 2007
- Pierre Bourdieu, « Esquisse pour une auto-analyse », Raisons d’agir, 2004
- Jeanne Favret-Saada, « Les mots, la mort, les sorts : la sorcellerie dans le bocage », Gallimard, 1977
- Siegfried Kracauer, « L’histoire des avant-dernières choses », Stock, 2006
- Marcel Mauss, « Manuel d’ethnographie », Payot, 2002

Les références spécifiques sont discutées au cas par cas avec l’étudiant.

 Séminairesobligatoire2,00
 

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S9-Projet / Production11BlueprintThomas Boutoux
Marie Voignier
Armando Andrade Tudela
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Blueprint est un temps consacré à l'accompagnement global des projets artistiques des étudiants de cinquième année au cours de l'année qui les mène au diplôme. L'objectif est de construire une conversation autour des différentes propositions et projections des étudiant.e.s, tout autant spatiales que conceptuelles et professionnelles.

Contenu :
Ce temps vise à encourager un regard critique et d'ensemble sur la production artistique de l'étudiant.e et préciser notamment l'adresse du travail, les manières dont celui-ci cherche à rencontrer un public, tant sur le plan formel que discursif. À cette fin, nous examinerons les projets, à travers différents angles et dans divers contextes, en essayant de se projeter -- ceci de manière très concrète aussi, par exemple avec des simulations en 3D, ou au sein d'espaces et de situations 'réels'. L'intention est donc de développer une réflexion à long terme à partir de l'ensemble des paramètres qui déterminent tout processus d'exposition, entendue ici au sens large.

Si Blueprint vise principalement à aider au développement des projets de diplôme qui auront lieu dans l'année, il est ouvert à tous les étudiants de 4ème année qui souhaitent y assister.

Mode d'évaluation :
Sans évaluation

 Les accrochagesAgnès Gayraud
Marie de Brugerolle
obligatoire1,00
 

 Mise en oeuvre et développement Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Développer les capacités de travail à travers l'expérimentation et l'étude dans le cadre du projet personnel et du travail d'atelier.

Contenu :
Progressivement, tout au long du cursus, l'étudiant est amené à développer sa capacité de travail ainsi que la puissance et l'efficacité plastique de son projet personnel dans le cadre de l'organisation générale de ses divers travaux et expérimentations à travers un rythme et un processus de réalisation de plus en plus singularisés. L'ensemble des activités plastiques de l'étudiant est en résonance continue avec les enseignements de l'UE2 (problématique, méthodologie, projet).

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Productions Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Permettre à l'étudiant de concrétiser et finaliser les éléments issus de la recherche et du développement du projet ou du travail.

Contenu :
Le terme de production vient ici qualifier le travail d'atelier en phase projet et, dans un registre un peu différent, en phase préparatoire du diplôme DNAT.
On peut raisonnablement considérer que dans le cadre d'un projet personnel pleinement orienté du côté d'une activité de recherche, la finesse de la réflexion sur l'économie générale du travail et sa faisabilité d'une part, et, d'autre part,
l'ajustement du niveau de 'l'agir' dans la complémentarité au 'faire', pour la concrétisation des travaux, pièces et objets, conduisent l'étudiant à 'produire' les signes tangibles et manifestes de son projet.
Production donc, tant dans son acception de 'production de l'esprit', au double sens littéral et ici très adapté de 'génération' et de 'formation', que dans son acception de 'production d'objet' tel que tableau, film, etc.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Bibliographie :
Entretiens individuels et semi-collectifs en atelier.

 Studiosobligatoire4,00
 

 Workshops Collège Des Professeurs
option2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Acquisition de connaissances dans le cadre d'un atelier intensif d'enseignement dirigé par une personnalité extérieure à l'école, qu'il soit artiste designer ou auteur en collaboration ou non avec un ou des professeurs.

Contenu :
La durée (entre 2 et 5 jours) et le fonctionnement du workshop varient selon les enjeux pédagogiques. Les contenus sont très diversifiés et en corrélation avec le travail des personnalités invitées.
Le workshop peut s’inscrire dans un ensemble thématique d’enseignements du type arc/atelier de recherche et de création.

Mode d'évaluation :
Evaluation lors du bilan semestriel.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S9-Contextualisation / Médiation 4Analyse / énonciation Collège Des Professeurs
obligatoire2,00
 

Objectifs pédagogiques :
Acquisition progressive des outils techniques et conceptuels d'analyse permettant à l'étudiant de proposer une lecture (orale et écrite) cohérente, rigoureuse et contextualisée de l'ensemble de ses travaux.

Contenu :
Le travail d'analyse critique a lieu tout au long de l'année mais est plus particulièrement mis en évidence lors des séances de présentation spatiale de travaux et lors des bilans semestriels. Ce n'est que progressivement tout au long du cursus que l'étudiant peut acquérir la maîtrise de cet outil.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

 Professionnalisationoption2,00
 

 Spatialisation Collège Des Professeurs
option1,00
 

Objectifs pédagogiques :
Apprentissage progressif de la mise en espace et de la présentation plastique de l'ensemble des travaux de l'étudiant.

Contenu :
Selon l'année et le niveau des études, le travail de spatialisation est mis en œuvre régulièrement tout au long de l'année dans le cadre de séances de présentation de travaux ainsi que lors des bilans semestriels ou le cas échéant au moment d'expositions en dehors du cadre de l'école.

Mode d'évaluation :
Contrôle continu et bilan semestriel.

Semestre 10

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
S10-Diplôme30DNSEP Jury de Diplôme
obligatoire30,00
 

Contenu :
La délivrance du diplôme déclenche l'obtention des 30 ECTS affectés au semestre 10 et permet la capitalisation des 300 ECTS attachés au diplôme.
Diplôme Niveau 1 de l'Enseignement Supérieur Français (Bac + 5). Le diplôme est assorti de mentions qui sont décernées en fonction des notes attribuées lors de la soutenance du projet de diplôme devant le jury : 'Félicitations' du jury lorsque la moyenne est supérieure ou égale à 16/20 'Mention' spécifiée par le jury lorsque la moyenne est comprise entre 16/20 et 14/20. Il n'existe pas de mention attribuée aux UE lors des bilans semestriels.

Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
ACTH
Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
Numérique
Code UEE.C.T.SEnseignementProfesseursCaractèreCoef.
PPF